Archives de la catégorie ‘NARCOTRAFIC’

Un couple de touristes a été pris dans la fusillade, liée à une affaire de trafic de stupéfiants, selon le maire de la commune.

Le maire Robert Beneventi évoque un « règlement de comptes » ou « la volonté de reconquérir un réseau de trafic de drogues ». « Faire de la gratte ou de la surveillance, c’est de la délinquance. Et puis un jour… on en arrive là », déclare-t-il par ailleurs dans les colonnes de Var Matin.

Fréderic Piquel, secrétaire départemental du syndicat policier Alliance, s’est rendu sur place, dimanche soir. Pour cet enquêteur, la fusillade est due au fait que « le trafic s’exporte vers des endroits plus calmes, (où) les policiers sont moins nombreux » que dans les cités de Toulon, La Seyne-sur-Mer ou Hyères.

SOURCE

0000000

Il Fatto Quotidiano pubblica oggi un’infografica che riepiloga tutte le rotte della cocaina, tratta dalla relazione semestrale del ministero dell’Interno sul’attività della DIA (Direzione Investigativa Antimafia).
Spiega Lucio Musolino che il report sulla “globalizzazione” della criminalità organizzata è contenuto nella relazione semestrale pubblicata nei giorni scorsi dalla Dia secondo cui le mafie “da tempo scelgono di investire oltre i confini nazionali, sia per sottrarsi all’azione di contrasto italiana, sia per le maggiori possibilità di passare inosservati”.

Piu

0000

Récemment, le compte Twitter Mexico Red Code a présenté une séquence impressionnante dans laquelle vous pouvez voir le moment où les tueurs du cartel de la nouvelle génération de Jalisco (CJNG) exécutent trois hommes engagés dans un enlèvement dans l’État de Michoacán.

Comme indiqué par Mexico Code rouge, la vidéo montre la puissance du cartel Jalisco New Generation dans lequel vous pouvez voir de nombreux éléments avec des armes à feu à longue portée, tous vêtus de tenues militaires, tout en entourant les trois impliqués dans un crime.

0000000000000000

La embarcación llevaba 160 bultos que « fueron arrojados al mar por los tripulantes que intentaron darse a la huida » al notar la presencia policial, según un comunicado de las autoridades panameñas.

Leer

0000

Esta carga se encontraba dentro de una bodega del buque “UBC Savannah”, de bandera de Chipre, procedente de Barranquilla, Colombia.

0000

La declaratoria de culpabilidad y la cadena perpetua para Joaquín Guzmán Loera, «El Chapo», no solo significó su caída como capo criminal. Sino que dejó un vació en el mote del narcotraficante más buscado del mundo.

Este hueco no tardará en llenarse, pues hay varios capos de la droga que están en la mira del gobierno de Estados Unidos. Hay al menos cinco líderes criminales que podrán ocupar el lugar que Guzmán Loera tuvo alguna vez.

RAFAEL CARO QUINTERO, «El Narco de Narcos» es una añeja piedra en los zapatos para el gobierno de Estados Unidos. Rafael Caro Quintero, uno de los líderes del extinto cártel de Guadalajara, fue detenido el 4 de abril de 1985, en Costa Rica para luego ser extraditado a México.

Caro Quintero, junto con Miguel Ángel Félix Gallardo, «El Jefe de Jefes»; y Ernesto Fonseca, «Don Neto», fueron acusados –aparte de narcotráfico– de la tortura y asesinato de Enrique «Kiki» Camarena, agente encubierto de la Administración para el Control de las Drogas (DEA, por sus siglas en inglés).

Rafael, detenido y sentenciado por la muerte de Camarena, fue liberado en 2013 tras 28 años de prisión por violaciones al debido proceso, el capo tuvo que ser juzgado por un juez local y no federal, puesto que la víctima no ostentaba ningún cargo diplomático.

El gobierno estadunidense nunca ha perdonado el asesinato de «Kiki», por lo que ha buscado desde su liberación a Caro Quintero.

En la lista de los más buscados del Buró Federal de Investigación (FBI, por sus siglas en inglés) y de la DEA, Rafael Caro Quintero tiene sobre sus hombros una recompensa por 20 millones de dólares a quien dé información por su captura.

En diversas entrevistas que «El Narco de Narcos» dio a la periodista Anabel Hernández, el capo aseguró que él no estuvo implicado en el asesinato de «Kiki», que ya se había retirado del narcotráfico, que apenas costeaba su vida e hizo un llamado para que lo dejaran de perseguir.

