Articles Tagués ‘HELLS ANGELS’

champlainPour Pierre De Champlain, spécialiste du crime organisé et ex-analyste en renseignement à la GRC, « La mafia montréalaise est en déroute. Elle n’a plus de gouvernail ni de structure comme à l’époque où elle était dirigée par Vito Rizzuto ou Vincent Cotroni« .

« Nettoyage en règle »

Selon lui, 2016 a été «l’une des pires années» de la dernière décennie au chapitre des meurtres perpétrés dans le milieu mafieux.

La chute du clan Rizzuto s’est accélérée avec les assassinats de trois autres de ses principaux spagnoloacteurs: l’aspirant parrain Lorenzo Giordano, le chef intérimaire Rocco Sollecito et Vincenzo Spagnolo (photo de droite), considéré comme le «plus fidèle lieutenant» du défunt parrain Rizzuto.

«D’après moi, le clan sicilien est tellement affaibli à l’heure actuelle qu’il ne semble plus en mesure de riposter. On assiste à un nettoyage en règle», a observé M. De Champlain.

leonardo-rizzuto-3Les deux principaux leaders connus de la mafia, Leonardo Rizzuto (photosollecito de gauche)et Stefano Sollecito (photo de droite), sont en attente de procès pour complot, trafic de drogue et gangstérisme. Fils du défunt parrain, le premier est en prison. Fils du défunt chef intérimaire, le second est gravement malade.

La «Table de direction» de la mafia à laquelle ils siégeaient a éclaté avec leur arrestation, il y a un an, survenue en même temps que celles du chef présumé des Hells Angels, Salvatore Cazzetta, et du numéro un des gangs de rue montréalais, Gregory Woolley.

—————————–

hells-angelsAyant refait le plein d’effectifs, les Hells ont réactivé quatre de leurs cinq chapitres au Québec et inauguré une nouvelle section au Nouveau-Brunswick. Les Hells sont également assistés par de nombreux clubs supporteurs dont les membres se salissent les mains à leur place dans les «jobs de bras» et autres crimes de terrain.

LIRE PLUS: http://www.journaldemontreal.com/2017/01/05/la-mafia-en-pleine-deroute

0000000000000000000000000000000000000000000

hellsangelIls ont détrôné la mafia, qui occupait cette place depuis plus de 30 ans, alors que les policiers ont constaté ces derniers mois que, dans certaines circonstances du moins, des chefs de clan ont dû verser des ristournes de plusieurs milliers de dollars aux motards pour obtenir le droit d’exploiter leur commerce sur les territoires de ces derniers, ont révélé des sources policières à La Presse.

lire l’article de Daniel Renaud:http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/201611/18/01-5043107-crime-organise-les-hells-angels-ont-detrone-la-mafia.php

0000000000000000000000000000000000000

giordano

PHOTO: http://montreal.ctvnews.ca/polopoly_fs/1.30857.1337368814!/httpImage/image._gen/derivatives/landscape_620/image.

L’un des derniers « hommes d’honneur » de la mafia montréalaise libéré

Un lieutenant de la mafia montréalaise, que la police a à l’oeil et qui pourrait, croit-elle, profiter de l’instabilité qui perdure au sein du crime organisé italien pour occuper un jour une place importante, sera libéré dans les prochains jours, non sans que de sévères conditions lui soient imposées

Lorenzo Giordano, dont nos sources disent qu’il est l’un des derniers « hommes d’honneur » de la mafia montréalaise, désigné ainsi à la suite d’un rituel, purge depuis 2009 une peine de 15 ans de pénitencier pour complot et gangstérisme, à la suite de son arrestation dans l’enquête Colisée.

Giordano, son bras droit de l’époque, Francesco Del Balso, et leur patron, Francesco Arcadi, étaient, parmi les six principaux acteurs accusés à la suite de la rafle antimafia, ceux qui ont reçu les peines les plus sévères. Une rumeur veut qu’ils aient pris le plus gros du blâme pour que leurs supérieurs hiérarchiques, Nicolo Rizzuto, Paolo Renda et Rocco Sollecito, écopent de peines moindres.

Giordano est libéré d’office après avoir purgé au moins la moitié de sa peine. Les commissaires aux libérations conditionnelles considèrent que le mafieux de 52 ans, dont la peine prendra fin en 2019, pourrait récidiver avant la fin de la peine et lui imposent donc de sévères conditions, comme ils le font généralement dans de tels cas.

Ainsi, Giordano devra éviter les cafés européens et toute personne ayant un casier judiciaire ou étant liée à une organisation criminelle, devra divulguer ses états financiers et, surtout, sera assigné à une maison de transition.

« Votre équipe de gestion de cas croit qu’aucun programme plus qu’une assignation à résidence limitera les risques que vous représentez. Des craintes demeurent ; des informations obtenues par la police concernant votre retour dans la communauté dans un contexte d’instabilité actuel au sein de la mafia et le fait que dans ce contexte, il y a la possibilité que vous puissiez assurer votre rôle d’autorité », peut-on lire dans la décision des commissaires, que La Presse a obtenue.

