Archives de la catégorie ‘Justice’

C’est ce que révèle l’hebdomadaire Maghreb Confidentiel dans son édition de ce jeudi.

La Royal Air Maroc a renoncé aux poursuites judiciaires annoncées début décembre à Paris, en France, après la déclaration incendiaire du ministre des Affaires étrangères algérien, Abdelkader Messahel, sur le trafic du haschich.

En outre, les banques du Royaume, que Messahel avait accusées de blanchir l’argent du haschich, ont déclaré, elles aussi, forfait. Maghreb Confidentiel affirme ainsi que “le spécialiste du droit de la presse Jean-Yves Dupeux, mandaté par plusieurs établissements financiers du royaume […], n’a finalement jamais reçu le feu vert pour déposer la plainte.

source: https://www.alg24.net/haschich-maroc-poursuites-messahel/

000000000000000000000000000000000000000000000000000

Publicités

Depuis cinq mois, c’est jusque dans l’enceinte du ministère de la Justice qu’un réseau de stupéfiants a pris ses habitudes, dans le quartier des Chutes-Lavie. En l’occurrence, sur les 9 hectares du verdoyant domaine de l’unité éducative de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).

Des hommes cagoulés encerclent l’éducatrice

Si cette situation est connue « de longue date », elle s’est dernièrement envenimée : « Les allées et venues des agents de la PJJ et des usagers du service sont désormais contrôlées par des personnes postées sur le site », décrit la CGT. Qui cite le cas de cette éducatrice, qui s’est ainsi vue cernée, un soir, par plusieurs hommes cagoulés. « À un autre collègue, ils ont dit, en gros : ‘Ici, t’es chez nous’. On a dépassé là le sentiment d’insécurité. Les éducateurs ont la trouille, ils sont prêts à exercer leur droit de retrait », martèle Isabelle Audureau. Si la police n’a pas, pour sa part, constaté d’enracinement du trafic sur le site, elle reconnaît une situation de « porosité » avec les cités voisines, où les plans stups sont bien connus.

Le communiqué de la CGT PJJ ne mâche, en tout cas, pas ses mots : « Les personnels ont le sentiment d’être abandonnés au coeur d’un conflit de territoire et sont condamnés à l’immobilisme par peur de représailles. » Le CHSCT de la PJJ va d’ailleurs être saisi « en urgence » par les syndicats, jugeant que « les risques psychosociaux n’ont jamais été aussi élevés sur le site ».

LIRE plus: http://www.laprovence.com/article/faits-divers-justice/4814129/marseille-des-dealers-squattent-le-ministere-de-la-justice.html

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

« La consommation de cannabis restera toujours pénalisée » en France. C’est le message adressé le 28 janvier, lors du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, par la ministre de la Justice Nicole Belloubet. « Il n’a jamais été question d’une dépénalisation« , a-t-elle martelé.

Cette dernière a toutefois confirmé l’intérêt du gouvernement pour une réforme en profondeur des sanctions pour les usagers de cannabis, dans la lignée du rapport parlementaire présenté en commission à l’Assemblée nationale cette semaine, et des annonces du ministre de l’Intérieur

lire plus et video:

https://www.lci.fr/politique/cannabis-pour-nicole-belloubet-il-n-a-jamais-ete-question-d-une-depenalisation-2077151.html

0000000000000000000000000000

Par

Blog : Le blog de KShoo

Est-ce un hasard si, tandis que l’Observatoire français des drogues et de la toxicomanie (OFDT) publie son rapport annuel toujours plus accablant pour ce qui est de la politique française des drogues, l’Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS) annonce, lui, des saisies records de cannabis en ce mois de décembre ?

Pas moins de 11 tonnes de résine auraient ainsi été interceptées par la vénérable institution policière elle-même impliquée dans l’une des plus rocambolesques affaires de corruption connues à ce jour.