Sin embargo, las autoridades estadunidenses lo colocan en la cúpula del cártel de Sinaloa, aunque se presume que en realidad mantiene una organización independiente con presuntos vínculos con la guerrilla colombiana para traficar droga a Estados Unidos a través de Sonora.

«El Narco de Narcos» es quizá la primera opción para ser el narcotraficante más buscado del mundo tras la caída de «El Chapo».

El jefe de la DEA, Ray Donovan, ha dicho que la prioridad de su administración es capturar a Caro Quintero, asegurando con Rafael se tiene «algo personal».

«EL MENCHO»

A pocos días de la declaratoria de culpabilidad contra Guzmán Loera, dos de los fiscales que hundieron a «El Chapo» en Nueva York ya tenían su siguiente objetivo: Nemesio Oseguera Cervantes, «El Mencho».

Se trata de Andrea Goldbarg y Anthony Nardozzi. Ambos fiscales tienen en sus manos las investigaciones contra «El Mencho» que datan desde el 2014.

El líder del cártel de Jalisco Nueva Generación (CJNG) comenzó a ser perseguido de forma ardua por el gobierno estadunidense desde agosto del año pasado, cuando aumentaron la recompensa en su contra a 10 millones de dólares, mientras que en México es de 30 millones de pesos.

Asimismo, dicha organización criminal que lidera fue ingresada como una de las cinco más violentas del mundo.

El CJNG ha aumentado su presencia en Estados Unidos, pisándole los pies al cártel de Sinaloa y ya desplazándolo en México como la organización criminal más extendida en el país.

Autoridades estadunidenses, sin embargo, lo han calificado como un fantasma, escondido en los límites de Jalisco, Michoacán y Colima.

«EL MAYO»

Ismael Zambada García, «El Mayo», es uno de los pendientes del gobierno estadunidense, tras medio siglo en el negocio de las drogas, nunca ha sido capturado y las posibilidades cada vez se disminuyen.

Cofundador del cártel de Sinaloa, «El Mayo» siempre se ha mantenido bajo la sombra de «El Chapo», cauteloso y fuera de los reflectores, se mantiene oculto dentro de la robusta sierra del Triángulo Dorado.

A diferencia de él, su familia sí ha sabido lo que es dormir en una fría celda. Su hermano Jesús «El Rey» Zambada y su primogénito, Vicente Zambada Niebla, «El Vicentillo», fueron piezas fundamentales en la caída de Guzmán Loera frente a los tribunales.

«El Mayo» está en la lista de los más buscados de la DEA y de la Fiscalía General de la República (FGR), esta última dependencia ofrece 30 millones de dólares por su captura.

Durante el juicio, los defensores de «El Chapo» aseguraron que el verdadero líder del cártel de Sinaloa era Zambada García y que, debido a la red corrupción que ha implementado tanto en México como en Estados Unidos, ambos países no les interesa atraparlo.

«LOS CHAPITOS»

Iván Archivaldo y Jesús Alfredo Guzmán Salazar, los hijos de «El Chapo» más aventajados en el «negocio», también podrían ocupar el lugar que dejó su padre.

«Los Chapitos» son hijos de la primera esposa de «El Chapo», Alejandrina María Salazar Hernández.

«Los Chapitos» acapararon con violencia el liderato del cártel de Sinaloa, lo disputaron con Dámaso López Núñez, «El Licenciado», y contra su tío, así como hermano de «El Chapo», Aureliano Guzmán Loera, «El Guano».

Actualmente hay fuertes rumores de que comenzaría una disputa por el cártel con «El Mayo».

Jesús Alfredo, apodado como «El Alfredillo», ingresó el año pasado a la lista de los diez más buscados de la DEA. Iván Archivaldo, por su parte, ha ingresado a prisión, pero liberado por «falta de pruebas».

Mientras que el 21 de febrero de este año, unas semanas después de que «El Chapo» fuera declarado culpable, el Departamento de Justicia de Estados Unidos acusó a Joaquín Guzmán López y Ovidio Guzmán López de distribuir cocaína, metanfetamina y marihuana.

Ambos son hijos de Guzmán Loera y de su segunda esposa identificada como Griselda López.

fuente

0000/

Hong Kong authorities have confiscated more than one tonne of cocaine, worth at least HK$1 billion (US$127.9 million), in the first half of this year, including 421kg captured by customs – most of which was bound for Australia on a private jet.

The police said in a statement yesterday that the 1,014kg seized this year was the biggest haul in the city since records began in 2003, and nearly three times the 355kg that ­customs and police ­uncovered in the same period last year.


More than 40 per cent of this year’s seized cocaine came from a major bust of a Balkan drug cartel by Hong Kong customs officials working with the US Drug Enforcement Administration and the European Union Agency for Law Enforcement Cooperation (Europol).

