Archives de la catégorie ‘SERVICES FRANCAIS’

L’une des plus importantes plateformes illégales actives en France sur le « dark Web » a été démantelée à l’issue d’une vaste opération menée par les douanes, la première du genre, a annoncé samedi 16 juin le ministre des comptes publics Gérald Darmanin.

Le forum « Black Hand » (« La main noire ») proposait à la vente depuis plus de deux ans de nombreux produits et services illicites (stupéfiants, armes, faux papiers, données bancaires volées…), selon le communiqué du ministre.

Quatre suspects ont été déférés vendredi à des magistrats du parquet de Lille, à l’issue du démantèlement survenu mardi dernier.

LIRE PLUS

https://mobile.lemonde.fr/pixels/article/2018/06/16/un-forum-du-dark-web-demantele-en-france_5316099_4408996.html

LIRE aussi:

https://ns55dnred.wordpress.com/2017/11/05/dnred-douane-francaise-la-micro-narco-distribution-cest-le-defi-a-relever-par-la-cyberdouane/

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Stupéfiants, armes et faux papiers.

Le forum « Black Hand » (« La main noire »), actif dans la partie de l’Internet non référencée par les moteurs de recherche, proposait à la vente depuis plus de deux ans de nombreux produits et services illicites (stupéfiants, armes, faux papiers, données bancaires volées…), selon le communiqué du ministre.

La principale administratrice du site et « plusieurs autres personnes ont été interpellées » tandis que du matériel informatique et plusieurs documents d’identité falsifiés ont été découverts lors de cette opération menée mardi dernier par la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) dédiée à la lutte contre la fraude sur Internet.

De nombreuses données saisies.

Près de 4.000 euros en liquide et environ 25.000 euros dans diverses monnaies virtuelles ont également été saisis. Les enquêteurs ont aussi pu accéder au contenu du serveur de « Black Hand » et procéder à la saisie massive des données.

Un forum de 3.000 membres.

À l’issue de 48H de garde à vue, quatre suspects ont été déferrés vendredi devant des magistrats du parquet de Lille, a précisé le ministre. Selon les premiers éléments de l’enquête, plus de 3.000 personnes étaient inscrites sur ce forum, « confirmant ainsi le caractère très actif de ce forum français ».

La première opération du genre en France.

Qualifiée d' »exceptionnelle », cette opération, « première du genre en France » a mobilisé « plus d’une quarantaine d’agents de la DNRED, des maîtres-chiens de la douane et plusieurs experts technique.

Elle s’est déroulée simultanément dans plusieurs villes de France.

L’enquête, qui se poursuit, a été confiée à l’Office central de la lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et et de la communication (OCLCTIC).

source:http://www.europe1.fr/societe/dark-web-demantelement-de-lune-des-plus-importantes-plateformes-illegales-en-france-3683786

Cybercriminalité | Gouvernement.fr

00000000

Publicités

 
Que ce soient Zendjabil (le Pablo Escobar de l’Oranie) ou Saïd l’«Emigré» (membre d’un réseau de trafiquants de drogue de renommée internationale, évadé d’une prison française, puis installé en toute quiétude en Algérie), les barons de la drogue n’ont pu ériger des fortunes colossales que grâce à leurs relations bien placées, tapies dans l’ombre et qui leur permettent d’agir en toute impunité.

Limiter l’affaire des 701 kg de cocaïne saisis à Oran à Kamel Chikhi et ses frères, c’est clore définitivement ce gros dossier pour protéger les vrais barons.

Que ce soient Zendjabil, le Pablo Escobar de l’Oranie, ou Saïd l’«Emigré», membre d’un réseau de trafiquants de drogue de renommée internationale, évadé d’une prison française, puis installé en toute quiétude en Algérie, les barons de la drogue n’ont pu ériger des fortunes colossales que grâce à leurs relations bien placées, tapies dans l’ombre et qui leur permettent d’agir en toute impunité…

lire la suite

000000000000000000000000000000000000000000000

Les deux prévenus ont sollicité un délai pour préparer leur défense. Dans l’attente de leur jugement, le tribunal les à mis en prison.

