Archives de la catégorie ‘SERVICES ANTI-DROGUES’

El contenedor llevaba soja y varios bolsos de cocaïna adentro. Estaba pronto para dejar el puerto en un buque.

Trabajan en el procedimiento personal de Prefectura, la Armada Nacional y la Dirección de Aduanas.

Meses atrás se incautó en Hamburgo, Alemania, un contenedor proveniente del Montevideo con 4,5 toneladas de cocaína.

Fuente

0000

Les impacts des coups de feu qui ont résonné dans la rue et fait trois blessés par balles le jour de Noël sont visibles sur certains murs, à hauteur de buste.

Pourtant, ce sont bien les dealers, capuche sur la tête, qui sont de retour sur le parking.

Une femme ramène ses courses la tête basse. Elle veut parler de ce qui s’est passé. Mais pas dans la rue : « Ils peuvent nous voir. Ils se bagarrent entre eux mais j’ai peur, ils sont dangereux ».

Lire

0000

La fuerzas españolas de seguridad se han incautado en Madrid de 700 kilos de cocaína procedentes de Colombia y han detenido a tres personas que iban a recogerlos en el aparcamiento de un centro comercial.

Entre los detenidos está el principal responsable de una banda criminal de Macedonia del Norte. Según informó la Policía española este jueves (26.12.2019), la operación se ha desarrollado en colaboración con las autoridades de Colombia, EEUU y Macedonia del Norte, país donde también han sido detenidas otras dos personas.

0000

Plus de 400 suspects ont été arrêtés la semaine dernière lors d’un raid historique contre la mafia calabraise.

C’est la plus grosse opération menée contre la mafia depuis celle contre Cosa Nostra, qui avait donné lieu au maxi-procès de Palerme en 1986 et 1987.

Le 19 décembre, la direction antimafia de Catanzaro, en Calabre, a interpellé 416 personnes membres de la ‘Ndrangheta, ou qui y sont affiliées, dont 334 sont soupçonnées d’association mafieuse, de meurtre, d’extorsion, d’usure, de blanchiment d’argent et autres crimes aggravés.

Ce coup de filet a été mené dans toute l’Italie jusqu’au nord.

Un mandat d’arrêt européen a même permis de procéder à des arrestations en Allemagne, en Suisse et en Bulgarie.

source

000000

¿Entonces en esta zona del país cómo se sigue sacando la droga?

Lo que hemos evidenciado es que la droga que sale por el Caribe tiene dos métodos principales: los contenedores contaminados que tienen como destino Europa, principalmente España, Bélgica, Holanda e Italia.
También están las lanchas tipo GoFast que tienen como destino Centroamérica y Estados Unidos, sobre todo las que salen de Antioquia y Córdoba. Sin embargo, hemos detectado una modalidad nueva que es el acopio en el mar, que son buques pesqueros o más grandes que salen desde Venezuela, bordean nuestro mar territorial cargados con hasta cinco toneladas y van distribuyendo esa carga en botes más pequeños en la mitad del mar para que continúen su destino”.

¿Y esos cargamentos que salen de Venezuela son muy comunes?

Hemos evidenciado que estos pesqueros, cargados con bastante droga, han salido muy constantemente de Venezuela. Hace algunas semanas, una de nuestras unidades estratégicas que se encontraba patrullando en la zona norte del país logró identificar un pesquero con bandera venezolana que se encontraba en aguas territoriales colombianas. Fue abordado por nuestras tripulaciones y se encontraron 2.5 toneladas de cocaína”.

Fuente

0000

Des tensions ont éclaté à Grasse alors qu’une cinquantaine d’individus ont scié des caméras de vidéosurveillance.

Le maire dénonce des “situations choquantes et inacceptables” commises par “quelques voyous”.

Les forces de l’ordre à nouveau prises à partie. Lundi 23 décembre en soirée, de violents incidents ont éclaté dans le quartier de la Blaquière à Grasse (Alpes-Maritimes), opposants individus cagoulés et policiers, rapporte BFMTV.

Importante livraison de drogue en vue
Tout commence lorsqu’une cinquantaine d’hommes s’en prennent aux caméras de vidéosurveillance de la ville en sciant les poteaux sur lesquels elles sont fixées. Dans le même temps, pendant plusieurs minutes, pétards et projectiles traversent le quartier. Plusieurs feux sont allumés et du mobilier urbain est saccagé sous les yeux des
habitants. A l’arrivée de la police, la scène tourne à l’affrontement.
C’est la brigade anticriminelle (BAC), épaulée par des renforts départementaux, qui intervient. Les policiers sont pris à partie par les individus et le quartier est bouclé jusqu’au retour au calme.
Aucune interpellation n’a eu lieu et aucun blessé n’est à déplorer, selon BFMTV.
D’après des sources policières, cet incident pourrait être lié au trafic de stupéfiants et aurait été organisé en vue d’une importante livraison de drogue.