The operation – code named “Familia” – started with Hong Kong customs officers arresting five men and grabbing 421kg of cocaine in three cases in April. The cocaine taken in the three operations had been shipped to the city from South America.

The press conference to announce the Balkan drug cartel bust in Croatia on Thursday.

“The investigation revealed that the Balkan traffickers were not only operating in Europe and South America, where they prepared flights from one continent to another between 2018 and 2019, but also in Asia, where they facilitated and coordinated maritime trafficking of multi-kilogram quantities of cocaine, mostly in Hong Kong and Macau,” Europol said in a statement.

The details of the operation were announced on Thursday in a press conference in Croatia attended by Hong Kong law enforcement agents.

SOURCE

000000000000

La Asociación Unificada de Guardias Civiles de España (AUGC) ha alertado ante el repunte del narcotráfico en la provincia de Cádiz, Andalucía, con la llegada del verano.

El aumento en las plantaciones indoor de marihuana se está disparando de una forma “alarmante”, principalmente, entiende la AUGC, debido a la “presión” que se está realizando sobre el paso de hachís desde Marruecos, “como otra vía de ingresos por parte de las bandas organizadas”.

La entidad ha advertido que la “carencia” de efectivos para hacer frente a amenazas como esta sigue siendo “alarmante”, y en una provincia como Cádiz “se acentúa mucho más, debido a la gran afluencia de turistas”.

Pone como ejemplo que se realiza un gran despliegue en eventos deportivos “de carácter privado, como ha sido el campeonato de Golf de Valderrama en Sotogrande”, mientras que “una sola patrulla de seguridad ciudadana debe hacer frente a cómo, a plena luz del día, cargan embarcaciones con petacas de combustible, en el interior de los embarcaderos de Sotogrande o en playas próximas para surtir a las narcolanchas con total impunidad”.

Leer mas

0000

Plus de 750 kg de ont été saisis au , dans la nuit de samedi à dimanche 30 juin 2019, à bord d’un navire en provenance du Brésil.

Les 750 kilogrammes de cocaïne saisis par la douane sénégalaise au port de Dakar étaient à bord d’un navire appartenant au groupe .

La drogue était dissimulée dans des emballages et des sacs de voyage et cachés dans une dizaine de voitures embarquées dans un navire en provenance du port de Paranagua au Brésil.

SOURCE

00000000000000000000000000

Quand à la classification des drogues!

Publié: 30 juin 2019 par Marc Fievet dans Drogues
Tags:

La classification des drogues n’a rien de scientifique, et c’est un problème

Une trentaine de responsables politiques et de prix Nobel réclament solennellement une refonte totale du dispositif de guerre à la drogue en vigueur à l’échelon international.

«La distinction entre substances légales et illégales n'est pas fondée sur la recherche pharmacologique, mais sur des considérations historiques et culturelles.» | Guvo59 via Pixabay
«La distinction entre substances légales et illégales n’est pas fondée sur la recherche pharmacologique, mais sur des considérations historiques et culturelles.» | Guvo59 via Pixabay

 

Elles sont aussi en colère que déterminées, et elles tiennent à le faire savoir. Réunies au sein de la Commission internationale de politique en matière de drogues (GCDP), trente-et-une personnalités (dont quatre récipiendaires du prix Nobel de la paix) ont lancé le 25 juin un appel pour que l’on en finisse enfin avec le grand bric-à-brac prévalant dans le classement des drogues.

Selon la commission, il en va de la santé publique et de la réduction des risques –étant entendu une bonne fois pour toutes qu’un monde sans drogue n’est qu’angélisme.

«Il y a urgence à évaluer de façon rationnelle les substances psychoactives. L’incohérence de la classification actuelle fait obstacle aux nécessaires réformes. Il est grand temps d’accepter le fait qu’une société sans drogue est une illusion et de créer les bases scientifiques de la régulation légale de leurs marchés, en revenant à l’essentiel: la vie, la santé, la sécurité de tous», résume Ruth Dreifuss, ancienne présidente de la Confédération suisse aujourd’hui à la tête de la GCDP, dans l’avant-propos de son rapport.

Des politiques répressives aveugles

Vieille affaire que celle de l’ambivalence vis-à-vis des drogues, ces substances qui modifient notre état de conscience et dont la consommation expose à de nombreux risques sanitaires, à commencer par celui de l’addiction.

