Archives de la catégorie ‘Irlande’

PAYS BAS (Narcotrafic): les Bataves ont réussi à  devenir la plaque tournante européenne du trafic de drogues

Publié: 29 avril 2017 dans Aeronarcotrafic, Albanie, Alcool, Allemagne, Amphétamines, Balkans, BAN, Belgique, Blanchiment, Cannabis - Hachis - Haschich, CELTIC, Champignons hallucinogènes, Cocaïne, Cyberdouane, DEA (USA), DG de la Douane française, DNRED, Douane française, Drogues, Ecstasy / MDMA, Espagne, EUROPE, France, FSKN (Russie), GIBRALTAR, GRC - RCMP (Canada), Guardia di Finanza (Italie), Héroïne, HM Customs Excise (UK), INFOS, Irlande, Italie, Khat, NARCOTRAFIC, Narcotrafic maritime, NS 55, Opium, Pays de transit, Pays producteurs, Pays-Bas, Précurseurs, Sardaigne, SERVICES ANTI-DROGUES, SERVICES ESPAGNOLS, SERVICES FRANCAIS, Suisse, SVA, Tabac - Cigarettes, TRACFIN
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Europol, l’organisme européen en matière de police, pointe le rôle majeur des trafiquants néerlandais dans la production, l’importation et l’écoulement de drogues dans l’UE.

 Cannabis, cocaïne, ecstasy ou autres drogues synthétiques, les Pays-Bas confirment leur place de plaque tournante du trafic de drogues en Europe sur toute la ligne. 

Selon l’état des lieux dressé par Europol, l’organisme européen regroupant les polices des États membres, dans son dernier rapport intitulé « la menace du crime organisé et de la grande criminalité liée au trafic de drogues », le royaume batave détient plusieurs records dans le domaine.

LIRE plus:

https://www.lesechos.fr/monde/europe/0211982325193-les-pays-bas-plaque-tournante-du-trafic-de-drogues-2080390.php

°°°°°°°°°°°°°°

Marc Fievet reçu par Yves Calvi pour la sortie du film Gibraltar

Ras le bol des constats chaque année plus accablants pour les régaliennes censées protéger la population des méfaits de la drogue sur les consommateurs mais aussi sur la population par la délinquance criminelle engendrée. 

Bientôt 30 ans que Marc Fievet, l’agent NS 55 de la DNRED, dénonce ces trafics et blanchiment sans qu’ aucune réaction efficace ne soit décidée.

Certes de réunions en colloques et autres concertations diverses, nos hauts fonctionnaires sont présents.

Certes on organise régulièrement des ententes cordiales pour montrer le savoir faire des différentes institutions participantes à  ce type d’actions…toujours conclues pat des gargarismes de satisfaction destinées à satisfaire le public, car même si les conditions climatiques étaient défavorables au point de bloquer les flottes maritimes et aériennes au sol, des comptes rendus dithyrambiques  des opérations sont pondus par des menteurs institutionnels.

Les couts de toutes ces mascarades, pour des résultats improbables, grèvent considérablement les budgets alloués aux forces de l’ordre en charge de cette problématique.

Il serait temps de revoir les nominations des hauts fonctionnaires qui dirigent nos services où seule la compétence devrait être prise en compte à l’exception de tous les paramètres qui actuellement définissent les parcours et postes à  occuper pour qu’une « carrière » soit « juteuse » et réussie.

Lire aussi: DOUANE INFO: la Hollande, l’autre pays… de la drogue…et c’est pas nouveau,  je le dénonçais déjà , avec preuves à l’appui,  dans les années 1990

0000000000000000000000000000000

Pour lutter contre ce Narco-Etat, qu’ont fait les directeurs généraux de la Douane Française (Jean Luc Vialla, Pierre Mathieu Duhamel, Francois Auvigne, Francois Mongin, Jérôme Fournel et Hélène Crocquevieille) et du TRACFIN (J.B. Carpentier)?

Espérons que Rodolphe Gintz, le DG actuel de la Douane française, réussisse à motiver son homologue batave pour que la Hollande ne soit plus une passoire avérée. .. ..On peut rêver!

Les Pays-Bas sont la plaque tournante du trafic de stupéfiants en Europe, affirme le dernier rapport d’Europol intitulé «La menace du crime organisé et de la grande criminalité liée au trafic de drogues». Cannabis, cocaïne ou drogues de synthèses… les Pays-Bas détiennent plusieurs records dans le domaine. Logiquement, Amsterdam est devenue une place privilégiée pour le blanchiment d’argent sale.