Les derniers petits maillons

Sans s’opposer à cette demande, les avocats de la défense contestent néanmoins l’appartenance de leurs clients à un réseau. « On sait que ce sont les victimes. Ils n’ont pas hésité à se mettre en danger pour de l’argent »

LIRE PLUS

https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/cocaine-rennes-une-mere-et-son-fils-arretes-par-lDouane a-douane-5811981

000000000

Alors que les moyens d’enquête « cyber » deviennent de plus en plus stratégiques dans la lutte contre le terrorisme, une nouvelle attendue depuis de longs mois est tombée, le 9 mai, par voie d’arrêté : la création, au sein de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), d’une unité consacrée au développement de logiciels espions pouvant être utilisés dans le cadre d’enquêtes judiciaires.

Un pas décisif qui va de pair avec la création d’un département cyber recouvrant, lui, le champ plus étendu des enquêtes administratives, à partir de cet été, au sein de la DGSI, comme l’a dévoilé son directeur technique Patrick Guyonneau, le 28 mai, à l’agence d’informations AEF.

La nouvelle unité créée est baptisée « service technique national de captation judiciaire » (STNCJ). Sa mission sera de remédier aux difficultés de la justice, de plus en plus paralysée par le chiffrement des ordinateurs, téléphones et autres messageries comme WhatsApp ou Telegram. Notamment en mettant au point des logiciels capables d’extraire ces données avant leur chiffrement.

Afin d’être vraiment opérationnel et de « monter en puissance » – car il aura compétence aussi en matière de criminalité organisée (trafic de drogue, armes, proxénétisme, escroqueries) –, ce nouveau service doit toutefois encore faire l’objet d’arbitrages, notamment budgétaires, tempère une source proche du dossier.

LIRE

000000000000000000000000000000000000000000

ENQUÊTE – Selon nos informations, la brigade des stupéfiants de la PJ parisienne fait face à une recrudescence de dossiers impliquant des « mules », ces passeurs recrutés par les trafiquants et chargés d’ingurgiter des capsules de cocaïne et de les acheminer depuis la Guyane jusqu’à Paris. Le nombre de dossiers ouverts par ces enquêteurs spécialisés s’annonce trois fois supérieurs en 2018 qu’en 2017…
LIRE

https://www.lci.fr/faits-divers/info-lci-brigade-des-stups-les-interpellations-de-mules-explosent-2089551.html

0000000000

Après plusieurs mois d’enquête, la « nourrice », une Eragnienne âgée de 53 ans, inconnue des services de police, est identifiée.

Dans un box lui appartenant, les policiers découvrent 165 kilos de résine de cannabis. Près de 40 000 euros ont également été saisis sur les comptes bancaires des suspects et de leurs proches.

LIRE la suite

https://lagazette-yvelines.fr/2018/06/06/cent-soixante-cinq-kilos-de-resine-de-cannabis-saisis/

000000000

La justice espagnole pointe du doigt sept banques suisses impliquées dans le scandale qui a provoqué en Espagne la chute du gouvernement de Mariano Rajoy.

De notre correspondant à Genève,

Publié le | Le Point.fr
Une « corruption institutionnalisée » en faveur du Parti populaire d’Espagne n’a été possible que grâce au concours de sept banques helvétiques: Cial (aujourd’hui le CIC), la Dresdner Bank (ex-LGT), la banque SYZ, Lombard Odier, le Crédit suisse, la BSI et la banque Mirabaud.

FRANCE (Narcotrafic): qui pour réellement lutter contre les méfaits de la drogue?