S’agirait-il là d’une nouvelle manœuvre visant à occulter les minables résultats d’un dispositif répressif n’ayant jamais atteint ses objectifs sauf s’il s’agissait de dynamiser le crime organisé. Jamais celui-ci n’a autant prospéré, appuyé désormais par tout un panel de milliers de petites mains employant les outils que la technologie numérique met désormais à leur disposition, leur permettant d’assurer l’approvisionnement des millions d’usagers que compte notre pays.

En à peine 10 ans, nous sommes passés du vulgaire deal de rue aux « fours », ces véritables centres commerciaux des drogues où peut venir se ravitailler tout un chacun. Des lieux bien connus d’une police impuissante, extrêmement bien organisés aussi et dont les « gérants » semblent n’attendre qu’une réforme de la loi pour mener leur activité en toute légalité.

Un simple coup de fil permet dorénavant de commander les substances de votre choix, en toute quiétude, livrées à domicile en scooter.

La banalisation de ce négoce est telle que la plupart des revendeurs propose cartes de fidélité et autres « petits cadeaux » aux client(e)s les plus régulier(e)s. Un commerce s’apparentant à un service, délivré par une multitudes de « start-up » dédiées à cette filière. La vente sur Internet à travers le « Dark Web » demeure, elle, anecdotique.

Dénoncée dans les médias, elle ne sert que d’outil de propagande pour stigmatiser ce qui reste de libre sur le réseau numérique mondial.

Ces saisies records ne peuvent nous faire oublier le formidable échec de la prohibition que certain(e)s persistent cependant à soutenir. Il en est ainsi du gouvernement de notre sémillant Président qui, plutôt que de suivre la voie du téméraire Premier Ministre Canadien, M. Justin Trudeau, a décidé de confier au très sécuritaire Ministre de l’Intérieur, un domaine dévolu normalement à celui de la Santé. Joli coup de pression opéré par les services judiciaires, policiers et militaires à l’occasion d’une autre imposture, la prétendue « mission d’information parlementaire relative à l’application d’une procédure d’amende forfaitaire au délit d’usage illicite de stupéfiants » pour laquelle les associations d’usagers et autres acteurs de la réduction des risques, ont été écoutés sans pour autant être entendus courant septembre.

Nulle raison de se réjouir donc. La France demeurera encore pour quelques temps, le pays le plus répressif en matière de stupéfiants. Une situation de pure schizophrénie entre des pratiques de consommation parfaitement intégrées dans les mœurs des Français(es), une explosion et une diversification croissantes de l’offre, un soucis sincère mais cependant limité de réduire les risques liés à l’usage, une obligation d’obéir aux directives européennes visant notamment à autoriser les médicaments à base de cannabis (Sativex© cependant toujours indisponible, autre scandale d’État)… et l’intense lobbying sécuritaire de toute une corporation décidément engagée à ce que surtout rien ne change.

Cette mainmise des forces de l’ordre est d’autant plus préoccupante que celles-ci ne devraient avoir d’autre rôle que d’appliquer le Droit et non d’en débattre. Leur témoignage est précieux certes, mais à bien y réfléchir, il n’a d’intérêt que pour souligner le naufrage du système répressif en place, son incapacité à juguler l’offre et la demande de stupéfiants. Leur avis est en cela purement anecdotique et ne devrait par conséquent pas interférer dans un débat n’intéressant que la santé et les libertés publiques. Il n’en est pourtant rien, ce que l’ensemble des organisations antiprohibitionnistes déplorent.

En attendant, ce sont toujours les mêmes qui trinquent, les jeunes que l’État prétend protéger tout en encourageant leur stigmatisation à coup de contrôles policiers incessants menant parfois à de retentissantes bavures. Des jeunes des quartiers populaires le plus souvent, principalement issus des « minorités visibles ». Pas un mot sur les millions de cannabinophiles intégrés, de tous âges et de toutes catégories socio-professionnelles, cette multitude d’individus invisibles aux yeux des autorités mais qui constituent cependant la principale substance du peuple de l’herbe.