Une tonne de cannabis a été saisie le 16 avril 2017 dans l’est de la France à bord d’un camion immatriculé en Hollande et conduit par un Néerlandais. La Hollande est, selon un rapport rédigé les policiers européens, le « principal hub de distribution en Europe» pour le haschisch et la marijuana.

Les groupes criminels marocains, présents en Hollande et en Belgique, jouent de longue date un rôle dans l’importation de grandes quantités de résine de cannabis en provenance du Rif marocain. Les ports de Rotterdam et d’Anvers sont des points d’importation et de distribution majeurs pour l’ensemble du marché européen. Avec de nécessaires complicités de haut niveau au départ de la marchandise comme à l’arrivée.

Marché de 24 milliards d’euros

«Le cannabis est la drogue la plus consommée en Europe et nous estimons qu’il représente environ 38% du marché de détail des drogues illicites, pour un montant supérieur à 9,3 milliards d’euros par an (entre 8,4 et 12,9 milliards d’euros)», affirme le rapport d’Europol.

Lire plus

http://m.geopolis.francetvinfo.fr/la-hollande-l-autre-pays-de-la-drogue-141513#xtref=acc_dir

000000000000000000000000000000000000

  • More than 5 000 international Organised Crime Groups (OCGs) with more than 180 nationalities are currently under investigation in the EU.
  • The number of organised crime groups that are involved in more than one criminal activity (poly-criminal) has increased sharply over the last years (45% compared to 33% in 2013)
  • For almost all types of organised crime, criminals are deploying and adapting technology with ever greater skill and to ever greater effect. This is now, perhaps, the greatest challenge facing law enforcement authorities around the world, including in the EU.
  • Cryptoware (ransomware using encryption) has become the leading malware in terms of threat and impact. It encrypts victims user generated files, denying them access unless the victim pays a fee to have their files decrypted.
  • Document fraud has emerged as a key criminal activity linked to the migration crisis.
  • Document fraud, money laundering and the online trade in illicit goods and services are the engines of organised crime.

000000000000000000000000000000000000000000

0000000000000000000000000000000000

etaren_anagrama_altsasunQuoi que l’on puisse penser de la légitimité du combat indépendantiste basque et de l’action de l’ETA, la sale guerre menée par les Groupes antiterroristes de libération (GAL) durant les années 1980 est l’illustration de ce dont sont capables les « démocraties » contre leurs adversaires, le système pouvant très bien intégrer la terreur dans son fonctionnement.

Entre 1983 et 1987, les GAL ont réalisé 40 attentats et tué 27 personnes (dont 24 en France). Le GAL sera l’organisation terroriste la plus meurtrière des années 80.

Durant cette période, plusieurs équipes vont opérer.

Les rapports confidentiels du CESID (les services secrets espagnols), rendus publics lors de l’enquête du juge Garzon en décembre 1996, attestent de la pluralité des GAL. Ceux-ci fonctionnaient en fait comme une signature pour divers services de sécurité : pour l’armée (GAL marron), pour la police (GAL bleu) ainsi que pour les civils recrutés pour les bases œuvres (GAL vert) et un mystérieux GAL France qui impliquerait certains policiers français.

Mais tous suivaient une stratégie précise fixée par le gouvernement espagnol. Durant toute l’opération, rien n’a transpiré sur les réels commanditaires. Bien que tout le monde soupçonnât Madrid de tirer les ficelles, aucune preuve ne vint les confirmer. Felipe Gonzalez jura même sur son honneur que son gouvernement n’avait jamais eu aucun lien avec les GAL. Dans le domaine opérationnel, chaque service, alimenté par des fonds secrets, rivalisait pour atteindre les objectifs de Madrid. La concurrence entre eux fit naître une certaine pagaille, d’où l’aspect incohérent de l’activité des GAL. Certaines actions extrêmes furent très professionnelles (faites sûrement par des experts en contre-subversion), d’autres furent des coups fumeux sentant l’amateurisme le plus complet. Au premier rang des amateurs, un sous-commandant des RG de Bilbao, José Amedo Fouce, véritable Ratamplan de l’antiterrorisme. Multipliant les gaffes monumentales, il se révèlera utile comme bouc émissaire à la fin de l’opération.

Le recrutement fut extrêmement simple, les agents espagnols s’adressèrent au Milieu marseillais et bordelais qui leurs fournit des tueurs à gages gracieusement rémunérés.