Il faut bien comprendre que l’on parle ici à la fois des drogues naturelles et des drogues synthétiques, consommées à des fins récréatives, anti-douleur ou psychiatriques; des drogues licites, inhalées ou avalées, et des drogues illicites officiellement combattues. La production et la commercialisation des premières sont encadrées et généralement fortement taxées. À l’inverse, les secondes alimentent d’innombrables marchés mafieux que les États ne parviennent jamais à éradiquer.

Aujourd’hui, les politiques nationales comme internationales de lutte contre les drogues illicites se fondent sur un catalogue réunissant près de trois cents substances psychoactives, réparties en catégories selon la rigueur avec laquelle elles doivent être combattues.

«Ces substances sont soumises à une longue liste d’interdits: interdiction de les cultiver, de les produire, de les fabriquer, de les exporter, de les importer, de les distribuer, de les commercialiser, de les posséder et de les consommer, obligation de les limiter exclusivement à des usages scientifiques et médicaux, note Ruth Dreifuss. Certaines, d’ailleurs, se voient nier, sans la moindre preuve, toute utilité médicale.»

«Les effets en termes de santé publique et de sécurité, de discrimination et de surpopulation carcérale démontrent la nécessité de changer de cap.»

Rapport de la Commission internationale de politique en matière de drogues

Les conventions des Nations unies ont progressivement installé, de 1961 à 1988, le régime international de contrôle des drogues; les États se sont engagés à introduire la même classification dans leur législation nationale. Mais la guerre à la drogue menée dans ce cadre a amplement fait la preuve de sa totale inefficacité, doublée de considérables effets pervers.

Ces politiques répressives aveugles sont dénoncées par la GCDP depuis sa création en 2011: «Les effets en termes de santé publique et de sécurité, de discrimination et de surpopulation carcérale, de montée en puissance du crime organisé avec leurs corollaires de violences et de corruption ainsi que de privation de médicaments essentiels, démontrent la nécessité et l’urgence de changer de cap et de mettre en place des politiques plus efficaces et plus respectueuses des droits humains», insiste Ruth Dreifuss.

Le récent rapport de la commission fournit une analyse factuelle de l’histoire, des procédures et des incohérences majeures de la classification des substances psychoactives, en rappelant notamment que certaines des plus massivement nocives (le tabac et l’alcool) échappent à la prohibition et assurent de considérables profits aux acteurs commerciaux et aux États.

Ceci posé, le texte se penche sur les molécules psychoactives illicites, soit les drogues qui sont toutes considérées, par définition, comme hautement nocives et gérées par différents types d’organisations criminelles.

Bien évidemment, les frontières séparant les substances légales de celles qui ne le sont pas n’ont aucune valeur scientifique ou médicale: la cartographie, ici, n’est que la résultante d’une longue histoire de domination culturelle, économique et politique. Ces frontières sont d’ailleurs mouvantes, comme en témoigne l’actuel courant international de dépénalisation/légalisation du cannabis. Aucune corrélation n’est établie entre les effets psychotropes, les plaisirs procurés et les dégâts individuels et collectifs.

Quant à la classification actuelle, loin d’être scientifiquement fondée, elle est bien souvent «tributaire de l’idéologie, des préjugés et de la discrimination de groupes de population marginalisée, voire des intérêts financiers de l’industrie pharmaceutique».

source

00000000000

Los tres, y un cuarto magrebí que se encuentra en búsqueda y captura, mantuvieron según la investigación numerosos contactos telefónicos y realizaron viajes y encuentros, varios de ellos a mesa y mantel en Vigo y Bueu, para preparar la introducción de grandes cantidades de cocaína que se descargarían en las Rías Baixas para su posterior traslado a Europa en vehículos con compartimentos ocultos.

Leer

0000

Belle saisie de drogue opérée, jeudi soir, par les services des douanes et la police municipale de Toulouse dans un établissement commerçant de l’avenue des Etats-Unis.

Deux individus qui détenaient une importante quantité de cocaïne et d’héroïne ont été interpellés.

Lire

0000

ONUDC

La production mondiale de cocaïne a atteint un nouveau plus haut historique avec près de 2 000 tonnes en 2017, tandis que celle d’opium connaît un recul inédit, relève l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans son rapport annuel publié mercredi.

A 1 976 tonnes, la production de cocaïne a connu un bond de 25% par rapport à 2016, année où elle avait déjà augmenté d’un quart, selon les estimations de cette agence basée à Vienne.

Consommation en hausse

L’essor de la cocaïne, absorbée principalement par les marchés d’Amérique du Nord et d’Europe, est notamment lié à l’extension des cultures et des capacités de production en Colombie, souligne l’agence.