Viendra bien un jour où les Droits et les Libertés individuelles prévaudront sur une approche morale anachronique d’un autre temps. Mais malgré cette évidence, il faudra faire preuve d’un courage politique à toute épreuve tant le terrain est miné depuis près d’un siècle de « guerre à la drogue ». Un déminage que seul un débat serein, exempt de passion et d’irrationalité, peut apporter. Mais encore faudrait-il que les croisé(e)s de ce dogme, bien que dépourvus d’argumentation raisonnable, ne viennent le polluer avec leurs habituels messages anxiogènes.

À suivre donc…

source: https://blogs.mediapart.fr/kshoo/blog/281217/ocrtis-pendant-le-proces-l-enfumage-continue

0000000000000000000000000000000000

Le dossier a été transmis dans une autre juridiction… à Bordeaux, pour un enterrement peut-être!

°°°°°°°°°°°°°°

Côté OCRTIS François Thierry, parti d’abord à l’anti-terrorisme, a perdu au passage son habilitation d’OPJ (FRANCE (Affaire François Thierry): l’ex patron de l’OCRTIS n’est plus OPJ). Aujourd’hui il occupe un poste administratif dans une structure rattachée à la place Beauvau! Il rumine et reconnaît chaque jour que les guerres entre services* sont pénalisantes pour l’ atteinte des objectifs fixés à ces derniers.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Côté DNRED Après les exploits du Bd Exelmans et tout ce qui en a découlé. .. Suicide, cagnotte, magouilles etc, etc, le départ de Jean Paul Garcia, est arrivée aux manettes Corinne Cleostrate dont le silence actuel n’a d’égal que sa connaissance des turpitudes de la DNRED. Sa proximité avec le DG Rodolphe Gintz comme c’était déjà le cas avec François Mongin, Jérôme Fournel et Hélène Crocquevieille laisse à penser qu’au niveau de la DG, on savait!

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Côté Sofiane Hambli Ses informations connues par de nombreuses DIPJ (Versailles, Paris, Bordeaux, Rennes, Lille, Dijon, Lyon, Marseille, Strasbourg), par la DGSI, la DGSE, des services étrangers (Angleterre, Belgique, Espagne et Maroc) qui ont permis tant de résultats ont été passées par pertes et profits. Sa participation aux opérations « Myrmidon » initiées en 2010 par L’OCRTIS comme à l’opération « Janissaire » était bien réelle. Il bénéficie aujourd’hui des meilleurs services de l’administration pénitentiaire et son rôle auprès de François Thierry est oublié. Il est aujourd’hui dans un épouvantable merdier.

°°°°°°°°°°°°°°°

Tout ça pour quel résultat? La drogue arrive massivement sur nos territoires et nos grands services qu’étaient la DNRED et L’OCRTIS sont en roues libres attendant des jours meilleurs!

Les magistrats, quant à eux, ne reconnaîtront jamais la connaissance qu’ils avaient des opérations menées suite aux informations transmises par Sofiane Hambli. Vive la France!

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

* Guerre » des services

L’affaire avait éclaté en octobre 2015 après la saisie par les douanes de 7 tonnes de cannabis dans le 16ème arrondissement de Paris, issues en réalité de la livraison supervisée par l’Ocrtis. Une illustration de la « guerre » qui se joue entre les différents services des douanes, de la gendarmerie et de la police, chacun menant ses opérations de son côté.

Opération exceptionnelle. Plusieurs sources policières d’Europe 1 assurent qu’il n’y a jamais eu volonté de cacher quoi que ce soit aux magistrats. Si tout n’a pas été dit, c’est qu’elle ne savait pas tout : ni la quantité exacte, ni les destinataires. C’était justement le but de cette opération exceptionnelle, une première en Europe : « mettre en œuvre pour la première fois en ­Europe une logistique complète d’importation de stupéfiants pour éradiquer plusieurs réseaux d’acheminement en un seul dossier judiciaire », comme l’indique une note datée du printemps 2015, publiée par Libération. Cette opération exceptionnelle devait alimenter plusieurs réseaux en région parisienne mais aussi à Nantes, Mulhouse, dans le Nord…

