Archives de la catégorie ‘AMERIQUE du NORD’

Opérations menées en Colombie, en Équateur, au Costa Rica, au Guatemala et au Panama avec le DEA.

Ces « opérations conjointes menées en Colombie, au Costa Rica, en Equateur, au Guatemala et au Panama contre le trafic de stupéfiants ont abouti à la saisie de 3.113 kilos de cocaïne et à l’arrestation de 21 personnes », a annoncé mardi la police colombienne dans un communiqué, sans en préciser les dates.

Source: AFP – Le POINT

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

En Équateur saisie de 767 kilos de cocaïne, en Colombie saisie de 856 kilos  et au Guatemala 288 kilos.

Dans les eaux panaméennes 614 kilos en une « lancha », et en mer de Costa Rica  588 kilos.

000000000000000000000000000000000000000000000000000

Publicités

Dimanche, les agents de patrouille du département de police de Portsmouth ont reçu des informations d’un appelant anonyme selon lequel, Nathan Willis, se trouvait actuellement au 2128, rue Summit.

Les agents Musholt, Bell et Broughton se sont rendus à l’adresse, et ont localisé Nathan Willis dans la cuisine. Placé en détention? Les agents ont alors procédé à une fouille de M. Willis et ont trouvé dans sa ceinture avant un pistolet BB. Dans la poche avant du pantalon de M. Willis, les policiers ont trouvé trois sacs en plastique contenant une substance poudreuse blanche (suspicion de cocaïne).

Dans la même poche, les agents ont trouvé des balances numériques qui sont couramment utilisées pour peser des stupéfiants.

Les agents ont trouvé un autre sac en plastique avec de la poudre blanche et 307,00 $ en espèces. M. Willis a déclaré aux agents que la poudre blanche était de la cocaïne.

Les policiers ont également trouvé des fonds supplémentaires de 1 500 $ sur le suspect, totalisant 1 807 $.

Le suspect, Nathan Willis, 25 ans, de Portsmouth, a été accusé de « Trafic de drogue », « Possession d’outils criminels », « Transport illégal de drogues dans un centre de détention » .

Source: DAILY TIMES

Pese a los millones de dólares gastados, la criminalización del consumo provocó un aumento vertiginoso no solo del uso de sustancias, sino también de la violencia
MADRID.- La Comisión Global de Políticas de Drogas, que presidió el exmandatario brasileño Fernando Henrique Cardoso y tiene ahora como directora a Ruth Dreifuss, expresidenta de Suiza, está integrada por políticos, funcionarios internacionales, científicos e intelectuales de diversos países del mundo y lleva a cabo desde el año 2011 una valiosa campaña a favor de una política más sensata y realista en el dominio del narcotráfico y el consumo de estupefacientes que el de la mera represión policial y judicial.

Al principio, las labores de la Comisión se concentraban en América Latina, pero ahora se han extendido al mundo entero. El último informe, que acabo de leer, está dedicado a combatir, con argumentos persuasivos, la general percepción negativa y delictuosa que los gobiernos promueven de todos los consumidores de drogas, presentándolos como desechos humanos, propensos al delito debido a su adicción y, por lo mismo, amenazas vivientes al orden y la seguridad de las sociedades.

leer mas: https://www.lanacion.com.ar/2106597-la-mejor-manera-de-combatir-la-droga-es-legalizarla

00000000000000000000000000000000000000000000000000

México.- El administrador de la agencia antidrogas de Estados Unidos (DEA, por sus siglas en ingles),  Robert W. Patterson, mencionó que un muro entre México y esa país no terminará con el trasiego de enervantes en ambos lados de la frontera.

El funcionario reconoció que no coincide completamente con el argumento del presidente, Donald Trump, de que la construcción de la barrera frene el paso de la droga.

El Patterson manifestó que Estados Unidos tiene « un problema » de demanda de drogas y que cada vez son más los grupos criminales que se dedican al tráfico de estupefacientes, cuyo mercado han visto limitado por la acción coordinada entre ambos países, específicamente en el tema de inteligencia e información financiera.

FUENTE:

debate

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000

 

Des policiers français, espagnols, colombiens et américains contrecarrent les activités d’un cartel de drogue composé de sept nationalités qui importent de la coke colombienne pour inonder le marché européen par des vols charter privés qui décollent de Carthagène en Colombie.

Les organisateurs sont des Albanais, des Turcs, des Hollandais, des Espagnols, des Italiens et des Français. Un citoyen anglais participe également à ce cartel. Les vols privés ont pour destination l’aéroport de Biarritz (France).  De cette ville, limitrophe de l’Espagne, ils approvisionnent les marchés d’au moins cinq pays, dont l’Allemagne.