Un meneur influent

Des sources ont confié à La Presse au cours des dernières années que Giordano est très respecté dans le milieu criminel et aurait bâti des liens solides durant ses années de détention, où il a maintenu un comportement conformiste et respectueux, s’occupant notamment d’une ligue de soccer pour détenus et travaillant à l’entretien ménager et à la cafétéria, au pénitencier. La décision des commissaires aux libérations conditionnelles va dans le même sens.

« Vous êtes considéré comme un meneur positif en établissement. Vous êtes parfois appelé pour ramener l’ordre dans votre unité ou en cas d’incidents. »

« Votre dossier indique que vous avez maintenu des liens et que vous avez continué à interagir en institution avec des individus connus comme étant affiliés aux gangs de rue, aux Hells Angels et au crime organisé traditionnel italien. La sécurité préventive indique que vous avez pris part à plusieurs repas organisés par des codétenus, incluant des membres d’organisations criminelles. Vous avez expliqué que vous deviez être présent pour maintenir l’ordre parmi les détenus », peut-on lire dans le document.

On y apprend également que Giordano minimise son implication dans les gestes pour lesquels il a été condamné, qu’il ne s’identifie pas comme un membre de la mafia et qu’il admet seulement une relation d’affaires avec elle.

Le document révèle également qu’en 2011, Giordano aurait eu un contrat sur sa tête qui a forcé son transfert dans un secteur sécurisé, mais qu’aujourd’hui, rien n’indique que le complot est toujours valide.

Daniel Renaud
La Presse

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le 514 285-7000, poste 4918, ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.QUEBEC

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/affaires-criminelles/201512/03/01-4927330-un-important-lieutenant-de-la-mafia-libere.php

Du même auteur

0000000000000000000000000000000000000

 

 

Un individu que la police considère comme un important distributeur de cocaïne à Montréal a été arrêté avec une forte quantité de drogue la semaine dernière.

Pierre-Yves Rhéaume, 48 ans, a été appréhendé le jour de la Fête nationale, la veille de son anniversaire, par les enquêteurs des stupéfiants de la Région ouest du SPVM.

Après avoir reçu une information, les policiers ont assisté à quelques transactions effectuées par des suspects et suivi un présumé complice de Rhéaume, Stéphan De Langis, qu’ils ont intercepté à bord d’un véhicule sur l’autoroute 15, à Laval.

Dans la voiture, les enquêteurs ont découvert 10 kilos de cocaïne et une certaine quantité d’argent. Un troisième individu, Sylvain Daoust, a été appréhendé alors qu’il sortait d’une résidence ciblée par les policiers.

«Rhéaume est connu de nos services. Il est considéré comme l’un des plus gros distributeurs de cocaïne à Montréal. Il est indépendant, mais fait des affaires avec des organisations criminelles», explique la commandante Christine Debon, responsable de la section des stupéfiants de la région ouest du SPVM.

Les grandes ligues

Mme Debon n’a pas voulu identifier les organisations criminelles, mais les Hells Angels seraient l’une d’elles selon nos informations.

Lors des procédures portées contre deux individus accusés d’avoir menacé un enquêteur du SPVM violemment battu au Mexique en janvier 2011, Marc-André Lachance et Shane Kenneth Maloney, un témoin avait raconté que des membres du groupe Éclipse avaient vu les deux accusés attablés avec Rhéaume dans un populaire bar de danseuses du centre-ville de Montréal en août 2010.

Lachance est détenu à la suite de sa condamnation et de son arrestation dans l’opération Carcan menée par la Sûreté du Québec contre trois cellules de trafic de stupéfiants considérées comme la relève des Hells Angels en novembre 2011.

Maloney est détenu lui aussi et toujours accusé dans le projet Loquace mené contre un consortium qui aurait tenté de prendre le monopole de la distribution de cocaïne au Canada en novembre 2012.

Rhéaume n’a pas d’antécédent en matière de stupéfiants.

Lui et De Langis ont été accusés de trafic de cocaïne jeudi dernier au Palais de justice de Montréal. La Poursuite s’est objectée à leur remise en liberté. Daoust, quant à lui, a été accusé de possession de haschisch.

Lors de perquisitions effectuées à la suite des arrestations, les enquêteurs ont saisi 130 000$ en argent, onze armes de chasse, des munitions diverses et deux chargeurs haute capacité.

Daniel Renaud
La Presse

source: http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/affaires-criminelles/201506/29/01-4881918-dix-kilos-de-cocaine-saisis-dans-une-voiture.php

0000000000000000000000000000000000000

paissePatrick Paissé, un trafiquant de Blainville, considéré comme l’un des principaux lieutenants du caïd lavallois Jimmy Cournoyer, surnommé le «roi du pot», vient d’écoper de quatre ans de pénitencier, à New York.