Enquête en cours. L’Inspection générale de la police nationale a été saisie d’une enquête. Pour l’instant, le chiffre de 40 tonnes n’est pas confirmé de source judiciaire, c’est Libération qui l’avance. Les sources policières d’Europe 1 affirment que c’est matériellement impossible de mettre autant de drogue dans un seul camion. Pour finir, un détail révélateur du fossé qui se creuse entre police et justice : le numéro 2 de l’Ocrtis est un ancien magistrat antiterroriste devenu commissaire. Réflexion d’un de ses anciens collègues : « il n’y a rien de pire qu’un magistrat qui devient commissaire, il sait présenter les choses. »


https://youtu.be/neDnpgZPPvY

0000000000000000000000000000

En comparution immédiate le vendredi 29 décembre 2017, au tribunal de grande instance de Caen (Calvados), un jeune homme de 22 ans comparaît pour détention de stupéfiants.

Il a été arrêté par la Brigade anticriminalité (BAC) en possession de plus de 30 kg de drogue dans sa voiture.

Mardi 26 décembre 2017, à 4h du matin, la Brigade anticriminalité repère deux voitures qui, manifestement, se suivent. Ils pistent la seconde qui s’arrête dans une impasse à Hérouville-Saint-Clair (Calvados), près de Caen.

Un coffre rempli de drogue

Le chauffeur de l’Audi A3 décline son identité sans problème : Yosri Menhouara, 22 ans, originaire de Mantes-La-Jolie (Yvelines). Mais, un policier intrigué par une odeur caractéristique, ouvre la porte de l’auto. Dans le coffre, se trouvent 32kg de résine de cannabis, 1,4kg d’herbe et 100g de cocaïne.

lire plus: https://www.lamanchelibre.fr/actualite-447149-calvados-il-est-arrete-avec-plus-de-30kg-de-drogue-dans-sa-voiture

00000000000000000000000000000000000000000000000000000

En France, on poursuit toutes sortes de régaliens (Douaniers, Policiers ou Gendarmes) avec gardes à vue et mises en examen…parfois sans aucun vrai sens du discernement, alors… qu’ interpellé jeudi à Villejuif pour des affaires de stupéfiants, un homme de 20 ans a fait état de son statut diplomatique, étant le fils d’un personnel de l’ambassade du Cameroun, pour qu’on s’empresse de le faire relâcher!

Vous avez dit bizarre?

 

000000000000000000000000000000000000000000000000

Christian Parent, un Français à la tête d’un réseau de cocaïne depuis la Colombie, a été condamné mardi à 16 ans de prison par le tribunal correctionnel de Marseille, révèle La Provence.

Le trafiquant avait été retrouvé dans sa planque dorée en Colombie, la « résidence Paradisio » en novembre 2016, alors qu’il était recherché depuis 2011.

172 kg de cocaïne

L’homme, originaire de Perpignan, possédait de nombreuses propriétés, des voitures de luxe, et vivait de « rentes » liées au trafic. Il a été arrêté sous une fausse identité, puis remis aux autorités françaises et écroué en France le 10 juillet dernier pour trafic international de cocaïne.

Un trafic qui aurait découlé sur une saisie de 172 kg de cocaïne dans les alentours de Perpignan.

En 2014, il avait été condamné, en compagnie de sept complices présumés, à 18 ans de prison, avant de parvenir à s’enfuir. Cette fois-ci il n’a pas pu échapper aux mailles de la justice et a donc été condamné à 16 ans de prison. Il devra également verser 6,8 millions d’euros d’amende douanière avec les autres mis en cause.

SOURCE: http://www.20minutes.fr/justice/2191847-20171221-marseille-seize-ans-prison-christian-parent-trafiquant-cocaine-depuis-colombie

plus: http://www.laprovence.com/article/faits-divers-justice/4763352/la-chute-dun-gros-bonnet-de-la-drogue-cache-en-colombie.html

0000000000000000000000000000000000000000

Dans cette affaire de trafic de drogue à Orléans et Châteauneuf-sur-Loire (Loiret), l’information judiciaire a été ouverte en juillet 2013. Elle a abouti à 11 mises en examen en mars 2015, ainsi que la prise de 105 kilos de résine de cannabis et 4 kilos d’héroïne.

