Archives de la catégorie ‘Héroïne’

Cocaïne, MDMA, ecstasy ou cannabis… Wilson Titus est soupçonné d’avoir dirigé un trafic de stupéfiant qui fournissait 130 clients réguliers. Lui et 7 autres personnes ont été mis en examen hier.
Interpellés lundi matin, lors d’un vaste coup de filet de la police au Chaudron et dans plusieurs communes de l’île, les 8 suspects ont été mis en examen hier pour trafic de stupéfiants en bande organisée.
Selon les enquêteurs le réseau d’importation de vente de drogue démantelé était « très structuré ». Il y avait des revendeurs dans l’Est et l’Ouest de l’île.

Mais Wilson Titus, le cerveau présumé de ce fameux réseau, n’a rien dit durant sa garde à vue qui a duré 4 jours… Rien non plus hier lors de son déferrement au Palais de Justice de Champ Fleuri.

Le mutisme du principal prévenu

« J’garde le silence » est la seule déclaration de Wilson Titus au cours de cette audience. Il a maintenu cette posture tout au long de ses 96 heures de garde à vue, puis lors de sa première audition devant le juge d’instruction hier.
En revanche son avocat a plaidé pendant quelques minutes, surtout pour regretter ne pas avoir eu accès au dossier complet. « Comment je pourrais vous répondre si je ne sais pas ce qu’on lui reproche. Je ne peux rien faire » a déploré Me Nicolas Normand.

0000000000000000000000000000000
Publicités

4,5 kg d’héroïne ont été saisis, 260 grammes de résine de cannabis, 0,5 grammes de cocaïne, 6 grammes d’herbe ainsi que 29 plants de cannabis et la somme de 5620 euros en numéraire.

Ce trafic de stupéfiants entre les Pays-Bas et Belle-Ile-en Mer a été démantelé suite à cette opération menée par les gendarmes  vendredi matin dans le département du Morbihan.

LIRE la suite

000000000000000000000000000000000000

TIJUANA

Un nombre incalculable de pages Facebook sont utilisées pour vendre des drogues douces comme la marijuana, mais aussi des drogues dures comme l’héroïne, la cocaïne, et les acides hallucinogènes; ceci, sans restriction même si le réseau social ne permet pas de réaliser des transactions de ce type.

La grande majorité de ces transactions sont déguisées !

Pour accéder à ces  » groupes  » aucune exigence spécifique n’est nécessaire, c’est juste une question de recherche et, une fois trouvé, une demande d’admission, qui est facile.

Accepter, ils ne proposent pas la marijuana ou d’autres drogues d’entrée, non, mais si quelqu’un poste qu’il veut acheter, il y a beaucoup de gens qui répondent et se mettent d’accord pour définir ce dont il a besoin.

Il y a des espaces virtuels qui ont jusqu’à 500 000 abonnés de partout au Mexique, qui sont utilisés pour acheter et vendre de la drogue et tout cela, sous la couverture des réseaux sociaux.

Source

En France, nous avons la CYBERDOUANE, alors, on est sauvé de ce fléau!

0000000000000000000000000000000

Tribunal correctionnel de Tours

Pas banale, l’affaire jugée mercredi devant le tribunal correctionnel de Tours. Et une affaire pas jugée, au final. Mohamed, 26 ans, natif d’Orléans, était à la barre pour détention non autorisée de stupéfiants en récidive……..

………………………………………………………………………

La cour délibère quelques minutes, pas plus, pour conclure au « détournement de procédure qui entache celle-ci », et annoncer le « PV déclaré nul » et la mise en liberté immédiate du prévenu, qui ne sera donc pas poursuivi pour la drogue.

Lire: https://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/commune/joue-les-tours/drogue-dans-la-voiture-et-boulette-policiere

La cour a-t’elle fait restituer la drogue saisie?

0000000000000000000000000000000000000

47 kilogrammes d’opium ont été récupérés à bord d’un véhicule dans la région d’Elyas, dans le district de Qarghayee, lors d’une descente de nuit effectuée par le personnel des services de renseignement. La drogue était destinée au district de Khogyani à Nangarhar.