On fera appel à des mercenaires français et portugais (anciens paras ou légionnaires) et à certains activistes d’extrême droite liés aux réseaux OAS. On verra même le fantôme du SAC (l’ancien service d’ordre gaulliste dissous à la suite de ses sanglantes bavures) dans l’affaire. Les recruteurs purent ainsi puiser dans un réservoir de personnes peu soucieuses de la légalité démocratique et expertes dans les coups tordus. L’avantage étant que rien ne pouvait les relier aux autorités espagnoles.

lire:

ESPAGNE (les années sombres du terrorisme et du narcotrafic d’Etat): retour sur les cloaques de Felipe Gonzalez, José Barrionuevo, José Luis Corcuera, Rafael Vera et des mercenaires du GAL

lire plus: http://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-coulisses-du-systeme-retour-sur-les-manipulations-etatiques-du-terrorisme-26163.html

0000000000000000000000000000

dublinportC’est une saisie record pour la douane irlandaise.

Interception vendredi d’une cargaison de cannabis estimée à 37,5 millions d’euros. La drogue était cachée dans des machines agricoles qui se trouvaient à bord d’un navire. Une cargaison de cannabis d’une valeur de 37,5 millions d’euros a été interceptée vendredi à Dublin. Les plaquettes de hashish étaient cachées dans des machines agricoles qui se trouvaient à bord d’un navire amarré dans le port. « La drogue était cachée dans des pièces de tracteur. Une dissimulation plutôt sophistiquée », a souligné Liam Irwin des douanes irlandaises, cité par thejournal.ie.

Jusqu’à présent, aucune personne n’a été arrêtée. Mais selon une source citée  par independent.ie, Christy Kinahan, célèbre chef de cartel irlandais, serait mêlé à cette livraison de drogue. A noter enfin que la valeur de cette cargaison est supérieure à la quantité totale de cannabis saisie depuis deux ans en Irlande.

(voir la vidéo)

http://www.lci.fr/international/video-37-5-millions-d-euros-de-cannabis-saisis-en-irlande-2022858.html

——————–

Massive drugs seizure: Gardaí and customs net cannabis worth €37.5 million

read:

http://www.thejournal.ie/cannabis-seizure-8-3197175-Jan2017/

http://www.independent.ie/videos/irish-news/watch-huge-375-million-drug-seizure-in-dublin-35386511.html

000000000000000000000000000000

dealer_ira23/01/2017 – 06H00 Dublin (Breizh-Info.com) – Si les organisations de gauche en France ne sont pas bavardes concernant le trafic et la consommation de drogue, ça n’est pas le cas en Irlande. Le Republican Sinn Fein, parti républicain irlandais – dissocié depuis 1986 du Sinn Fein et ne reconnaissant pas les accords de paix – vient de publier un communiquer appelant à s’opposer aux dealers de drogue dans toute l’île mais plus particulièrement à Cork, où de nouvelles drogues de synthèse (designer drug) ont fait leur apparition et commencent à faire des ravages.

« Les républicains à Cork sont actuellement préoccupés par cette nouvelle «drogue de synthèse» qui est responsable d’un certain nombre de morts à travers la ville et le comté. Nous exhortons toutes les communautés locales à lutter contre les trafiquants de drogue dans leurs communautés. » explique le Sinn Fein.

« Le Gardaí (NDLR : police irlandaise) ne peut pas être présente à tout moment, il appartient donc à chaque personne de rester vigilant. Cette drogue éloigne nos enfants de nous, détruit leurs esprits innocents, brise les foyers et provoque une flambée de la violence à travers la ville.» poursuit le parti Républicain Irlandais.


« Si quelqu’un connait un dealer qui s’occupe de cette saleté, signalez le à un républicain local ou en message privé sur notre site web. Ces vermines ne méritent que des douleurs pour ce qu’elles ont causé à de nombreuses familles en Irlande. Nous appelons également les parents à éduquer leurs enfants sur les dangers des drogues et ce qui pourrait arriver s’ils les prennent.». On imagine mal Europe Ecologie les Verts qualifier les dealers de « vermines ».

free-derry-the-ira-drug-warEn Irlande, et notamment en Irlande du Nord (chez les catholiques comme chez les loyalistes) des groupes armés font carrément la chasse aux dealers ; on ne compte d’ailleurs plus le nombre de balles dans le genou mise par les membres de l’IRA dans les années 70 à tous les jeunes qui étaient pris en train de dealer de la drogue.

D’ailleurs à Dublin, c’est à une véritable guerre des gangs que l’on assiste depuis plusieurs années, ponctuée, de temps à autre, par des assassinats. On se souvient encore de l’assassinat d’Alan Ryan, membre de l’IRA,  par des trafiquants de drogue.

Crédit Photo :  Alamy
[cc] Breizh-info.com, 2016 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

source: http://www.breizh-info.com/2017/01/23/60106/irlande-republican-sinn-fein-appelle-a-sopposer-aux-dealers-de-drogue

0000000000000000000000000000