LIRE

0000

Le service préfectoral de la police judiciaire d’Agadir a procédé, mardi 24 décembre, à la saisie d’une tonne et 770 kilogrammes de résine de cannabis (chira) à bord d’un camion frigorifique.

Ceci, grâce aux informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST).

LIRE

0000

Police have seized over 2 billion PLN worth of cocaine following amonths-long investigation into a Colombian cartel trafficking ring.

The raid at the port of Gdynia which saw officers from three agencies seize the two tonnes of cocaine disguised as chalk is the largest drugs bust in three decades.
Officially marked as chalk, sniffer dogs uncovered the 1,850kg of cocaine hidden inside 74 bags.

Prime Minister Mateusz Morawiecki was quick to praise the police and tax authorities who used the ‘latest technology’ to track down and pre-empt the traffickers. He said: “On a European scale, it was a very fruitful operation, as it thwarted the spreading of drugs throughout the whole continent.”

Police say the seven traffickers which included four Colombians, one Iranian and two Poles had been under surveillance for months.

Officially marked as chalk, sniffer dogs uncovered the 1,850kg of cocaine hidden inside 74 bags.

The four Colombians and the Iranian arrived in Poland on 30thNovember from Germany.

Around 600 litres of cocaine in the production phase, several hundred litres of various types of chemicals, laboratory equipment and even a specialized hydraulic press with a mould containing the Colombian cartel logo were also discovered.

They rented a property in Wielkopolska and quickly organized a large-scale laboratory in which cocaine was processed and produced along with the two Polish suspects.

Read more

0000

39 personas han sido detenidas en esta operación y se han intervenido 111 kilogramos de cocaína

Introducían en Canarias grandes cantidades de cocaína. Primero, por paquetería postal y después a través de correos humanos. 39 personas han sido detenidas en esta Operación, denominada Parce-cristal, en la que han trabajado durante más de un año Policía, Guardia Civil y Agencia Tributaria.

La organización estaba liderada por Tatiana Peñuela Manrique, alias la Negra, que recibía la droga de los cárteles colombianos. La mujer, de 56 años, se encargaba de introducirla y distribuírla en el archipiélago, donde estas partidas se revalorizan y alcanzan un precio más elevado.

La Negra y su clan

Tatiana Peñuela, alias la Negra, estaba afincada en Madrid. Los investigadores llevaban siguiendo a la colombiana desde hace casi dos décadas. Es una histórica del narcotráfico en España y mujer de confianza de los carteles sudamericanos.

Leer

0000

Les laitues cachaient de l’herbe.

Le service des douanes de Poitiers a saisi le 18 décembre 373 kilos de cannabis dissimulés dans un chargement de salades, lors du contrôle d’un camion frigorifique espagnol sur l’autoroute A10, à Coulombiers, dans la
Vienne, dans le sens Espagne-Paris.

La drogue était conditionnée dans des sachets thermoformés cachés dans 26 palettes de caisses de salades fraîches.

LIRE

0000

 LU dans Illicit Trade News Network

Charles Cheatham Roland va être condamné à de la prison ferme pour son rôle de chef d’un gang de trafiquant de drogue entre autres accusations.

Selon le dossier les individus trafiquaient de tout ; cocaïne, héroïne, oxycodone, marijuana et fentanyl.

LIRE

000000000000000

Incapable d’enrayer le phénomène, les « autorités » le suivent de près et la DNRED (Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières) a créé un « réseau fentanyl » l’année dernière, associant plusieurs administrations. Un machin supplémentaire ne permettant pas de traiter l’impuissance de nos chères régaliennes.

D’aucuns suggèrent que le « darknet » en est la cause, alors que sur ‘Twitter’, ‘Instagram’ ou autre ‘WahtSapp’ débordent les propositions de vente et livraison de toutes ces drogues.

La crise sanitaire américaine menace déjà l’Europe.

Des organisations criminelles créent des dérivés du fentanyl, prenant ainsi de vitesse les mécanismes de pharmacovigilance.