Le chargement d’une tonne 200,  est arrivé le dimanche 19 novembre 2017.

Les informations sur l’opération  « Top Gun » ont été gardées secrètes car c’était une livraison contrôlée par des agents de la DEA, après autorisation du procureur de Bordeaux.

Pendant huit mois, des agents  ont infiltré l’organisation, dont ils ont découvert l’existence en 2016.

À ce moment-là, il a été établi que la cargaison était arrivée dans un avion du Gulfstream qui a décollé de Cartagena en Colombie et fait un arrêt technique sur les îles du Cap-Vert (Afrique), pour finalement atterrir sur l’aéroport de Biarritz, et décharger plus d’une tonne de  coke et… disparaitre.

Quatre Colombiens sont arrêtés à Bayonne (France).

La capture des Colombiens, l’un d’eux basé en Espagne, permet d’atteindre  cette organisation, qui avait déjà réussi le transport d’une autre cargaison en utilisant cet avion.
Cette fois, les 1,2 tonnes ont été déchargées dans des camions et emmenées dans un manoir à Lacanau, une petite station touristique, à 10 kilomètres de l’océan Atlantique.

« Apparemment, le manoir de Lacanau, a été utilisé comme centre de collecte de la drogue, qui arrive également dans des bateaux de pêche et des voiliers. En fait, on pensait que l’avion allait être rechargé en France pour l’envoyer vers une autre destination « , a déclaré l’un des enquêteurs, ajoutant « qu’il est évident que la plus grande partie de la drogue provient du « clan du Golfe« .

Là, la cargaison de haute pureté a été divisée en sept paquets, qui devaient être transportés dans des voitures de luxe vers un hôtel du centre de Bordeaux. C’était le logement des « Missi Dominici » des organisations qui ont négocié la drogue colombienne et qui ont financé l’opération. Certains suspects ont été interpellés à la sortie de leur chambre d’hôtel à Mériadeck dans le centre de Bordeaux et un autre hôtel situé à proximité de l’aéroport de Mérignac. Ils auraient loué de puissantes cylindrées pour aller livrer la cocaïne : 1 tonne 150 exactement. La valeur marchande évoquée est de plus de 100 millions d’euros à la revente. Les enquêteurs ont également mis la main sur 350 000 euros en liquide, nous a confié une source proche de l’enquête.

Il a également révélé que la police colombienne a aidé la DEA (Drug Enforcement Administration) avec l’interception d’appels téléphoniques entre les expéditeurs et les représentants des narcos européens.

Dans l’opération de dimanche, 23 personnes sont tombées, dont trois Français, trois Albanais, un Turc, des Espagnols, des Dominicains, des Italiens et des émissaires colombiens. Onze ont déjà été accusés.

Il est probable que des ex-membres des FARC fassent partie de cette organisation.

000000000000000000000000000000000000000000

 

 

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Luis Videgaray, a rencontré ses homologues des États-Unis et du Canada pour tenter de renforcer la lutte contre l’héroïne.

000000000000000000000000000000000000000000000000

 

 

Frontalement opposée à l’administration Trump, la ville de San Francisco, en Californie, a lancé une amnistie pour toutes les condamnations liées au cannabis depuis plus de quarante ans. Le bureau du procureur de l’agglomération a ainsi fait savoir qu’il allait « appliquer rétroactivement la mesure (…) légalisant la possession et la consommation de marijuana à usage récréatif », adoptée en novembre 2016, « à des infractions et condamnations pénales remontant à 1975 ».

Jusqu’à 8 000 condamnations et infractions vont ainsi être examinées.

Lire aussi:   La Californie face au défi du cannabis récréatif

« Bien que les politiques liées à la drogue fassent un pas en arrière au niveau fédéral, San Francisco prend une fois de plus l’initiative de réparer les dégâts causés par la désastreuse (…) guerre contre la drogue », a commenté le procureur George Gascon. « Une condamnation pénale peut être une barrière à l’emploi, au logement et à d’autres subventions. »

La porte-parole de la procureure de San Diego, Summer Stephan, a précisé à l’Agence France-Presse que la ville balnéaire située à la frontière du Mexique avait pris des mesures similaires pour effacer des casiers judiciaires liés au cannabis depuis déjà un an.

Les personnes qui ont vendu de la drogue à des mineurs ou impliquées dans des violences, particulièrement les agressions sexuelles et viols, ne peuvent bénéficier de ces amnisties.

« Justice réparative »

Gavin Newson, l’un des adjoints du gouverneur de Californie et ex-maire de San Francisco, met en avant les « vies brisées par un système pénal de la marijuana coûteux et racialement discriminatoire ».