Publié: 6 juin 2018 par internationalinformant dans 36, Aeronarcotrafic, Amphétamines, Australian Customs and Border Protection Service., BAN, Blanchiment, Cannabis - Hachis - Haschich, CELTIC, Champignons hallucinogènes, Cocaïne, Customs and Border Protection, Cyberdouane, DEA (USA), DG de la Douane française, DNRED, Douane française, Drogues, Ecstasy / MDMA, Gendarmerie, GRC - RCMP (Canada), Guardia Civil, Guardia di Finanza, Guardia di Finanza (Italie), Héroïne, HM Customs Excise (UK), INFOS, Khat, NARCOTRAFIC, Narcotrafic maritime, NS 55, OCRTIS, Opium, Pays de transit, Pays producteurs, Police, Policia, Précurseurs, SERVICES ANTI-DROGUES, SERVICES ESPAGNOLS, SERVICES FRANCAIS, SVA, TRACFIN, UAR
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

L’OCRTIS  qui semble être le seul service a avoir été chargé d’émettre un rapport sur ce que devrait être le futur service chargé de la lutte anti narcotrafic demande que son rôle de coordinateur soit renforcé avec, toujours coté Police, l’OCRGDF (Office central de répression de la grande délinquance financière) et le SIRASCO, le Service d’Information, de Renseignement et d’Analyse Stratégique sur la Criminalité Organisée.

——————————-

QUID de la Gendarmerie, des 1000 communautés de brigades et 700 brigades territoriales autonomes, des 8 commandements de la Gendarmerie ou COMGEND, qui sont établis dans les départements (DOM) ou communautés (COM) d’outre-mer : Nouvelle-Calédonie et îles Wallis-et-Futuna, Polynésie française, La Réunion, Mayotte, Guyane, Martinique, Guadeloupe et Saint-Pierre-et-Miquelon?

QUID de la Douane Française, de ses 8 338 agents de la SURV (terrestres, marins, aériens, aéroports)?

QUID de la DNRED, la Direction Nationale du Renseignement et des Enquêtes Douanières et de ses 715 agents répartis en trois directions:

la Direction du renseignement douanier (DRD), la Direction des enquêtes douanières (DED), la Direction des opérations douanières (DOD).

La DNRED est chargée de:

  • collecter, centraliser, traiter et diffuser le renseignement d’origine douanière,
  • lutter contre les grands réseaux internationaux de contrebande (stupéfiants, tabac, armes, biens culturels, contrefaçons) en mettant en œuvre, si les enjeux le justifient, des techniques d’investigation spécialisées,
  • coordonner les activités opérationnelles menées avec les partenaires étrangers de la douane française.

Au sein de la communauté française du renseignement et dans le cadre du Conseil national du renseignement, la DNRED est prioritairement chargée des domaines suivants :

  • la lutte contre les activités criminelles et les flux financiers clandestins (principalement la lutte contre les narco-trafics),
  • la lutte contre le terrorisme et son financement, en appui de la DGSE, de la DGSI et de TRACFIN,

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Parce que l’OCRTIS estime que « La lutte contre le trafic de stupéfiants mobilise de nombreux acteurs qui peuvent poursuivre des stratégies divergentes, voire concurrentes […] et que La coordination est lacunaire au niveau territorial et perfectible au niveau central […]« , faisant allusion aux stratégies de la Gendarmerie et de la Douane, qui joueraient leur partition en solo, l’OCRTIS suggère que son rôle de coordinateur soit renforcé allant même jusqu’à écrire qu’il est urgent de réinstaurer un contexte de collaboration authentique entre services…

De qui se fout-on?

Voila des décennies que l’OCRTIS se tire la bourre avec douaniers et gendarmes profitant du fait que systématiquement toutes les affaires de stups tombaient pour « traitement » dans son escarcelle. De coups tordus en coups véreux, sans oublier les coups de vice, les coups pendables, les coups fourrés et autres coups de jarnac que l’OCRTIS savaient parfaitement mettre en œuvre pour le plus grand bien du déroulement des carrières de ses successifs dirigeants, imaginer qu’aujourd’hui ce seul service soit aux manettes pour diriger la lutte anti-narcotrafic me semble tout simplement impensable.