00000000000000000000000000000000

Champ d'opium en Birmanie

La Birmanie est une des plaques tournantes du trafic de drogue en Asie du Sud-Est. Avec le Laos et la Thaïlande, elle fait partie du triangle d’Or, qui a longtemps été le lieu de production de l’opium et de l’héroïne, jusqu’à ce que l’Afghanistan devienne une place forte de la production. C’est dans l’État Shan que se concentre quasiment toute la culture illégale du pavot dans le pays, qui reste le deuxième plus grand producteur mondial d’opium.

La méthamphétamine, le nouveau fléau birman

Les autorités birmanes ont saisi en 2016 un nombre record de comprimés de méthamphétamine, la production de cette drogue de synthèse progresse très rapidement dans le pays et les trafics continuent d’augmenter avec un développement de la consommation locale, véritable défi pour les forces de police. En 2017, plus de 98 millions de comprimés de méthamphétamines ont été interceptés contre 50 millions en 2015. 2017 fut en effet une année record. En début d’année, 4,2 millions de comprimés de méthamphétamine ont été trouvés par la police dans un monastère. Puis peu de temps après, une autre affaire, encore plus importante, avec la saisie pour 37 milliards de kyats d’héroïne et de méthamphétamine. La drogue avait été découverte à l’intérieur d’un conteneur dans une zone industrielle de Mandalay. Les autorités avaient alors mis la main sur 82 kilogrammes de méthamphétamine, 24 kg d’héroïne et 15 kg d’opium. Ou encore la saisie de vingt millions de comprimés de méthamphétamine dans la ville de Tachileik dans l’Etat Shan, à la frontière de la Thaïlande. Mais l’année 2018 commence également fort puisque les autorités birmanes ont mis la main sur plus de 30 millions de pilules de méthamphétamines dans l’État Shan. En plus des pilules, les autorités ont également saisit 1,7 tonne de cristaux de méthamphétamines et 502 kilos d’héroïne. Le tout portant la valeur totale de cette saisie à  54 millions de dollars américains, soit le cinquième des saisies de 2017. C’est, pour le moment, la plus grande saisie de drogue de l’histoire du pays.

Un comprimé de méthamphétamine coûte quelques dollars, mais la drogue se revend ensuite bien plus chère, une fois expédiée hors des frontières birmanes. Le pays est depuis longtemps touché par le problème de la drogue devenant le premier producteur d’amphétamine au monde.  Mais afin de montrer sa détermination à lutter contre le trafic de drogue, la  Birmanie et son voisin thaïlandais font preuve de leur engagement contre ce juteux trafic en sanctionnant de peines lourdes les trafiquants, surtout les petits qui sont ceux qui se retrouvent le plus souvent emprisonnés…

Face à cette pandémie, plusieurs organisations locales essaient de mettre en place des centres de désintoxication mais le manque de budget et de moyens ne leur permettent pas de lutter efficacement ni même à mener à terme les traitements et le suivi des patients.  C’est le cas de Kutkai, dans le Kachin, où il existe plusieurs camps de désintoxication plutôt rudimentaires.  Certains habitants ont décidé de faire justice eux-mêmes en formant de petites milices anti-drogue qui s’attaquent directement au trafic. Armés de bâtons et de menottes, ils chassent les dealers de la région. La police locale les aide également même si parfois elle préfère  regarder ailleurs.

Un trafic important

La culture du pavot a doublé depuis 2006 et les régions frontalières sont connues pour la production de drogue, principalement dans l’État Shan qui représente 90% de la production d’opium du pays.  Il est en effet très fréquent, lors de saisie de pilules de méthamphétamines, de voir celles-ci estampillées « 999 ou « WY », deux des logos des laboratoires des trafiquants de l’ethnie Wa, basés dans le nord-est du pays. Le groupe rebelle y contrôle un territoire gardé par une vraie armée qui lui permet de se financer par le trafic de drogue, notamment l’opium. Les Wa font partie des 135 groupes ethniques officiellement reconnus en Birmanie et représentent 800 000 habitants.

