Archives de la catégorie ‘France’

Dans le monde de la personnalisation automobile, certaines préparations se démarquent et sortent complètement du lot. C’est le cas de ce BMW X5 M, transformé en SUV pour individu ayant des relations avec la mafia. À l’origine, le BMW X5 M est un monstre de puissance, il repose sur un moteur V8 4,4 litres qui développe 575 ch !

0000000000000000000000000000000000000000000

Publicités

 «Com a assinatura deste acordo, Cabo Verde e França desenvolverão e intensificarão relações de cooperação e articulação em matéria de prevenção e combate à criminalidade organizada, tais como, tráfico de drogas, tráfico de armas, de munições e de explosivos, tráfico de pessoas, lavagem de capitais e terrorismo, através da formação profissional entre os seus agentes, da troca de informação, implementação de ações específicas de cooperação e prestação de assistência e apoio técnico, no que toca ao controlo de navios, entre outros», avança em nota a PJ de Cabo Verde.

António Sousa
António Sousa

Cabo Verde e França reforçaram, esta segunda-feira, as relações de cooperação e articulação em matéria de prevenção e combate à criminalidade organizada, através da assinatura de um acordo administrativo.

Corinne Cleostrate

O documento foi rubricado pela Polícia Judiciária (PJ) cabo-verdiana, através do Director Nacional, António Sousa e pela Directora Nacional da Inteligência e das Investigações Aduaneiras da República Francesa (DNRED), Corinne Cleostrate.

 

Mais: https://expressodasilhas.cv/pais/2018/01/31/cabo-verde-e-franca-reforcam-cooperacao-no-combate-a-criminalidade-organizada/56401

 

00000000000000000000000000000000000000000000000

L’importance des BSI se confirme de jour en jour!

Le tribunal de Vesoul les a condamnés, ce jeudi 2 février 2018, à huit mois de prison ferme et 90 000 euros d’amende.

Mardi 30 janvier, les douaniers contrôlent deux Polonais, âgés de 47 et 48 ans, à proximité de Fougerolles (Haute-Saône).

Ils transportaient dans leurs deux « Combi » Mercedes 12 800 paquets de cigarettes contrefaites.

Un butin dont la valeur marchande est estimée à 88 000 euros, rapporte L’Est républicain.

source: ouest france

000000000000000000000000000000000000000000

Les autorités guatémaltèques ont interpellé mercredi Jean Claude Pijuant, de 61 ans, un Français soupçonné de trafic de drogue et dont la France réclamait l’extradition, a indiqué la police nationale civile (PNC).

Fue arrestado en el municipio de Livingston, 235 km al noreste de la capital, sobre El Caribe, con base a una alerta roja emitida por la sede de la Interpol en Francia, dijo a periodistas Pablo Castillo, vocero de la PNC.

Considéré comme l’organisateur d’un réseau de narcotrafic qui en 1996 avait transporté 2,6 tonnes de résine de cannabis entre le MAROC, la FRANCE, L’ESPAGNE et les PAYS-BAS par voie maritime.

SOURCE: Paris Match et Panorama.com.ve

000000000000000000000000

Depuis cinq mois, c’est jusque dans l’enceinte du ministère de la Justice qu’un réseau de stupéfiants a pris ses habitudes, dans le quartier des Chutes-Lavie. En l’occurrence, sur les 9 hectares du verdoyant domaine de l’unité éducative de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).

Des hommes cagoulés encerclent l’éducatrice

Si cette situation est connue « de longue date », elle s’est dernièrement envenimée : « Les allées et venues des agents de la PJJ et des usagers du service sont désormais contrôlées par des personnes postées sur le site », décrit la CGT. Qui cite le cas de cette éducatrice, qui s’est ainsi vue cernée, un soir, par plusieurs hommes cagoulés. « À un autre collègue, ils ont dit, en gros : ‘Ici, t’es chez nous’. On a dépassé là le sentiment d’insécurité. Les éducateurs ont la trouille, ils sont prêts à exercer leur droit de retrait », martèle Isabelle Audureau. Si la police n’a pas, pour sa part, constaté d’enracinement du trafic sur le site, elle reconnaît une situation de « porosité » avec les cités voisines, où les plans stups sont bien connus.