Et surtout parce que près de 12 millions de Français auraient déjà recours à des opioïdes, ces antidouleurs dérivés de l’opium.

« Ces médicaments sont très addictifs, il y a donc des risques de détournement et de montée en puissance des marchés illicites », prévient un bon connaisseur des organisations criminelles.

Une population qui se drogue n’est plus une population citoyenne mais seulement une bande de moutons.

La lutte contre la drogue devra passer en priorité par une information réelle, constante et soutenue auprès des adolescents dans tous les collèges de France pour commencer à tarir la demande, qui, elle seule, est génératrice du développement de la narco-criminalité.

Lire l’original

0000

 

0000

‘El Mayo’ Zambada inició a los 16 años de edad en el crimen organizado, con el paso del tiempo se convirtió en el fundador del Cártel de Sinaloa, pero en más de 55 años en el mundo del narcotráfico no ha pisado en ningún momento la prisión.

Mucho poder económico e influencias con funcionarios federales, incluyendo a los presidentes de la República Mexicana, se debería de tener para que, a pesar de que fueras uno de los narcotraficantes más buscados desde hace media década, las autoridades no lograran detenerte y así mantenerte lejos de las prisiones de este u otro país.

Goza de impunidad ‘El Mayo’

Dichas situaciones las habría empleado uno de los narcotraficantes más antiguos de México, nos referimos a Ismael ‘El Mayo’ Zambada, fundador del Cártel de Sinaloa, juntamente con Joaquín ‘El Chapo’ Guzmán, quien contrario a Ismael si lo han detenido en tres ocasiones y actualmente está preso en una prisión de máxima seguridad en Estados Unidos.

Muestra de ello fue un operativo que se desarrolló el 13 de febrero de 2014, donde alrededor de cien marinos que, desde un mes antes instalaron en completo sigilo un campamento en La Paz, en el estado de Baja California Sur, se disponían a cumplir la peligrosa misión en cuatro Black Hawks que volaron en formación de combate. Cruzaron el Mar de Cortés enfocados en ‘El Mayo’, pero cuando descendieron en su guarida ya había escapado.

“Llegamos y registramos el rancho, pero ya se había ido”, relató Vázquez el 16 de enero durante su testimonio en el juicio a Joaquín ‘El Chapo’ Guzmán, el antiguo socio de Zambada y quien ahora enfrenta una condena de cadena perpetua.

Tiene miedo de ser detenido

En el mes de mayo de 2010, trascendió que Ismael ‘EL Mayo’ buscó al periodista Julio Scherer y le concedió una entrevista en medio de un lugar secreto. Esa entrevista que ha dado el capo en toda su vida criminal, donde habló su liderazgo al frente del Cártel de Sinaloa.

En esa ocasión, Ismael confesó al periodista que el miedo que prevalece día con día es ser detenido, pero a más de nueve años de aquella entrevista, ‘El Mayo’ no ha sido detenido.

¿Quién es ‘El Mayo’?

Ismael ‘El Mayo’ Zambada nació en 1948 en la comunidad del Álamo en Culiacán, Sinaloa y desde los 16 años se dedica al negocio de la droga, según datos oficiales. Cuenta con alrededor de 55 años de experiencia en el tráfico de estupefacientes y al menos tres como líder —junto con Joaquín ‘El Chapo’ Guzmán— del Cártel de Sinaloa, la organización criminal con mayor influencia en el país y con el dominio más importante de narcotráfico a nivel global.

*“Tengo pánico de que me encierren”, sostuvo.

El Departamento de Estado estadounidense ofrece una recompensa de 5 millones de dólares por información que lleve al arresto del ‘Mayo’. En México, desde 2009, se ofrecen hasta 30 millones de pesos.

fuente

0000

 

AFP 06/12/2019 à 09:14
Le parquet de Paris a requis le renvoi en correctionnelle de dix personnes, dont six anciens hauts responsables des douanes, dans l’enquête sur des pratiques illégales révélées après une saisie de café contrefait en 2015 au Havre, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

index(70)7254404748889244362.jpgDans son réquisitoire définitif daté du 13 novembre, dont l’AFP a pris connaissance, le parquet a requis le renvoi de l’ancien patron de la Direction des opérations douanières (DOD) au Havre, Pascal Schmidt, accusé de « corruption » et « blanchiment » dans ses relations avec des informateurs, dont un certain Zoran Petrovic.