La Gendarmerie ne pipe mots…Logique puisqu’elle fait partie de la grande muette!

La Douane semble être aux abonnés absents dans ce combat futur et Rodolphe Gintz, son directeur général, pourtant aficionado de Twitter, ne s’exprime pas. Gérald Darmanin, qui sait profiter des avions douaniers pour ses déplacements, ne donne pas l’impression que ce combat anti-narcotrafic lui incombe.

Verra-t-on demain les avions et les bateaux de la flotte aéronavale douanière mis à disposition de l’OCRTIS quand ils seront enfin opérationnels?

A la mondialisation des trafics doit répondre une approche globale de l’État, indispensable à la maîtrise des quartiers de reconquête républicaine souligne encore l’OCRTIS!

Cette mondialisation n’a rien de nouveau, seule cette prise de conscience semble nouvelle et opportune pour récupérer le contrôle des opérations. Attention danger!

Mieux vaudrait alors créer un service englobant les services dédiés à la lutte anti-narcotrafic composés de douaniers, gendarmes et policiers en une espèce de GIR à compétence nationale et internationale.

Que je sache la DEA (Drug Enforcement Agency) remplit parfaitement ce rôle pour les Etats Unis d’Amérique démontrant aujourd’hui un rôle prépondérant dans la lutte anti-narcotrafic au niveau mondial.

« Il est urgent de réinstaurer un contexte de collaboration authentique entre services » insiste le rapport… Et bien, qu’un seul service nouveau soit créé pour enfin obtenir l’efficacité qui a fait grandement défaut depuis trop longtemps.

Marc Fievet

000000000000000000000000000000000000000

C’est une affaire pas banale qui illustre parfaitement les circuits du blanchiment de l’argent issu du trafic international de drogue. Et les profits colossaux qui en découlent.

Après dix-huit mois d’investigations, les enquêteurs de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) viennent de mettre un terme aux juteux arrangements entre trafiquants de drogue et grossistes en textile, implantés dans une zone commerciale à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

C’est en utilisant un système de compensation connu sous le nom d’hawala, qui remonte au Moyen Âge qui évite tout passage par le réseau bancaire traditionnel et échappe ainsi à tout contrôle.

LIRE

00000000000000000000000000000000000000000000

Jeudi 24 mai, les douaniers ont fait une belle saisie sur l’A9, non loin de Béziers.

Lors d’une opération ciblée, un camion a attiré l’attention des gabelous. Ils ont découvert 953 kg de cannabis dissimulés dans la remorque de l’ensemble routier qui arrivait d’Espagne.

0000000000000000

Les peines s’échelonnent de quelques mois de prison avec sursis, pour les petits revendeurs de rue, à quatre et cinq ans de prison ferme, pour les « chefs de secteur », qui organisaient le trafic localement à Saint-Brieuc, Lorient, Rennes et Quimper.

Karim Chaib, le chef d’orchestre interpellé à Guidel (56) en décembre 2016, se présente comme « un revendeur de voitures » et s’est régulièrement retranché derrière son « droit au silence » lors de l’audience qui a duré une semaine. Il ne nie pas sa participation au trafic de stupéfiants qui visait à alimenter la Bretagne en cannabis et cocaïne entre 2015 et 2016, mais minimise considérablement les faits. Si on lui prête le rôle de chef du réseau, lui, admet simplement avoir été l’exécutant d’un trafiquant plus haut placé.

lire la suite

0000000000000000000000000000000000000000000

L’enquête a découvert que le surnommé «El Mouss » a investi les gains de ces activités criminelles dans l’achat de biens immobiliers et des cafés au Maroc, notamment dans le quartier Guéliz, afin de blanchir l’argent de la drogue.