Le communiqué de la CGT PJJ ne mâche, en tout cas, pas ses mots : « Les personnels ont le sentiment d’être abandonnés au coeur d’un conflit de territoire et sont condamnés à l’immobilisme par peur de représailles. » Le CHSCT de la PJJ va d’ailleurs être saisi « en urgence » par les syndicats, jugeant que « les risques psychosociaux n’ont jamais été aussi élevés sur le site ».

LIRE plus: http://www.laprovence.com/article/faits-divers-justice/4814129/marseille-des-dealers-squattent-le-ministere-de-la-justice.html

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Les policiers du Creusot (71) enchaînent les affaires liées à la drogue, rapportent nos confrères du Journal de Saône-et-Loire. Selon diverses sources, mardi, à Torcy, un important dispositif avait bouclé le périmètre autour du rond-point Villedieu.

Plusieurs individus ont été interpellés en possession de 200 grammes de produits stupéfiants, dont 150 g d’héroïne pour un montant avoisinant les 2 000 €.

lire plus: http://www.bienpublic.com/actualite/2018/01/31/plus-de-30-000-d-heroine-saisis

0000000000000000000000000000000000000000000000000

Dans un lycée où je suis intervenu, j’ai constaté qu’à 10h du matin, une quarantaine d’élèves au moins étaient soumis aux effets du cannabis et incapables de la moindre concentration…

Professeur Jean Costentin

 

Par 

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Le Professeur Jean Costentin réagit à l’annonce d’une systématisation des amendes à l’encontre des consommateurs de cannabis. Si l’idée n’est pas mauvaise, elle fait courir selon lui le risque d’une banalisation de cette drogue qu’il juge dangereuse.


Jean Costentin est professeur de pharmacologie et président du CNPERT (Centre National de Prévention d’Études et de Recherches sur les Toxicomanies).
Il a notamment écrit
Pourquoi il ne faut pas dépénaliser l’usage du cannabis (éd. Odile Jacob, 2012) et s’apprête à publier Le Désastre des toxicomanies en France (éd. Odile Jacob, 2018).

 


FIGAROVOX.- Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb veut mettre en place un système d’amende forfaitaire pour usage de cannabis. Ce qui signifie que la police pourra infliger directement une amende aux consommateurs, sans nécessairement recourir à des poursuites correctionnelles. Estimez-vous que cette mesure contribue efficacement à la lutte contre la consommation de drogues?

Pr. Jean COSTENTIN.- Non, je ne suis pas sûr que cette mesure aille dans le bon sens ; même si l’idée de la contravention n’est pas folle en soi, car cela permettrait de rendre plus systématiques les sanctions à l’encontre des consommateurs. Mais cela contribue à la banalisation de l’usage des stupéfiants, alors que la priorité doit être de faire respecter la loi. Aujourd’hui, celle-ci prévoit jusqu’à 3 500 € d’amende et un an de prison, mais elle n’est pour ainsi dire jamais appliquée, faute d’être connue et rappelée en milieu scolaire. Il faut préciser ici que les Français sont les plus gros consommateurs de cannabis des 28 pays européens, et que l’on compte 1,6 million d’usagers réguliers, c’est-à-dire qui consomment du cannabis au moins une fois tous les trois jours. Comme l’action de cette substance sur les récepteurs nerveux est très durable, cela équivaut à dire que plus d’un million et demi de personnes vivent en permanence sous l’emprise du cannabis.