En 2013, le triangle d’or perdit un de ses barons de la drogue, Lo Hsing Han surnommé « le parrain de l’héroïne » birman qui était l’un des parrains du commerce de la drogue dans la région, au point d’être considéré comme le plus gros trafiquant d’héroïne au monde. Devenu un soutien financier important de la junte militaire de l’époque, qui escortait ses convois de drogue à travers la forêt birmane, Lo Hsing Han était également un homme riche et influent de Birmanie. Un article publié en 2001 dans le quotidien The Guardian, décrit les différentes tortures subies par le prince birman de l’ethnie Wa qui s’opposait au trafic de ce « Monsieur Héroïne ». Lo Hsing Han ne faisait pas que dans la drogue puisque, début des années 90, il fonde, en famille, « Asia World », qui devient rapidement un conglomérat investissant dans la construction d’autoroutes, d’hôtels de luxe, dans une chaîne de supermarchés etc. Après la disparition de ce parrain, son empire a perduré grâce à une descendance  importante.

Depuis la fin de la junte militaire et l’élection de la NLD au pouvoir, la surface totale occupée par les cultures d’opium en Birmanie a considérablement diminuée en 2017, passant de 55 500 hectares enregistrés en 2015 à 41 000 hectares, soit une baisse de 25% selon l’enquête sur l’opium en Birmanie 2017 publiée par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Les réductions les plus importantes ont été visibles dans l’État Shan oriental avec une baisse de 37% et dans l’État Shan du Sud avec une baisse de 29%. Toutefois, le rapport révèle également que bien que des progrès aient été faits, les États Shan du Nord et Kachin ont vu des réductions de moins de 3% et 7%, ce qui représente sur le terrain une baisse de seulement 600 hectares au total. Le rapport confirme à nouveau le lien entre conflit et opium en Birmanie, et il confirme également que la culture et la production se sont maintenues à des niveaux similaires dans les zones peu sûres où des groupes armés sont actifs.

Le gouvernement reconnaît que des efforts supplémentaires restent à faire pour répondre de la manière la plus efficace possible aux volumes élevés d’opium, d’héroïne et autres drogues produites en Birmanie. Selon le ministre des Affaires intérieures birman,  le gouvernement birman continuera d’appuyer les programmes fournissant des solutions alternatives aux communautés qui produisent de l’opium ainsi qu’en accentuant la collaboration avec les pays limitrophes dans cette lutte contre la drogue.

source: https://lepetitjournal.com/birmanie/drogue-quel-avenir-pour-la-birmanie-225050

000000000000000000000000000000000000000

Le syndicat néerlandais de la police (NPB) en est convaincu, depuis qu’il a interrogé quelques centaines de ses membres: les Pays-Bas sont devenus en trente ans un « Etat narco ».

Dans un pamphlet d’une dizaine de pages diffusé à la mi-février, les policiers affirment que la production et le commerce – en ligne, notamment – de narcotiques ont atteint un tel niveau que le royaume figure en tête du classement mondial du chiffre d’affaires lié au cannabis, à la production de drogues synthétiques et à l’importation de cocaïne, qui transite notamment par le port de Rotterdam.

 

LIRE la suite

http://mobile.lemonde.fr/m-actu/article/2018/03/05/pour-les-policiers-neerlandais-les-pays-bas-sont-devenus-un-etat-narco_5265700_4497186.html?xtref=

00000000000000000000000000000000000000000

Soupçonné de trafic de drogue sur internet, Gal Vallerius, originaire de Plusquellec (Côtes-d’Armor), sera jugé fin mai.

Il encourt la prison à perpétuité.

LIRE la suite

https://actu.fr/bretagne/plusquellec_22243/gal-vallerius-baron-la-drogue-darkweb-sera-juge-fin-mai-etats-unis_15427404.html

But authorities say Gal Vallerius is a modern version of a cartel kingpin, operating anonymously as a lord of the internet’s “dark web” bazaar where buyers and sellers conduct cocaine, fentanyl, meth, LSD and oxycodone deals in the virtual currency bitcoin.

Read more here: http://www.miamiherald.com/news/nation-world/article175557206.html#storylink=cpy

000000000000000000000000000000000000000

El día de ayer, en San Luis Potosí, la Comisión Nacional de Seguridad informó, a través de un comunicado, que la Policía Federal, a través de la División de Seguridad Regional, detuvo a dos personas que transportaban en un automóvil más de diez paquetes con una sustancia granulada con las características de la heroína.