En savoir plus sur: http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/02/01/en-californie-des-milliers-d-amnisties-liees-a-la-marijuana_5250094_3222.html#E5sMW8fdD0tlgDUU.99

000000000000000000000000000000000000000000000000

Les agents du CBP, affectés au International Trade Bridge, ont contrôlé  un camion Ford F-150, 1997, qui transportait une cargaison commerciale de bougies en cire.

Utilisant leur système d’imagerie, plus l’aide d’une équipe canine, les agents ont découvert des pastilles de méthamphétamine cachées à l’intérieur des bougies pour un poids brut de près de 736 livres.

 

source:

0000000000000000000000000000000000000000000

 

Les trois saisies ont eu lieu au pont international Juarez-Lincoln.

La première sur une Nissan Sentra 2008, conduite par un citoyen mexicain de 39 ans originaire de Monterrey, Nuevo León.

Après une inspection complète du véhicule par les agents du CBP, un total de 25 colis contenant 61 livres de cocaïne ont été découverts.

Dans la seconde saisie, l’inspection d’une Nissan Sentra 2015 a permis la saisie de 10 livres de cocaïne et 12 livres d’héroïne citoyen mexicain âgé de 41 ans, résident de Monterrey, Nuevo León.

Une troisième saisie de 26 paquets contenant 63 livres de cocaïne a été effectuée lors de l’inspection d’un Nissan Sentra 2008, conduit par un citoyen mexicain de 60 ans, qui réside également à Monterrey, Nuevo Leon.

Source

00000000000000000000000000000000000000000000000000

Selon les rapports, ils devront faire face à 68 accusations qui comprennent la vente de stupéfiants, la possession de drogues dangereuses à vendre, le blanchiment d’argent, les stratagèmes frauduleux et les artifices… la contrefaçon, la conduite illégale d’une entreprise et le contrôle illégal d’une entreprise.

Les accusations reposent sur une enquête menée par le FBI.

Les agents auraient trouvé de grandes quantités d’héroïne, de cocaïne et de testostérone dans une maison.

Les accusés sont également accusés d’avoir blanchi plus de 650 000 $ en espèces pour cacher leur revenu et obtenir frauduleusement des coupons alimentaires et une couverture médicale.

Source: NUEVODIA NOGALES

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Soninder Dhingra

Ce qui devait être un voyage éclair aux États-Unis avec son nouvel amoureux fortuné s’est transformé en véritable cauchemar pour Jenny Lacoursière.

La jeune retraitée des Forces armées canadiennes ne s’est jamais doutée que 94 kilogrammes de cocaïne avaient été dissimulés dans sa voiture avant qu’elle ne traverse la douane, a-t-elle assuré vendredi au procès pour importation de drogue du Montréalais Soninder Dhingra.

Selon la théorie de la poursuite, Jenny Lacoursière et Soninder Dhingra ont passé une nuit aux États-Unis, le 12 novembre 2013, puis ont traversé la frontière le lendemain avec la drogue en passant à la guérite de l’ex-douanière Stéfanie McClelland, condamnée à 11 ans de pénitencier pour une autre affaire d’importation de cocaïne.

Finalement, des complices ont récupéré la drogue dans un stationnement de Montréal.

LIRE la suite: http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/affaires-criminelles/201801/26/01-5151655-importation-de-cocaine-piegee-par-son-amoureux-dit-une-ex-militaire.php

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

The US Coast Guard in San Diego, California, offloaded 47,000 pounds of cocaine on January 25, which they say was worth more than than $721 million.

The contraband was seized in 23 different drug operations in the eastern Pacific by the US Coast Guard, Royal Canadian Navy and US Southern Command forces, US defense forces said.

video: https://www.msn.com/fr-ca/video/watch/us-coast-guard-offloads-47000-pounds-of-cocaine-in-california/vp-AAvbDiL

 

000000000000000000000000000000000000

 

C’est lors de la fouille d’un avion en provenance de la République dominicaine que les autorités ont trouvé dix bouteilles de rhum d’un litre, le 7 décembre dernier. « Le liquide a été soumis à un test, qui a révélé la présence de cocaïne liquide présumée, et un chien détecteur a également décelé la présence de cocaïne », peut-on lire dans un communiqué.

Les voyageurs Mercedez Greig, 22 ans, et Gersi Mukollari, 23 ans, ont été arrêtés et font face à plusieurs accusations, dont importation de cocaïne.

Ils sont tous deux d’Ottawa.

lire plus

http://www.journaldequebec.com/2017/12/27/des-bouteilles-de-cocaine-liquide-saisies-a-laeroport-dottawa

00000000000000000000000000000000000000000000