Articles Tagués ‘Enrique Peña Nieto’

À New York, où est jugé le narcotrafiquant Joaquin Guzman, surnommé El Chapo, les accusations explosives se succèdent, mettant en cause les plus hauts personnages de l’État mexicain.

Par

La somme donne le vertige : 100 millions de dollars.

C’est le montant du pot-de-vin qu’aurait reçu l’ancien président du Mexique Enrique Peña Nieto en 2012.

Une bombe lâchée par un témoin au procès à New York de l’un des plus puissants narcotrafiquants Joaquin Guzman, surnommé El Chapo. Une de plus.

Car depuis le début de l’audience, il y a deux mois, les révélations se multiplient sur les valises de cash distribuées à tous les échelons de l’État. Police fédérale, agents d’Interpol, directions des aéroports, responsables de prisons et même généraux rémunérés 100 000 dollars par mois…

Le cartel de Sinaloa dirigé par El Chapo, 61 ans, jusqu’à son arrestation en janvier 2016, savait se montrer généreux avec les dignitaires mexicains pour sécuriser son trafic.

Parmi les plus gourmands, Genaro Garcia Luna (photo de droite), ancien patron de l’agence fédérale d’investigation puis ministre de la Sécurité publique sous la présidence de Felipe Calderon. Il aurait perçu 3 millions de dollars à chacune de ses prises de fonction lors de rencontres dans des restaurants, puis 56 millions de dollars en échange de sa protection. « Mensonge, diffamation ! » se défend l’intéressé.

source et lire plus

0000000000000000000000000000000000

A man lances a poppy bulb to extract the sap, which will be used to make opium, at a field in the municipality of Heliodoro Castillo, in the mountain region of the state of Guerrero January 3, 2015. REUTERS/Claudio Vargas

A man lances a poppy bulb to extract the sap, which will be used to make opium, at a field in the municipality of Heliodoro Castillo, in the mountain region of the state of Guerrero January 3, 2015. REUTERS/Claudio Vargas

Mexico, the United States and Canada will unveil a plan to combat increased opium poppy cultivation and heroin use across North America at a summit later this month, a senior Mexican official told Reuters on Thursday June 9.

Leaders of the three nations are due to meet in Ottawa on June 29, amid growing concern about the rising North American death toll from opioids such as heroin and fentanyl, and a surge in poppy cultivation in Mexico by violent drug gangs.

In a phone call last month, U.S. President Barack Obama and his Mexican counterpart Enrique Pena Nieto agreed to intensify the fight against heroin production, and government officials say the problem has been under discussion for months.

Paulo Carreno, Mexican deputy foreign minister in charge of North America, said in an interview that Canada’s Prime Minister Justin Trudeau was also committed to the plan due to be launched at the so-called Three Amigos summit later this month.

“This isn’t just about destroying (plantations), it’s about finding solutions for people forced to cultivate poppies, and there will be an important announcement in this context at the summit on a new cooperation plan between the three countries to deal with problems that obviously concerns us all,” he said.

Carreno declined to offer details but said additional resources would be devoted to all parts of the problem.

Read more:

http://www.theyucatantimes.com/2016/06/mexico-u-s-and-canada-join-forces-to-combat-opium-cultivation-and-heroin-use/

000000000000000000000000000000

DEAWASHINGTON — Les autorités américaines responsables de l’application des lois sur la drogue étaient conscientes que le baron de la drogue mexicain Joaquin «El Chapo» Guzman et ses associés avaient développé plusieurs plans d’évasion presque immédiatement après son arrestation, l’an dernier, selon des documents internes de la Drug Enforcement Administration (DEA) obtenus par l’Associated Press.

Ces documents montrent que des agents de la DEA avaient eu des premières informations sur des plans d’évasion en mars 2014, environ un mois après que Joaquin Guzman eut été capturé dans la ville touristique côtière de Mazatlan, au Mexique.

Immédiatement après l’arrestation du baron de la drogue, considérée comme un accomplissement majeur du gouvernement du président mexicain Enrique Pena Nieto dans sa guerre contre les cartels, divers membres de la famille Guzman et des associés dans le milieu de la drogue envisageaient des «opérations potentielles pour libérer (Joaquin Guzman)», indiquent les documents. L’agence a mis au courant les autorités mexicaines des complots présumés.

Dans les documents, Guzman est identifié comme Guzman-Loera.

PLUS: http://quebec.huffingtonpost.ca/2015/07/13/evasion-el-chapo-baron-drogue-mexique-trafiquant_n_7788544.html

0000000000000000000000000000000000000000000000

América Latina

12:47 02.05.2015(actualizada a las 12:58 02.05.2015) 
 

México utilizará toda la capacidad del Estado, privilegiando el uso del espionaje, para desarticular y neutralizar al Cartel Jalisco Nueva Generación que este viernes lanzó un contraataque por el arresto de narcotraficantes, anunció el Comisionado Nacional de Seguridad, Monte Alejandro Rubido.