Los elementos de la corporación realizaban acciones de seguridad y vigilancia a la altura del kilómetro 060+000 del tramo San Luis Potosí – Matehuala, cuando detuvieron a una unidad para efectuar la infracción correspondiente, ya que el conductor circulaba sin el cinturón de seguridad.

Una vez detenido el vehículo, los agentes federales se percataron del marcado nerviosismo del chofer, así como de su acompañante, quienes manifestaron distintas versiones en torno a su procedencia y su destino.

leer mas: http://laorquesta.mx/dos-personas-fueron-detenidas-cerca-8-kilos-heroina-slp/

000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Résultat de recherche d'images pour "Les douaniers bulgares"Les douaniers bulgares ont saisi 32 kg d’héroïne, a annoncé le procureur général Sotir Cacarov.

Lors de la conférence de presse extraordinaire d’aujourd’hui, il a refusé de fournir plus de détails.

source: BLIC

00000000000000000

 

Vers 1 heure du matin, la douane fait un tour au Port de Sainte-Rose pour y jeter une mission de surveillance de routine. Pas de chance pour trois individus qui s’y trouvent. Les stupéfiants sont encore dans leur voiture et attendent d’être transportés sur un bateau, le « Sweet Love Mama », qui ne va pas tarder à arriver.

À bord, trois Mauriciens qui comptent emporter la marchandise à Maurice.

Finalement, Mike Brasse a été condamné à 8 ans de prison ferme, Corine Clain et Osman Kamil Mohamed à 4 ans, Royce Capdor à 3 ans, Kévin Zettor à 2 ans dont un an avec sursis et Grégory Grondin a été relaxé.

lire: https://www.zinfos974.com/Saisie-record-d-heroine-a-La-Reunion-17-million-d-euros-de-stupefiants-prison-ferme-pour-les-trafiquants_a124050.html

0000000000000000000000000000000000000000000

Pese a los millones de dólares gastados, la criminalización del consumo provocó un aumento vertiginoso no solo del uso de sustancias, sino también de la violencia
MADRID.- La Comisión Global de Políticas de Drogas, que presidió el exmandatario brasileño Fernando Henrique Cardoso y tiene ahora como directora a Ruth Dreifuss, expresidenta de Suiza, está integrada por políticos, funcionarios internacionales, científicos e intelectuales de diversos países del mundo y lleva a cabo desde el año 2011 una valiosa campaña a favor de una política más sensata y realista en el dominio del narcotráfico y el consumo de estupefacientes que el de la mera represión policial y judicial.

Al principio, las labores de la Comisión se concentraban en América Latina, pero ahora se han extendido al mundo entero. El último informe, que acabo de leer, está dedicado a combatir, con argumentos persuasivos, la general percepción negativa y delictuosa que los gobiernos promueven de todos los consumidores de drogas, presentándolos como desechos humanos, propensos al delito debido a su adicción y, por lo mismo, amenazas vivientes al orden y la seguridad de las sociedades.

leer mas: https://www.lanacion.com.ar/2106597-la-mejor-manera-de-combatir-la-droga-es-legalizarla

00000000000000000000000000000000000000000000000000

Les trois saisies ont eu lieu au pont international Juarez-Lincoln.

La première sur une Nissan Sentra 2008, conduite par un citoyen mexicain de 39 ans originaire de Monterrey, Nuevo León.

Après une inspection complète du véhicule par les agents du CBP, un total de 25 colis contenant 61 livres de cocaïne ont été découverts.

Dans la seconde saisie, l’inspection d’une Nissan Sentra 2015 a permis la saisie de 10 livres de cocaïne et 12 livres d’héroïne citoyen mexicain âgé de 41 ans, résident de Monterrey, Nuevo León.

Une troisième saisie de 26 paquets contenant 63 livres de cocaïne a été effectuée lors de l’inspection d’un Nissan Sentra 2008, conduit par un citoyen mexicain de 60 ans, qui réside également à Monterrey, Nuevo Leon.

Source

00000000000000000000000000000000000000000000000000