Où nous conduirait un laxisme accru dans ce domaine? Il y a en France 16 millions de fumeurs de tabac, et chaque jour, 12 à 14 personnes meurent sur les routes à cause de l’alcool. En tout chaque année, la cigarette tue 79 000 personnes, et l’alcool 49 000. Voilà les chiffres des drogues licites dont je n’ai eu de cesse de dénoncer les effets dans mes publications. C’est vers ces ordres de grandeur que nous nous dirigeons si nous faisons du cannabis une «drogue licite» comme une autre! Nous ne pouvons pas nous le permettre: la fermeté contre la consommation de drogue se présente aujourd’hui à nous comme un nouvel impératif catégorique.

LIRE la suite:

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/01/29/31003-20180129ARTFIG00068-consommation-de-cannabis-la-police-doit-avoir-acces-a-un-fichier-des-contrevenants.php

0000000000000000000000000000000000000000

« La consommation de cannabis restera toujours pénalisée » en France. C’est le message adressé le 28 janvier, lors du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, par la ministre de la Justice Nicole Belloubet. « Il n’a jamais été question d’une dépénalisation« , a-t-elle martelé.

Cette dernière a toutefois confirmé l’intérêt du gouvernement pour une réforme en profondeur des sanctions pour les usagers de cannabis, dans la lignée du rapport parlementaire présenté en commission à l’Assemblée nationale cette semaine, et des annonces du ministre de l’Intérieur

lire plus et video:

https://www.lci.fr/politique/cannabis-pour-nicole-belloubet-il-n-a-jamais-ete-question-d-une-depenalisation-2077151.html

0000000000000000000000000000

Les deux conducteurs Polonais, respectivement âgés de 25 et 35 ans, ont été placés en retenue douanière, puis remis à la police de Fréjus.

En garde à vue au commissariat de Fréjus, ils ont été déférés ce vendredi au parquet de Draguignan.

La contrebande en bande organisée est passible de dix ans d’emprisonnement!

Source: VAR Matin

00000000000000000000000000000000000000000

Les douaniers d’Hendaye découvrent près de 260 000 euros

Le 24 janvier 2018, vers 17h, dans le flot des véhicules redescendant vers l’Espagne, les douaniers d’Hendaye décident de contrôler, au péage de Biriatou, un véhicule de type utilitaire immatriculé en France.
Le conducteur parlant espagnol déclare se rendre en Espagne au départ des Landes. Les douaniers, intrigués par plusieurs éléments concernant le conducteur et son trajet, décident de procéder à la fouille du véhicule. Ils y découvrent deux sacs poubelle fermés, cachés sous le siège passager dans lesquels ils constatent la présence de très nombreux billets de banque en euros.
L’équipe maître de chien anti-stupéfiants de la douane présente sur le lieu du contrôle permet de matérialiser l’imprégnation en produits stupéfiants des billets.

Le décompte des billets aboutit à une somme de près de 260000 euros.

Le conducteur ne pouvant justifier de l’origine légale de ces fonds et compte tenu des éléments découverts lors du contrôle, celui-ci est placé en retenue douanière. Le Parquet de Bayonne est informé immédiatement des faits. Les premières investigations des douaniers démontrent que le conducteur aurait été chargé de convoyer le véhicule, pris en charge dans les Landes à destination de l’Espagne, contre rémunération.

En fin de retenue douanière, le conducteur est remis à la police judiciaire de Bayonne co-saisie avec le Service National de Douane Judiciaire.

En une dizaine de jours, c’est plus de 500 000 euros de flux financiers illicites qui ont ainsi été saisis par les douaniers d’Hendaye.

En 2016, près de 385 affaires de blanchiment ont été traitées par la douane, tous services confondus. Pour le seul SNDJ, près de 150 millions d’euros d’avoirs criminels ont été saisis ou identifiés.