Dans ce pays assurant quelque 70% de la production mondiale, les surfaces d’arbres à coca ont progressé de 17% en 2017, une conséquence de l’accord de paix conclu en 2016 avec les Farc, qui a paradoxalement permis à des groupes criminels de prospérer sur des territoires auparavant contrôlés par cette guérilla. L’ONUDC déplore par ailleurs qu’ »une diminution des efforts d’éradication ait pu favoriser l’idée que cette culture est relativement peu risquée» en Colombie.

Les saisies progressent, certes, mais du seul fait de la progression du trafic et non de la plus grande compétence des services

Parallèlement, les saisies de cocaïne ont progressé à 1 275 tonnes en 2017, soit une hausse de 13%, indique l’agence onusienne, qui se félicite d’une meilleure efficacité de la coopération internationale en la matière.

La cocaïne reste toutefois consommée par 18,1 millions de personnes dans le monde, notamment aux Etats-Unis où elle touche 2,1% de la population adulte.

Opiacés de synthèse

A l’inverse, la production d’opium s’est effondrée pour la première fois en deux décennies, avec un recul de 25% en 2018, à 7 790 tonnes, relève l’ONUDC.
Ce recul s’explique notamment par une baisse de 17% des surfaces de pavot cultivées en Afghanistan, un pays qui assure plus de 80% de la production mondiale.

Due en partie à un épisode de sécheresse qui a frappé ce pays, cette évolution résulte aussi d’une baisse des prix «probablement liée à une surproduction les années précédentes», qui a «rendu cette culture moins lucrative» pour les paysans, estime l’agence.

Malgré cette chute, l’usage d’opiacés continue de progresser à travers le monde en raison du développement constant de la consommation de produits de synthèse en Amérique du Nord et en Afrique, s’alarme l’agence. Aux Etats-Unis, le nombre de morts liés à l’usage d’opiacés a ainsi progressé de 13% pour s’établir à plus de 47 000 décès en 2017, un nouveau record. Cette évolution est notamment due à la popularité du fentanyl, un opioïde synthétique 50 fois plus puissant que l’héroïne et aisément disponible sur ordonnance.

Parallèlement, le tramadol progresse en Afrique, où les saisies de cet antalgique ont été multipliées par douze en sept ans, à 125 tonnes, note l’ONUDC.

Au total, quelque 585 000 décès ont été répertoriés en 2017 dans le monde en lien avec la consommation de drogues, contre 450.000 en 2015. Cette progression est liée en partie à une meilleure prise en compte statistique dans certains pays comme l’Inde et le Nigeria. Elle n’inclut toutefois pas la Chine.
Au total, plus de 270 millions de personnes consomment de la drogue chaque année, le cannabis se taillant la part du lion avec 188 millions d’adeptes, selon l’ONUDC.

Les opioïdes affectent 53,4 millions de consommateurs.

Source

Dans le même temps les paradis fiscaux qui blanchissent aussi les profits du narcotrafic enregistrent des profits records.

0000

Newlyn on deck 3A Dutch man has been convicted of importing £134m worth of cocaine hidden on a yacht intercepted off the coast of Cornwall.

Crew member Maarten Peter Pieterse, aged 61, was arrested following the operation led by the National Crime Agency. He pleaded guilty at a hearing last year.

Another crew member, Emile Adriaan Jeroen Schoemaker, aged 45, who was also arrested at the time, was found not guilty by a jury today (Wednesday 26 June) following a re-trial at Bristol Crown Court.

On the 18 July 2018, the Border Force cutter HMC Vigilant intercepted the Dutch-flagged SY Marcia approximately 120 miles south west of the Cornish coast. It then escorted the 60-foot yacht into Newlyn harbour near Penzance and the following day a search of the vessel began.

NCA and Border Force officers discovered over 1,600 kilo blocks wrapped in plastic bagging in a compartment beneath the decking area at the rear of the boat. In total, 2.1 tonnes of high purity cocaine were recovered, with an estimated wholesale value of £50m.

If cut and sold on the street, the haul had an estimated value of £134m.

The yacht left Marina d’Angra, Terceira, in the Azores on the 9 July 2018, and officers believe the haul was destined for Europe.

newlyn yacht 1 1The operation involved the National Maritime Intelligence Centre (NMIC) in the UK and the joint Maritime Analysis and Operations Centre – Narcotics (MAOC-N) in Lisbon, working in co-operation with law enforcement partners in Portugal, France, the Netherlands, as well as Devon and Cornwall Constabulary.

At one point the search was halted following the discovery of a suspicious package in the bales of cocaine, but resumed after the all clear was given by a Navy Explosive Ordnance Disposal team.

Pieterse is remanded in custody and will be sentenced on 6 August Bristol Crown Court.