La llamada « Operación Jalisco » que había sido anunciada el martes pasado por el mismo alto cargo del Gobierno, comenzó este viernes y las reacciones de esa mafia causó siete muertos y 15 heridos en más de 30 bloqueos de carreteras con autos incendiados, coordinada con otros cuatro estados vecinos de esa provincia, cuya capital es Guadalajara (500 km al este), segunda ciudad del país.

*****

La orden ha sido emitida por el presidente Enrique Peña Nieto quien instruyó al Gabinete de Seguridad para mantenerse reunido en emergencia para dirigir las acciones antidroga, con los estados de Colima Guanajuato y Michoacán, en el centro-oeste de México, dijo Rubido.

El alto cargo del gabinete de Seguridad Nacional confirmó el ataque contra un helicóptero militar en el que viajaban 18 elementos federales: once militares, dos policías federales y cinco miembros de la tripulación, impactado en el rotor de cola que lo obligó a un descenso aterrizaje de emergencia, en un ataque saldado con tres militares muertos, tres desaparecidos y 12 lesionados.

En total, las fuerzas federales y de Jalisco enfrentaron acciones de los narcotraficantes en 39 puntos, incendiando vehículos de transporte público y privado, que ya fueron retirados para rehabilitar la red de carreteras desde Guadalajara hasta la zona costera del Pacífico y otros estados vecinos.

Los ataques también tuvieron como blanco instalaciones comerciales y bancarias, así como estaciones de servicio de combustible, donde hubo enfrentamientos con saldo de tres delincuentes organizados muertos y 19 detenidos.

*****

En el vecino Colima fueron incendiados siete vehículos, en Guanajuato, cuatro vehículos y una sucursal bancaria; y en Michoacán, otras cuatro unidades quemadas en rutas vehiculares.

En la « Operación Jalisco » participan efectivo de las secretarías de la Defensa, Marina Armada, Procuraduría General de la República, el Centro de Investigación y Seguridad Nacional y la Policía Federal.

La operación incluye acciones para la desarticulación logística, financiera, y « neutralización de blancos prioritarios de la referida organización delictiva », puntualizó el Comisionado federal.

La vasta operación antidroga contra la nueva mafia más poderosa de México, fue demasiado anunciada por EEUU y México, y facilitó la inédita reacción orquestada del Cartel del Jalisco Nueva Generación, dijo a Sputnik Nóvosti el autor y experto en narcotráfico José Reveles

Los pistoleros comandados por Nemesio Oseguera Cervantes, alias El Mencho, ex jefe de sicarios o del Cartel de Sinaloa, son los responsables de esa espectacular reacción, al sentirse acosados por fuerzas federales miliares y policiales, afirmó Reveles, autor de biografías de capos mexicanos.

LacapacidadoperativadelCártel deJaliscoNuevaGeneraciónyafueprobada alatentar contrael autoblindadodelComisionado deSeguridad deJalisco,el 1 deabrilpasado; yunasemanadespués,el 7 deabril,cuandobloquearon convehículosincendiados lacarretera de Guadalajara,segundaciudaddelpaís, (unos 500 km aloeste) en larutahaciaelturísticoPuertoVallarta.Esebloqueo decarreteraresultóser unanzuelo paraunaemboscada en lacualmurieron 15 policías,sinbajas delossicarios.Tres días después de la emboscada, el 11 de abril de este año, el Departamento del Tesoro de EEUU designó a esta banda criminal como uno de los más poderosos grupos del narcotráfico en México, comenta Reveles: « Y las autoridades mexicanas reforzaron ese anuncio con declaraciones de los altos funcionarios, días después, alertando así a esos capos del narcotráfico », prosigue.

Días después, México hizo propaganda con el anuncio de una operación antidroga: « el Gobierno hizo un anuncio pomposo del inicio de una operación contra esa pandilla de Jalisco, y les dio tiempo a los capos de planificar el contraataque, con los modelos aplicados en Sinaloa, Tamaulipas y Nuevo León », dijo Reveles.

0000000000000000000000000000000000000000000000000000

MEXIQUE: les forces de sécurité  « une armée et une police corrompues et liées au narcotrafic » ont persisté dans leur spirale de violence incontrôlée.

Trop, c’est trop : explosion de colère au Mexique

Il y a deux mois encore, le gouvernement de Peña Nieto était l’enfant chéri de l’impérialisme. Avec l’approbation par le parlement mexicain, en août 2014, du Pacte pour le Mexique, le processus de subordination croissante aux Etats-Unis – initié en 2005 par la signature de l’Alliance pour la sécurité et la prospérité de l’Amérique du Nord (ASPAN) – avait le vent en poupe.