Vincent Sauvalère

Erwan Guilmin

Le ministère public souhaite également voir jugés pour « complicité » plusieurs de ses responsables hiérarchiques, dont Vincent Sauvalère, ex-numéro 2 de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), son successeur Erwan Guilmin, et son adjointe à l’époque des faits, Magalie Noël.

SOURCE

0000

La répression du crime organisé est menée par différents services de la Police nationale et de la Gendarmerie.

Présentation du SIRASCO, qui contribue à lutter contre les différents trafics.

Afin de compléter le travail de l’Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO), un arrêté du 5 mars 2009 a mis en place le Service d’information, de renseignement et d’analyse stratégique de la criminalité organisée (SIRASCO), « chargé notamment de l’identification et du suivi des organisations criminelles dont l’activité a une incidence sur le territoire national, de l’analyse stratégique et opérationnelle relative à ces organisations et de l’échange de renseignements avec les services français et étrangers ».

C’est notamment grâce à ce Service qu’il est contribué « à l’identification des entités, des acteurs et des flux alimentant cette criminalité organisée »(1).

Ce Service d’analyse approfondie de la criminalité organisée est composé d’une quinzaine de personnels provenant de la Police nationale, de la Gendarmerie nationale, mais aussi de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), qui « fixe par ordre de dangerosité les groupes criminels organisés les plus actifs sur le territoire national. Avant même la Camorra ou encore les groupes albanophones ou roumains, une menace se détache en première place : les groupes criminels organisés issus des cités sensibles des grandes agglomérations. Le panel de faits dont ils se rendent coupables est large : trafic de stupéfiants, naturellement, mais également l’ensemble des incriminations qui en découlent, à savoir blanchiment de fonds, homicides, violences volontaires, enlèvements, racket et autre criminalité identitaire (2) ».

C’est par le biais du SIRASCO que la Police nationale et la Gendarmerie nationale rédigent un rapport annuel concernant la criminalité organisée en France (3). Outil efficace du renseignement pour les services de police, il permet d’évaluer les grandes tendances de la criminalité. Pour exemple, le rapport rendu en juillet 2019 a dénoté une explosion de la prostitution sur Internet, la baisse des vols à main armée, ainsi que l’infiltration des criminels dans l’univers du jeu.

La Direction générale de la sécurité intérieure dispose d’agents envoyés au sein du SIRASCO. Le partage de travail avec ce service policier spécialisé dans la lutte contre la criminalité organisée est pertinent, car il permet ainsi d’élaborer des rapports et des synthèses fournies sur le danger de la criminalité organisée. Ce Service d’information et de renseignement affirme expressément qu’il n’y a pas de « mafia française (4) », ce qui n’enlève bien sûr rien au fait qu’il y a effectivement des organisations criminelles traditionnelles en France. Mais son fin travail d’analyse lui permet de bien distinguer les organisations criminelles existantes en France de la mafia traditionnelle elle aussi installée sur le territoire national, tout en étudiant leur fonctionnement et leurs évolutions.

Autre sujet d’actualité, le Service national du renseignement pénitentiaire (SNRP) effectue un travail de collaboration avec le SIRASCO, en organisant des réunions trimestrielles (5). Plus encore, ce travail de partenariat en matière de renseignement et de synthèse des menaces criminelles organisées a permis de mettre en place une Équipe mixte de renseignement pénitentiaire (EMRP), dans le but d’effectuer une mission continue d’évaluation sur les menaces criminelles contemporaines, ainsi que la multitude des trafics en prison.

Enfin, le SIRASCO travaille aussi sérieusement sur un phénomène de criminalité qui prend de l’ampleur. Le SIRASCO a qualifié des nouvelles entités de « néo-banditisme », décrivant « un banditisme nouveau issu des cités sensibles, se différenciant d’un ‘milieu’ traditionnel fort affaibli par le succès des investigations policières, et un changement de générations. Il recouvre des groupes criminels organisés divers, mais tous structurés autour du trafic de stupéfiants. Leur particularité est de privilégier les ‘circuits courts’ au sein du réseau, limitant les intermédiaires, et conférant un sentiment de puissance démesuré à de petits malfaiteurs n’en ayant pas l’envergure (6) ». Les services de renseignement doivent donc exercer leur mission de manière permanente, à l’égard de ces nouveaux groupes criminels, et d’endiguer ainsi, à la fois la criminalité et la délinquance issues des trafics, mais aussi l’utilisation potentielle d’armes dans le cadre des violences urbaines. Plus encore, le néo-banditisme a un lien ombilical avec l’hybridité, un phénomène croisant terrorisme et criminalité organisée, comme on a pu l’observer dès 1996 avec le « gang de Roubaix », appelé aussi les « islamo-braqueurs », qui commettaient de très violents vols à main armée pour financer le jihad.