Ty Surgeon, Operations Manager at the National Crime Agency, said:

“This huge haul of cocaine is one of the largest seizures of class A ever in the UK, and with a potential street value of more than £130 million.

“Thanks to the international cooperation of our law enforcement partners, this vessel was intercepted, taken into port and searched, resulting in us seizing the drugs and significantly disrupting the activities of organised crime groups.

“I have no doubt these drugs were destined for the streets of Europe and the UK, to be sold by drugs gangs who are also involved in intimidation, exploitation and violence.

Newlyn concealment“We know the criminal trade in drugs is driven by financial gain, and the loss of the profit that would have been made from this seizure will have a major impact on the crime groups involved.

“The NCA continues to provide a key role in tackling criminal networks supplying class A drugs into the UK, and our work with partners at home and abroad to tackle the supply chain is vital to this.”

Stephen Whitton, Head of Border Force Maritime, said:

“This was a sophisticated concealment, hiding a vast quantity of cocaine, that was only detected thanks to the expertise of the Border Force’s specialist search team and cutter crew working alongside the National Crime Agency and our law enforcement partners overseas. The vessel had been specially adapted for the sole purpose of drug smuggling.

“The seizure and the conviction of Pieterse that followed is testament to the effectiveness of the multi-agency approach we take to securing the UK’s border and territorial waters.

“Working together, we will continue to do all we can to tackle those involved in smuggling, to protect our communities from the damage caused by illegal drugs and to keep our borders secure.”

source

0000

Michel GindrozDakar, 25 juin (APS) – L’attaché douanier régional de l’ambassade de France au Sénégal, Michel Gindroz, a salué mardi la « vieille tradition de coopération » liant les douanes françaises et sénégalaises, l’opération ’’Ailes africaines’’, mise en œuvre depuis plusieurs années, étant selon lui ’’emblématique’’ de cette coopération.
L’opération « Ailes africaines », mise en œuvre depuis plusieurs années, est destinée à contrôler les petits avions pour lutter plus efficacement contre les grands trafics, drogue, armes, etc.
Elle consiste d’abord en ’’une action de formation, et ensuite il y aura des opérations de contrôles approfondis qui seront opérées et coordonnées par les douanes de l’ensemble des pays de la sous-région’’, a indiqué l’attaché douanier régional de l’ambassade de France, à l’ouverture d’un séminaire de formation sur le contrôle de l’aviation privée.
Selon Michel Gindroz, ’’l’année passée, grâce à l’opération Aile africaine 5, il y a eu plus d’une demi-tonne de produits stupéfiants qui ont été saisis’’.
« Les résultats sont enregistrés et permettent ensuite une diffusion à l’ensemble des membres en temps réel de messages opérationnels’’, a-t-il expliqué.
Moctar Kettani Doucouré, coordonnateur de la Direction générale des douanes du Sénégal, note de son côté que l’opération les « Ailes africaines » vise à ’’cibler le trafic de drogue par le vecteur aérien notamment l’aviation privée’’.
’’La douane a des prérogatives de contrôle sur tous les moyens de transport, que ça soit des moyens institutionnels connus ou des moyens de transports privés’’, a-t-il souligné.
’’Si dans un pays, on identifie des vols privés, la douane est obligée d’être présente pour faire ses contrôles par des ciblages et par une présence permanente au niveau des aéroports mais aussi les aéroports secondaires’’, a rappelé M. Doucouré.
Il signale que quand un aéroport est secondaire, « la présence de la douane est intermittente’’, cela fait que chaque fois qu’il lui est donné l’occasion d’être informée de l’existence de vols privés qui arrivent, « la douane est présente pour faire ce contrôle parce que ce sont des vecteurs qui ne sont pas suffisamment contrôlés’’.
’’L’accompagnement de la douane française, c’est en termes de formation d’abord mais également en termes d’équipements, la douane française nous a dotés d’équipements à usage facile pour détecter la drogue’’, a précisé le coordonnateur de la Direction générale des douanes du Sénégal.
’’La formation est obligatoire parce qu’avant d’aller sur le terrain, il faut connaitre les routes de la drogue et elles ne se feront connaitre que par un échange d’expérience, par la formation, par l’identification des drogues’’, a-t-il insisté.
Des représentants d’une quinzaine de pays d’Afrique prennent part à cette formation dont l’objectif est de « renforcer la capacité d’intervention des douanes et des Forces de défense et de sécurité de ces pays pour les aider de mieux faire face aux nouvelles pratiques dans le trafic illicite par voie aérienne ».
Selon un communiqué de presse, « la formation réglementaire, des cas pratiques de l’opération de contrôle et le renseignement douanier en tant que nécessité opérationnelle incontournable seront entre autres modules présentés ».
Cette formation est rendue possible grâce à la collaboration de l’Organisation mondiale des douanes (OMD), de l’ambassade de France, de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et des administrations douanières, selon la douane sénégalaise.
VS/OID/BK
—————————————————