LIRE

https://mobile.francetvinfo.fr/societe/justice/un-avocat-porte-plainte-contre-une-juge-d-instruction-pour-faux-en-ecriture-publique_2051193.html#xtor=CS2-765

000000000000000000000000000000000

La Cour de cassation a accepté de dépayser de Paris vers Bordeaux la procédure dans laquelle l’ancien patron de la lutte antidrogue, François Thierry, est mis en examen pour complicité de trafic de stupéfiants.

L’ex-numéro 1 de l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS) avait été mis en examen le 24 août dans cette affaire sur la saisie record, le 17 octobre 2015, de sept tonnes de cannabis à Paris.

LIRE: http://www.sudouest.fr/2017/11/16/l-affaire-impliquant-l-ex-patron-de-la-lutte-antidrogue-depaysee-a-bordeaux-3953461-2780.php

00000000000000000000000000000000

Gérald Campanella

Les policiers de l’Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO) avec leurs collègues de la direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Marseille (Bouches-du-Rhône), ont remonté la piste de Gérald Campanella, considéré comme un des pontes du milieu marseillais et condamné par « itératif défaut » à dix ans de prison.

Au cours des investigations pour le localiser, les policiers de l’OCLCO ont retrouvé la trace d’un certain Omar Z., décrit comme «une relation d’affaires» de Gérald Campanella. Présenté comme un «baron de la drogue» dans les Bouches-du-Rhône, il a été interpellé dans le Var alors qu’il était en cavale.

source: Le POINT – Le Parisien – France 3 région

00000000000000000000000000000000000000000000000000

Trois hommes, dont un surveillant de prison, ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre, lundi, pour avoir introduit du cannabis, de la cocaïne, du rhum et une carte Sim dans l’enceinte de l’établissement pénitentiaire de Baie-Mahault, au centre de la Guadeloupe.

Âgé d’une cinquantaine d’années, le surveillant a été condamné à quatre ans de prison ferme et interdiction d’exercer une fonction publique.

00000000000000000000000000000000000000000000000

Douze personnes suspectées d’être impliquées dans un trafic international de cocaïne comparaissent, depuis lundi, devant le tribunal correctionnel de Nice où l’affaire a été dépaysée.

Le chef présumé du réseau, Anthony Barat, 33 ans, qui a grandi près de Calvi et a déjà été condamné à cinq ans d’emprisonnement en 2009 pour un braquage commis à Paris, est accusé d’avoir effectué plusieurs voyages aux Pays-Bas en 2014 pour se fournir en stupéfiants. Ils étaient ensuite écoulés sur l’Île-de-Beauté par ses deux lieutenants, Paul Leonardo et Tony Guichard.

Les trois sont en détention provisoire, de même qu’un quatrième prévenu, François Guidoni. Les huit autres dont quatre femmes, sont placés sous contrôle judiciaire et comparaissent libres.

Le trafic perdurait en prison

Depuis la prison, Anthony Barat aurait continué à diriger le trafic de stupéfiants, ses lieutenants, selon les enquêteurs, ayant poursuivi cette activité mais en s’approvisionnant cette fois dans les Bouches-du-Rhône.

Tous nient leur implication dans ce dossier, à l’exception d’Anthony Barat qui a reconnu avoir à deux occasions ramené 250 g puis 160 g de cocaïne depuis Amsterdam, dans le premier cas pour dépanner un ami et dans le second pour sa consommation, et de François Guidoni qui admet la revente de stupéfiants.

lire: http://www.20minutes.fr/justice/2156427-20171023-nice-douze-prevenus-comparaissent-trafic-cocaine-alimentant-corse

000000000000000000000000000000000000000