A travers l’ASPAN, le Mexique s’est soumis aux directives du Commandement de l’Amérique du Nord (structure militaire conjointe sous direction états-unienne), une des fonctions de ses forces armées devenant de garantir la sécurité nationale des Etats-Unis face aux menaces du crime organisé et du terrorisme en Amérique Centrale et dans la Caraïbe. En conséquence, le système judiciaire mexicain a été réformé et une guerre a été lancée contre le narcotrafic, renforçant l’emprise sur la société de la police, des militaires et des paramilitaires.

Le Pacte pour le Mexique a été approuvé à travers un accord entre le PRI (Parti révolutionnaire institutionnel), actuellement au pouvoir, et le PAN (Parti d’action nationale), qui contrôlait le gouvernement précédent.

Ce pacte – qui reste à ratifier en deuxième lecture par les députés – liquiderait 76 ans de monopole d’Etat du gaz et du pétrole, en ouvrant ces secteurs aux capitaux étrangers et privés. Il changerait les règles du jeu dans les domaines des télécommunications, de l’éducation, de la fiscalité et de la finance, où un plein accès serait accordé aux Etats-Unis (et à d’autres puissances impérialistes, telle la France qui vient de signer 41 accords avec le Mexique, dont un pour équiper et entraîner sa gendarmerie).

Enrique Peña Nieto, qui n’a accédé à la présidence qu’avec 38 % des voix et ne dispose d’une majorité dans aucune des deux chambres du parlement, a dû payer un prix élevé pour son adoption. Le PAN a exigé – et obtenu – l’arrêt des investigations sur les 100 000 assassinats et 30 000 disparitions survenues sous la présidence de Felipe Calderón (2006-2012), avec le lancement de l’offensive militaire anti-narcos.

Encouragées par cette « amnistie », les forces de sécurité – une armée et une police corrompues et liées au narcotrafic – ont persisté dans leur spirale de violence incontrôlée. Depuis l’arrivée au pouvoir de Peña Nieto, il y a 14 mois, il y a eu 23 640 assassinats.

C’est alors que l’impensable s’est produit.

Face à l’assassinat de six personnes dont trois étudiants et à la disparition de 43 élèves-instituteurs de la ville d’Ayotzinapa, leurs parents, camarades et enseignants ont décidé que trop, c’était trop. Ils sont descendus dans la rue pour exiger l’apparition en vie des séquestrés, en rejetant toutes les tentatives de conciliation du gouvernement.

Et leur exemple a galvanisé la société mexicaine. Les étudiants, en révolte depuis 2011 contre une société d’exploitation et de racisme qui leur vole leur avenir, se sont une fois de plus mobilisés. Leur exemple a fait tâche d’huile. Les manifestations se sont succédé au Mexique et dans une série de pays. Le cas est arrivé jusqu’à l’ONU, qui l’a qualifié de « disparition forcée » et a exigé une enquête. Jen Psaki, porte-parole du Département d’Etat états-unien, a demandé à la société mexicaine de « garder son calme », oubliant que c’est son pays qui, afin de défendre sa sécurité intérieure, a imposé au Mexique cette « guerre » contre son propre peuple.

Si l’on ne peut savoir ce qu’il adviendra de ce mouvement, il est certain qu’Ayotzinapa a marqué un tournant. Les mobilisations de masse qui ont commencé sur l’exigence d’« apparition en vie » scandent maintenant « Peña démission ». Omar García, survivant de la tuerie, a lancé le 20 novembre un appel à construire un mouvement national contre l’Etat et pour un changement de société.

Les dirigeants impérialistes commencent à se demander si la démission de Peña Nieto ne serait pas la meilleure solution. Cela ne résoudrait aucun problème de fond pour le peuple mexicain, mais représenterait néanmoins un obstacle à la ratification finale du Pacte pour le Mexique, avec tout ce qu’il implique de restrictions à la souveraineté nationale du pays.

https://www.npa2009.org/actualite/trop-cest-trop-explosion-de-colere-au-mexique

00000000000000000000000

Le 26 septembre dernier 43 étudiants ont été enlevés par des policiers et vraisemblablement tués par des narcotrafiquants dans l’Etat du Guerrero au Mexique. Jeudi 27 novembre onze corps décapités ont été retrouvés dans la même région, et cinq autres le 30 novembre. Le président Enrique Peña Nieto a décidé de dissoudre les polices municipales. Quels sont les ressorts de cette crise ?

Nous avons interrogé David Recondo, chercheur à Sciences Po, et auteur de “La démocratie mexicaine en terres indiennes” (éd. Karthala).

la suite: http://www.lesinrocks.com/2014/12/01/actualite/massacres-detudiants-au-mexique-niveau-critique-divorce-societe-letat-ete-atteint-11538681/

00000000000000000000000000000000000000000