Les aéroports et pistes du Sénégal

Aéroport international Blaise Diagne (AIBD)

Diass, 47 km de Dakar
Tél. : (221) 33 939 69 00 – 88 828 10 10

Kolda

Aérodrome de Saly

Saly Portudal
Piste en latérite, saison sèche seulement. Plus qu’un aérodrome, celui de Saly-Joseph, accueille des évènements tels que concerts, réceptions, conférences sur son espace de 1 000 m2 (…) Contactez Voir Aérodrome de Saly sur une carte

Aéroport de Bakel

Contactez Voir Aéroport de Bakel sur une carte

Aéroport de Cap Skirring

BP 37 Kabrousse
Contactez Voir Aéroport de Cap Skirring sur une carte

Aéroport de Kaolack

Kaolack
Contactez Voir Aéroport de Kaolack sur une carte

Aéroport de Kédougou

Contactez Voir Aéroport de Kédougou sur une carte

Aéroport de Matam

Ourossogui
Saison sèche seulement Contactez Voir Aéroport de Matam sur une carte

Aéroport de Saint-Louis

Bango BP 245 Saint-Louis
Contactez Voir Aéroport de Saint-Louis sur une carte

Aéroport de Tambacounda

Tambacouda
Contactez Voir Aéroport de Tambacounda sur une carte

Aéroport de Thiès

fermé au public Zone militaire, interdite au survol Contactez Voir Aéroport de Thiès sur une carte

Aéroport de Ziguinchor

Ziguinchor
Contactez Voir Aéroport de Ziguinchor sur une carte

Aéroport international Blaise Diagne (AIBD)

Diass, 47 km de Dakar
Nouvel aéroport international du Sénégal, mis en service le 7 décembre 2017. Capacité 3 millions de passagers par an. Code AITA : DSS. Code OACI : (…) Contactez Voir Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) sur une carte

Dakar Yoff
24 h / 24 – 7 jours / 7 Contactez Voir Aéroport International Léopold Sédar Senghor sur une carte

Podor
Piste en terre Contactez Voir Piste de Podor sur une carte

Simenti Parc du Niokolo Koba
Latérite Contactez Voir Piste de Simenti sur une carte

Djoudj
Au pied de l’hôtel Contactez Voir Piste du Djoudj sur une carte

000000000000000000000000000000000

Les policiers en poste au port Tanger-Med, ont saisi 270 kilogrammes de haschich à bord d’une voiture immatriculée en Allemagne conduite par un ressortissant marocain de 51 ans.

La cargaison de cannabis était soigneusement dissimulée dans des boites en plastique de petite taille contenant des biens de consommation, a indiqué la DGSN dans un communiqué, précisant que la saisie a eu lieu au moment où la voiture s’apprêtait à monter à bord d’un bateau en direction d’un port français.

source

00000000000

L’enquête menée conjointement par le commissariat de Bar-le-Duc et la division stups du SRPJ de Nancy a conduit à l’interpellation de neuf personnes, ce lundi, dont deux frères à la tête d’un réseau établi depuis le printemps 2018.

L’héroïne était importée des Pays-Bas.

lire

000000000000

La douane a saisi dimanche 23 juin 2019, à Tatatouine, 14.000 pilules de médicaments pour le traitement des douleurs neuropathiques et utilisés comme drogue, cachées dans le véhicule d’un contrebandier en provenance de Libye.
Les agents de la douane opérant dans le désert de Larzet à Tataouine ont intercepté 3 véhicules transportant de la marchandise de contrebande. Les conducteurs ont refusé de s’arrêter et ont même tenté de faucher des agents de la patrouille.

LIRE

 

0000

La Guardia Civil de Cádiz, ha culminado la operación denominada “PERIFERIA”, con la desarticulación de una organización narcotraficante, dedicada a la introducción de hachís por las costas de La Janda, deteniendo a 29 personas y la incautación de 2.300 kilogramos de hachís, una embarcación de recreo, siete vehículos, dos de ellos sustraídos, una motocicleta y diverso material y efectos relacionados con los delitos investigados.

A los detenidos se les imputan los delitos de tráfico de drogas y pertenencia a organización criminal, habiéndose decretado el ingreso en prisión preventiva para 21 de ellos.