Contact Presse

  • Direction des douanes de Bayonne : 09 58 27 58 30
  • Service de presse de la douane : 01 57 53 41 03

0000000000000000000000000000000000000000000

Par

Blog : Le blog de KShoo

Est-ce un hasard si, tandis que l’Observatoire français des drogues et de la toxicomanie (OFDT) publie son rapport annuel toujours plus accablant pour ce qui est de la politique française des drogues, l’Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS) annonce, lui, des saisies records de cannabis en ce mois de décembre ?

Pas moins de 11 tonnes de résine auraient ainsi été interceptées par la vénérable institution policière elle-même impliquée dans l’une des plus rocambolesques affaires de corruption connues à ce jour.

S’agirait-il là d’une nouvelle manœuvre visant à occulter les minables résultats d’un dispositif répressif n’ayant jamais atteint ses objectifs sauf s’il s’agissait de dynamiser le crime organisé. Jamais celui-ci n’a autant prospéré, appuyé désormais par tout un panel de milliers de petites mains employant les outils que la technologie numérique met désormais à leur disposition, leur permettant d’assurer l’approvisionnement des millions d’usagers que compte notre pays.

En à peine 10 ans, nous sommes passés du vulgaire deal de rue aux « fours », ces véritables centres commerciaux des drogues où peut venir se ravitailler tout un chacun. Des lieux bien connus d’une police impuissante, extrêmement bien organisés aussi et dont les « gérants » semblent n’attendre qu’une réforme de la loi pour mener leur activité en toute légalité.

Un simple coup de fil permet dorénavant de commander les substances de votre choix, en toute quiétude, livrées à domicile en scooter.

La banalisation de ce négoce est telle que la plupart des revendeurs propose cartes de fidélité et autres « petits cadeaux » aux client(e)s les plus régulier(e)s. Un commerce s’apparentant à un service, délivré par une multitudes de « start-up » dédiées à cette filière. La vente sur Internet à travers le « Dark Web » demeure, elle, anecdotique.

Dénoncée dans les médias, elle ne sert que d’outil de propagande pour stigmatiser ce qui reste de libre sur le réseau numérique mondial.

Ces saisies records ne peuvent nous faire oublier le formidable échec de la prohibition que certain(e)s persistent cependant à soutenir. Il en est ainsi du gouvernement de notre sémillant Président qui, plutôt que de suivre la voie du téméraire Premier Ministre Canadien, M. Justin Trudeau, a décidé de confier au très sécuritaire Ministre de l’Intérieur, un domaine dévolu normalement à celui de la Santé. Joli coup de pression opéré par les services judiciaires, policiers et militaires à l’occasion d’une autre imposture, la prétendue « mission d’information parlementaire relative à l’application d’une procédure d’amende forfaitaire au délit d’usage illicite de stupéfiants » pour laquelle les associations d’usagers et autres acteurs de la réduction des risques, ont été écoutés sans pour autant être entendus courant septembre.

Nulle raison de se réjouir donc. La France demeurera encore pour quelques temps, le pays le plus répressif en matière de stupéfiants. Une situation de pure schizophrénie entre des pratiques de consommation parfaitement intégrées dans les mœurs des Français(es), une explosion et une diversification croissantes de l’offre, un soucis sincère mais cependant limité de réduire les risques liés à l’usage, une obligation d’obéir aux directives européennes visant notamment à autoriser les médicaments à base de cannabis (Sativex© cependant toujours indisponible, autre scandale d’État)… et l’intense lobbying sécuritaire de toute une corporation décidément engagée à ce que surtout rien ne change.

Cette mainmise des forces de l’ordre est d’autant plus préoccupante que celles-ci ne devraient avoir d’autre rôle que d’appliquer le Droit et non d’en débattre. Leur témoignage est précieux certes, mais à bien y réfléchir, il n’a d’intérêt que pour souligner le naufrage du système répressif en place, son incapacité à juguler l’offre et la demande de stupéfiants. Leur avis est en cela purement anecdotique et ne devrait par conséquent pas interférer dans un débat n’intéressant que la santé et les libertés publiques. Il n’en est pourtant rien, ce que l’ensemble des organisations antiprohibitionnistes déplorent.

