Archives de la catégorie ‘Haiti’

A ce stade, ce ne peut plus être une coïncidence.  Cela fait des années que j’évoque ici, comme ailleurs, le fait que le trafic de cocaïne est remonté au plus haut du pouvoir de certains pays.  

Des faits récents semblent vouloir me donner raison encore une fois, car en quelques mois d’intervalle, ce sont pas moins de trois fils de présidents, dont certains en exercice au moment des faits, qui ont été arrêtés pour trafic de drogue (nous en verrons le détail bientôt).  Le dernier en date étant celui du président saltimbanque aux chansons crues, dont j’avais tracé ici il y a cinq ans déjà le portrait fort peu amène.  Avec lui aussi, mes prédictions se sont avérées justes :  le pays n’est toujours pas sorti de l’ornière de l’omniprésence du trafic de cocaïne dans lequel il végète depuis des décennies.

Haïti, sous la présidence de Martelly, est restée une terre de trafic de drogue….


Lire

http://www.centpapiers.com/coke-en-stock-cxxi-haiti-demeure-une-terre-de-trafic/

00000000000000000000000000000000000000

Publicités

Port-au-Prince, 23 janv. 2017 [AlterPresse] — 81 personnes, dont 11 anciens cadres et responsables au sein d’institutions haïtiennes, ont été interpellées en Haïti, et extradées, pour trafic de drogue, vers les États-Unis d’Amérique, de 2002 à 2017, selon des données issues des archives de la police.

Les noms, nationalités, lieux d’arrestation et dates de transfert de ces personnalités, qui seraient impliquées dans le narcotrafic, figurent dans ces données parvenues à AlterPresse.

On y retrouve Fourel Célestin, ancien sénateur et président de l’assemblée nationale, et Jean Nesly Lucien, ancien directeur général de la police, ainsi que plusieurs hommes et femmes d’affaires, comme Wistha Louis, Elliobert Jasmin alias Eddy One et Serge Edouard alias Sergo Perséverance.

On compte aussi des personnes de nationalité étrangère, dont des Américains, Jamaïcains ou encore Bahaméens.

Le nom du sénateur élu de la Grande Anse, Guy Philippe, arrêté le 05 janvier 2017, puis extradé le même jour vers les États-Unis, est également mentionné.

Son arrestation a provoqué des remous dans la classe politique haïtienne et dans divers milieux.

L’ancien chef de la rébellion armée, contre l’ex-chef d’Etat Jean-Bertrand Aristide, en 2003, a comparu à deux reprises devant la justice américaine, respectivement le 6 janvier 2017, pour son audition préliminaire, et le 13 janvier 2017, pour sa mise en accusation.

Il attend présentement la décision du tribunal qui dira si la justice américaine va le poursuivra ou pas

Dans ce dossier, un bras de fer semble opposer le ministre de la justice, Camille Junior Edouard, et des sénateurs qui, eux, exigent des explications.

Le ministre Camille Junior Edouard a boudé une interpellation de la chambre haute, fixée le jeudi 19 janvier 2017, alors que la séance n’a pas pu avoir lieu, faute de quorum.

Une réponse sera donnée aux ministres ayant boudé une interpellation du sénat, a annoncé le sénateur Jean Renel Sénatus. [am emb gp apr 23/01/2017 16:10]

http://www.alterpresse.org/spip.php?article21198#.WIcaXJ_jI0M

000000000000000000000000000000000000