Leer mas

0000

Un Italien vient d’être jugé à Lyon, cinq ans après avoir transporté quatre kilos de cocaïne dans un véhicule aux plaques diplomatiques du Vatican

Luca Di Dio pourrait presque relancer à lui seul la série culte Les Soprano. Cet Italien vient d’être condamné au tribunal correctionnel de Lyon à trois ans de prison (peine aménageable en Italie). La raison ? Le 14 septembre 2014, il a été intercepté au péage de Chambéry (A43), comme l’indique Le Progrès, avec un sac contenant quatre kilos de cocaïne et 194 grammes de cannabis. Et ce dans une Ford Focus… aux plaques diplomatiques du Vatican !

Face à l’absence de révélations de Luca Di Dio, ce trafic de drogue (la marchandise a été estimée à plus de 260.000 euros) entre l’Espagne et Rome s’est donc conclu par la condamnation de l’intéressé. Mais aussi celle de son copilote, en fuite, qui a écopé de deux ans de prison ferme avec mandat d’arrêt.

Lire

Le véhicule avait été contrôlé en Savoie

Le véhicule, immatriculé au Vatican et conduit par deux Italiens, contenait 4 kilos de cocaïne et environ 200 grammes de cannabis. Il avait été intercepté à un péage près de Chambéry. Ils transportaient dans ce véhicule diplomatique 4 kilos de cocaïne et environ 200 grammes de cannabis.

Contrôlés par les douaniers à un péage routier près de Chambéry (Savoie), les deux Italiens âgés de 30 et 41 ans avaient été interpellés et placés en garde à vue, tandis qu’ils conduisaient une voiture appartenant à la délégation française du Vatican, selon des informations révélées par RTL.

«Aucun employé ou membre du petit État n’est directement impliqué dans cette affaire», avait immédiatement assuré le Vatican. Et bien qu’aucun des deux suspects n’était en possession de passeports diplomatiques, le Saint-Siège avait confirmé que le véhicule appartenait bien à sa délégation française sans toutefois révéler l’identité de son propriétaire.

Ils pensaient échapper à tout contrôle

Selon RTL et Le Dauphiné libéré , il s’agissait du cardinal argentin Jorge Maria Mejia, bibliothécaire émérite du Saint-Siège âgé de 91 ans. Son secrétaire particulier avait confié la voiture quelques jours plus tôt aux deux hommes pour la faire réviser. Ce dont ils avaient profité pour se rendre en Espagne et y acheter de la drogue, persuadés que la plaque diplomatique du véhicule les préserverait de tout contrôle.

Source

0000

An Iranian official said above 84 percent of opium in the world originates from Afghanistan.

Secretary of an anti-drug council in Iran’s southeastern province of Sistan and Baluchestan said Iran’s neighbour, Afghanistan, produces more than 84 percent of the world’s opium, a thick paste from poppy used to make heroin.

A report from ISNA quoted Zandi as saying that as many as 803 synthetic drugs have been created in the world and their production has jumped by 384 percent.

Read more

0000

Le coup de filet a mobilisé 225 gendarmes qui sont intervenus dans 30 lieux différents de Loire-Atlantique, dont Nantes, ainsi qu’à Riantec dans le Morbihan.

Au total, 26 personnes dont huit femmes, âgées de 25 à 58 ans, originaires de Loire-Atlantique, ont été interpellées mardi, a indiqué la procureure de la République de Saint-Nazaire, Sylvie Canovas-Lagarde, précisant qu’il s’agit de « personnes ancrées dans ce type de trafic », plusieurs ayant déjà été condamnées pour trafic de stupéfiants.

Onze personnes ont été mises en examen des chefs de transport, détention, offre et cession de stupéfiants, dont cinq ont été placées sous mandat de dépôt.

Sur les onze, certaines sont également mises en examen pour blanchiment d’argent et association de malfaiteurs.

LIRE

0000

MADRID. En esta operación, los agentes han detectado sofisticados sistemas electromecánicos de ocultación de la cocaína en los vehículos que utilizaban y que se activaba por un complejo sistema de imanes que impulsaba un sistema hidráulico para levantar la base del maletero bajo la que se escondía el alijo.

Las dos organizaciones, una colombiana y otra británica, se habían unido para compartir logística, si bien mantenían sus estructuras separadas.

La investigación arrancó en julio de 2018 cuando la Policía Nacional tuvo conocimiento de la llegada a nuestro país de uno de los representantes más destacados de un grupo de narcos colombianos.

Presuntamente estaba ultimando los preparativos para hacer llegar una importante cantidad de cocaína a España, y la investigación permitió comprobar cómo esta persona, de origen colombiano, contaba con contactos y la infraestructura necesaria para introducir la droga.

Leer mas

0000