En tout état de cause, le travail d’analyse fourni par le Service d’information, de renseignement et d’analyse stratégique de la criminalité organisée doit être entendu, et ce Service doit voir ses moyens augmentés pour continuer son travail, concernant non seulement l’accroissement des diverses formes de criminalité organisée (classique et cyber), mais aussi l’hybridation, et ainsi approfondir l’étude des réseaux criminels qui travaillent avec des individus participant à des activités terroristes.

Source

0000

Republié le 30 novembre 2019 par Marc Fievet

Des annonces comme celle ci dessous…Ils en existent des centaines sur Twitter!

Que font nos régaliennes pour protéger la société française de cet envahisseur dont le seul but est d’attirer de nouveaux consommateurs en ciblant les adolescents et les jeunes adultes?

Meilleurs Legit de cannabis en France depuis 7ans contacter moi pour vos livraisons partout en Europe/ USA/ AUSTRALIE/OMStext Whatsapbuisness + 33756887899.

0000

Pour faire face à la multiplication des ventes de marchandises prohibées sur Internet (contrefaçons, stupéfiants, cigarettes, armes…), Cyberdouane a été mis en place afin d’identifier leurs auteurs et de permettre ainsi leurs poursuites.
Dans le cadre de la définition d’une riposte douanière à la fraude sur Internet, Cyberdouane a été créé en février 2009, au sein de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED).

Dans ce nouveau secteur de délinquance, la fraude:
-s’est professionnalisée en s’appuyant sur la croissance du marché et sur le sentiment d’anonymat et d’impunité que confère Internet ;
-profite de la facilité de création et de mutation des sites, en changeant de noms ou d’identifiants ;
-profite du morcellement des envois, qui diluent les capacités de contrôle et de saisie des autorités douanières.

Cyberdouane est un service de la Direction du renseignement douanier (DRD), une des trois entités constituant la DNRED.

0000

Plus

https://ns55dnred.wordpress.com/2017/11/05/dnred-douane-francaise-la-micro-narco-distribution-cest-le-defi-a-relever-par-la-cyberdouane/

0000

Des condamnations allant de deux à dix ans de prison et des amendes jusqu’à 500.000 euros ont été prononcées jeudi par le tribunal correctionnel de Marseille contre dix-huit membres d’un tentaculaire réseau de blanchiment d’argent de la drogue.

Une gestion depuis la Belgique

L’accusation mettait à l’actif de ce réseau ayant sa tête au Maroc et géré depuis la Belgique quelque 310 transactions financières occultes entre août 2015 et novembre 2016, qu’il s’agisse de récupérations de sommes collectées auprès de réseaux de drogue un peu partout en France, de remises d’argent ou de transports de fonds en Espagne.

Considéré comme le collecteur principal, Abdlakrim Daoudi, un ancien garagiste de Grande Synthe (Nord), a été condamné à neuf ans de prison et à une amende de 200.000 euros. La même condamnation a été prononcée contre Tawfik Soudani, à la tête d’un réseau recourant au service de cette entreprise occulte de blanchiment.

Un système ancestral de compensation

Dirigé selon l’accusation par un homme d’affaires marocain, ce réseau de blanchiment fonctionnait sur le modèle de l’hawala, un système ancestral de compensation reposant sur la confiance entre des « sarafs » (des agents de change) pour des règlements transfrontaliers sans déplacement physique d’argent. L’argent entrait ensuite dans le système bancaire classique à Dubaï, où l’hawala est légale.

plus

explications

00000000000

La Guardia Civil ha detenido a dos personas en el puerto de Algeciras, en una operación en la que han sido  intervenidos casi 325 kilos de cocaína.

Así lo ha indicado este jueves el delegado del Gobierno en Andalucía, Lucrecio Fernández, que ha explicado que durante el operativo se produjeron disparos al aire.

LEER

0000

Les douaniers ont saisi plus de 400 kg d’herbe de cannabis, mardi 8 octobre, sur l’autoroute A9, au niveau de l’aire de Nîmes-Marguerittes, dans le Gard.

Le cannabis était dissimulé dans un camion qui transportait du vin en route vers le nord de l’Europe. Le chauffeur Lituanien a été placé en retenue douanière avant d’être remis aux services de l’OFAST.

SOURCE

00000000000