Photo d’archives
Patrick Paissé, 41 ans, de Blainville, est devenu le troisième Québécois condamné à une peine d’incarcération dans l’enquête sur ce réseau qui a écoulé pour un milliard de dollars de marijuana dans l’État de New York pendant 14 ans.

Mario «Diego» Racine, 33 ans, de Laval, demeure le seul Québécois toujours en attente de procès dans cette enquête des policiers américains de la Drug Enforcement Administration (DEA) qui avait permis une centaine d’arrestations.

Détenu aux États-Unis depuis un an et demi à la suite de son extradition du Canada, Paissé, 41 ans, s’était reconnu coupable d’une accusation de complot pour importation de marijuana.

Rôle « crucial »

L’enquête de la DEA a notamment établi qu’entre 2002 et 2005, Paissé a orchestré l’envoi hebdomadaire d’environ 50 kg de marijuana dans l’État de New York, en provenance du Québec.

Paissé avait d’abord rencontré un distributeur américain à l’hôtel Delta de Montréal et ce dernier lui avait payé 100 000 $ pour une première cargaison de 20 kg de cannabis.

Réseau infiltré

«Les profits étaient énormes», mentionne le procureur fédéral Steven Tiscione dans les documents de cour.

La drogue traversait la frontière par la réserve amérindienne d’Akwesasne, et le réseau comptait sur l’aide des Hells Angels pour l’acheminer à destination.

Paissé a cependant connu des ennuis, notamment après s’être fait voler une livraison de 600 livres de marijuana.

Puis, le distributeur avec lequel il faisait affaire et des «courriers» de l’organisation se sont fait épingler par la DEA et ont décidé de collaborer à l’enquête.

► En août dernier, son ancien patron, Jimmy Cournoyer, avait été condamné à une peine exemplaire de 27 ans de pénitencier. Alessandro Taloni, un Montréalais proche du clan Rizzuto et impliqué dans une filière de cocaïne du réseau, a aussi écopé de dix ans d’incarcération dans cette affaire, l’an dernier.

Serge-Étienne Boyer... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Serge-Étienne Boyer

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Daniel Renaud
La Presse

Des camionneurs qui ont passé à répétition la frontière américaine avec des centaines de kilos de cocaïne au début des années 2010 n’ont pas hésité à demander de fortes « augmentations de salaire » à leurs patrons, en raison des risques encourus.

L’appât du gain est l’un des facteurs qui ont joué contre Serge Étienne Boyer la semaine dernière, alors que l’homme de 29 ans, qui avait été arrêté lors de l’importante opération Loquace en novembre 2012, a été condamné à une peine de huit ans et demi de pénitencier.

L’enquête Loquace, menée par la Sûreté du Québec, a visé un consortium composé d’individus liés notamment au crime organisé irlandais et aux Hells Angels, qui auraient tenté de prendre le monopole de l’importation et de la distribution de cocaïne au Canada. Boyer travaillait pour le propriétaire d’une entreprise de transport, Éric Brochu, déjà condamné à 11 ans de pénitencier dans cette affaire.

L’entreprise de Brochu était spécialisée dans le transport de roulottes fabriquées aux États-Unis et vendues au Canada. Ses camionnettes, qui franchissaient continuellement la frontière, avaient été modifiées et équipées d’une cache dans laquelle les suspects pouvaient importer jusqu’à 100 kg de cocaïne chaque fois.

lire: http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/201501/27/01-4838802-huit-ans-et-demi-de-prison-pour-importation-de-cocaine.php

000000000000000000000000000000000000

880288-eric-grenierAncien tenancier du bar de danseuses Le Garage de Mirabel et sympathisant des Hells Angels en attente d’une sentence pour trafic de cocaïne aux États-Unis, Éric Grenier prévoyait réaliser d’autres importations lorsqu’il a été arrêté, selon la poursuite, qui demande une peine d’emprisonnement de plus de sept ans.

LIRE: http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/proces/201407/15/01-4783930-trafic-de-cocaine-au-moins-sept-ans-reclames-pour-eric-grenier.php

0000000000000000000000000000000000000

hells

Publié le 02 juillet 2014 à 09h11 | Mis à jour le 02 juillet 2014 à 19h38

(Québec) L’escouade régionale mixte Québec-Chaudière-Appalaches a réalisé, mercredi, l’une de  ses plus importantes frappes des dernières années. Les policiers ont arrêté au moins 28 personnes appartenant à un réseau de trafic de stupéfiants lié aux Hells Angels.

Quelque 200 policiers ont participé à la phase finale du projet Mousquet, principalement dans les villes de Québec et de Lévis. Les policiers ont aussi effectué 22 perquisitions. Parmi les lieux visités, il y a le salon de beauté Mirage sur l’avenue des Églises, dans Charny. Photo ci dessous.

Parmi les lieux visités, il y a le... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Le Soleil, Pascal Ratthé