Selon le journal Almassae, la police a conclu que le célèbre chef de ces narcotrafiquants connu sous le nom « l’ange de la mort » (Malak El Mawt), était derrière le crime du café « La Crème » au quartier L’hivernage de Marrakech.

LIRE PLUS

00000000000000000000000000000000000000000000000000000

FRANCE (narcotrafic): pour le Président de la république, on a perdu toutes les batailles

Publié: 24 mai 2018 par internationalinformant dans 36, Aeronarcotrafic, Amphétamines, Australian Customs and Border Protection Service., BAN, Blanchiment, Cannabis - Hachis - Haschich, CELTIC, Champignons hallucinogènes, Cocaïne, Customs and Border Protection, Cyberdouane, DEA (USA), DG de la Douane française, DNRED, Douane française, Drogues, FSKN (Russie), Gendarmerie, GRC - RCMP (Canada), Guardia Civil, Guardia di Finanza, Guardia di Finanza (Italie), Héroïne, HM Customs Excise (UK), INFOS, Khat, Narcotrafic maritime, NS 55, OCRTIS, Police, Policia, Secret Defense, SERVICES ANTI-DROGUES, SERVICES ESPAGNOLS, SERVICES FRANCAIS, TRACFIN, UAR
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pour le Président de la république, on a perdu toutes les batailles et Emmanuel Macron, hyper-conseillé semble opter, comme ses prédécesseurs, pour un énième « plan de mobilisation générale » contre le narcotrafic.

Pourquoi n’essaye-t-il pas d’écouter ceux qui savent ? 

D’abord, il faut se rappeler que dans les années 80, les services régaliens dédiés à la lutte contre le narcotrafic géraient et obtenaient des résultats…… et puis un jour… …. au cours des années 90…. les décideurs de Bercy et d’ailleurs ont dit STOP….. Alors les agents des régaliennes concernées sont  passés à autre chose…..

Nos décideurs avaient oublié que les narcos, eux, continuaient!

Nous sommes des perdants …..pas les narcos!

A quand la tenue d’un vrai débat avec les professionnels de la réduction des risques liés à l’abus de drogues, les sociologues, les économistes, les associations d’usagers et les représentants reconnus compétents des régaliennes concernées.

Quel sera le budget consacré par l’État à la lutte, sachant qu’il ne pourra jamais atteindre le montant des marges considérables que représente le narcotrafic.

Pendant ce temps les narcos s’enrichissent, produisant une économie parallèle à l’économie réelle, corrompant dans la foulée le système politique et le système bancaire toujours avide de liquidités. Quand à nos régaliennes, on commence à savoir que parfois des yeux se ferment, pour laisser entrer les marchandises illicites…qui fera surtout grimper dans les hiérarchies les décideurs des services opérationnels, toujours avides de reconnaissance.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Pourtant des services existent!

 

La DNRED, comme L’OCRTIS sont des administrations compétentes pour lutter contre les narcos, encore faudrait-il qu’elles se décident à retrouver l’envie de travailler, de monter des opérations, d’infiltrer plutôt que cette torpeur actuelle qui permet d’attendre que l’orage finisse par se calmer.

Certes pour L’OCRTIS, l’affaire François Thierry est toujours un handicap!

Mais les structures et les hommes sont là, il suffirait de vouloir relancer la machine!

Pour la DNRED, handicapée par des dérapages de certains cadres, elle subit aussi un autre handicap important qui est d’avoir à sa tête Corinne Cleostrate qui n’a seulement réussi à démontrer tout au long de son brillant parcours une capacité de composition incomparable; les nombreux postes qu’elle occupa depuis les années 90 au sein de la DNRED, comme taupe officielle de la DG, ne lui auront pourtant pas permis de devenir la « patronne » que la DNRED méritait.

Là aussi, les agents sont là et n’attendent qu’un signal pour repartir au combat.

0000000000000000000000000000000000