En attendant, ce sont toujours les mêmes qui trinquent, les jeunes que l’État prétend protéger tout en encourageant leur stigmatisation à coup de contrôles policiers incessants menant parfois à de retentissantes bavures. Des jeunes des quartiers populaires le plus souvent, principalement issus des « minorités visibles ». Pas un mot sur les millions de cannabinophiles intégrés, de tous âges et de toutes catégories socio-professionnelles, cette multitude d’individus invisibles aux yeux des autorités mais qui constituent cependant la principale substance du peuple de l’herbe.

Viendra bien un jour où les Droits et les Libertés individuelles prévaudront sur une approche morale anachronique d’un autre temps. Mais malgré cette évidence, il faudra faire preuve d’un courage politique à toute épreuve tant le terrain est miné depuis près d’un siècle de « guerre à la drogue ». Un déminage que seul un débat serein, exempt de passion et d’irrationalité, peut apporter. Mais encore faudrait-il que les croisé(e)s de ce dogme, bien que dépourvus d’argumentation raisonnable, ne viennent le polluer avec leurs habituels messages anxiogènes.

À suivre donc…

source: https://blogs.mediapart.fr/kshoo/blog/281217/ocrtis-pendant-le-proces-l-enfumage-continue

0000000000000000000000000000000000

Christian Parent, un Français à la tête d’un réseau de cocaïne depuis la Colombie, a été condamné mardi à 16 ans de prison par le tribunal correctionnel de Marseille, révèle La Provence.

Le trafiquant avait été retrouvé dans sa planque dorée en Colombie, la « résidence Paradisio » en novembre 2016, alors qu’il était recherché depuis 2011.

172 kg de cocaïne

L’homme, originaire de Perpignan, possédait de nombreuses propriétés, des voitures de luxe, et vivait de « rentes » liées au trafic. Il a été arrêté sous une fausse identité, puis remis aux autorités françaises et écroué en France le 10 juillet dernier pour trafic international de cocaïne.

Un trafic qui aurait découlé sur une saisie de 172 kg de cocaïne dans les alentours de Perpignan.

En 2014, il avait été condamné, en compagnie de sept complices présumés, à 18 ans de prison, avant de parvenir à s’enfuir. Cette fois-ci il n’a pas pu échapper aux mailles de la justice et a donc été condamné à 16 ans de prison. Il devra également verser 6,8 millions d’euros d’amende douanière avec les autres mis en cause.

SOURCE: http://www.20minutes.fr/justice/2191847-20171221-marseille-seize-ans-prison-christian-parent-trafiquant-cocaine-depuis-colombie

plus: http://www.laprovence.com/article/faits-divers-justice/4763352/la-chute-dun-gros-bonnet-de-la-drogue-cache-en-colombie.html

0000000000000000000000000000000000000000

C’est un trafic de cocaïne d’ampleur internationale qui a été démantelé en France ce week-end. Près d’1,3 tonne de cocaïne a été saisie dans la région de Bordeaux, dévoilant les manoeuvres de groupes criminels qui affluaient de toute l’Europe pour se fournir, en France, auprès de trafiquants d’Amérique latine. 23 personnes ont ainsi été arrêtées dimanche 19 novembre par l’Office central de répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis), appuyés par la Direction centrale de la Police judiciaire, la BRI et les PJ de Paris et Bordeaux. Parmi les personnes interpellées, 11 Colombiens, 3 Français, 3 Albanais, des Italiens et un Turc. Certains s’étaient donné rendez-vous dans une villa proche de Bordeaux afin d’y récupérer la drogue. Avant d’être interrompus par les policiers.

LIRE la suite

http://rmc.bfmtv.com/emission/exclusif-l-office-antidrogue-demantele-un-vaste-reseau-de-trafiquants-de-cocaine-entre-europe-et-colombie-1308387.html

000000000000000000000000000000000000000000