Articles Tagués ‘héroïne’

Au premier étage du commissariat de Mulhouse se trouvent les 63 agents la Sûreté départementale.Photo  L’Alsace/A quoi bon ne vendre qu’une seule drogue, quand on a de nombreux clients qui en demandent d’autres… C’est ce qu’a dû se dire ce Mulhousien d’origine, âgé de 34 ans et vivant maintenant dans le Sundgau, spécialisé au départ dans la vente de résine de cannabis.
Aujourd’hui 17:34 par G.L.

A force de voyages aux Pays-Bas, où il allait s’approvisionner, il a décidé de se lancer dans le commerce de cocaïne et d’héroïne. Petit à petit, il a organisé un petit réseau avec plusieurs personnes travaillant pour lui soit en tant que vendeur, soit en tant que nourrices pour garder les produits, soit en tant que « comptables » pour la gestion de la marchandise. Le tout permettant à plus d’une vingtaine de clients très réguliers de se fournir en marchandise.

Une enquête, menée depuis plusieurs semaines par la brigade des stupéfiants de la sûreté départementale du commissariat de Mulhouse, a permis de démanteler ce réseau la semaine dernière. Huit personnes, dont le principal intéressé, ont été interpellées aux aurores le 18 février. Deux autres personnes ont ensuite été placées en garde à vue durant cette même journée.

Les perquisitions de plusieurs domicile ont permis aux enquêteurs de découvrir 1,4 kg de résine de cannabis, 1,340 kg d’héroïne, 860 g de cocaïne, 1,5 kg de produit de coupe et 11.000 €.

Il ressort de l’enquête et des gardes à vue que ce réseau avait une organisation bien structurée. Afin de se rendre aux Pays-Bas, la chef de ce réseau louait des véhicules avec un prête-nom. Plusieurs véhicules effectuaient des voyages en même temps : il y avait des véhicules qui ouvraient la route et d’autres qui transportaient.

Durant le week-end dernier, huit personnes ont été présentées à un juge d’instruction qui s’était saisi de l’enquête au courant du mois de janvier. Toutes ces personnes (cinq hommes et trois femmes) ont été mis en examen : la tête du réseau, sa compagne (31 ans) et trois complices (35, 27 et 21 ans) ont été placés en détention provisoire, alors que trois autres personnes ont été placées sous contrôle judiciaire (29, 28 et 22 ans). L’enquête se poursuit afin de déterminer précisément les quantités écoulés depuis des mois et les implications de chacun.

http://www.lalsace.fr/actualite/2016/02/22/shit-cocaine-heroine-le-chef-d-un-reseau-multiservice-et-son-equipe-mis-en-examen

000000000000000000000000000000000

Charentes : un trafic d'héroïne, cocaïne et cannabis démanteléHéroïne, cocaïne et cannabis : sept personnes impliquées dans un vaste trafic de drogues en Charente et Charente-Maritime ont été interpellées, mardi 25 novembre. Cinq d’entre elles ont été mises en examen, dont trois incarcérées, et deux remises en liberté.

LIRE sur http://www.sudouest.fr/2014/12/03/charentes-sept-personnes-interpellees-dans-un-vaste-trafic-de-drogues-1756499-1391.php

000000000000000000000

C'est au péage de Dozulé, sur l'autoroute A13, que les douaniers de Caen ont interpellé trois hommes qui transportaient de la cocaïne et de l'héroïne (Photo d'illustration Le Pays d'Auge)Trois hommes domiciliés dans l’agglomération de Rouen ont été interpellés par les douaniers de Caen, le 1er octobre 2014, au péage de Dozulé, sur l’autoroute A13, relatent nos confrères du Pays d’Auge.

Cocaïne et héroïne saisis dans la voiture

Il est un peu plus de minuit quand une Fiat Punto se présente au péage, avec trois hommes et une femme à bord. En inspectant le véhicule, les douaniers découvrent près de 90 grammes d’héroïne et environ 5 grammes de cocaïne. La valeur marchande de la totalité de ces produits stupéfiants s’élève à plus de 5 000 euros.
Interpellés par les gendarmes du peloton motorisé de Pont-L’Évêque, les trois hommes, âgés de 19, 23 et 44 ans, ont été placés en garde à vue, puis déférés au tribunal de Lisieux pour une comparution immédiate. Toutefois, en pleine grève des avocats, le procès n’a pu avoir lieu et a été repoussé au 3 novembre. Deux des hommes ont été placés en détention provisoire, le troisième a été remis en liberté et la femme qui les accompagnait a été mise hors de cause.

source: http://www.76actu.fr/sur-l-a13-trois-rouennais-interpelles-au-peage-avec-de-la-drogue_93953/

00000000000000000000000000000000000

Charente : il trafiquait cocaïne, héroïne et cannabis dans la campagne

Le palais de justice d’Angoulême. © Photo

Archives Céline Levain

 

 

Cinq ans ferme, mardi, pour la tête de pont d’un réseau de stupéfiants qui, depuis la Seine-Maritime, irriguait la campagne de Jarnac en cocaïne, héroïne et cannabis.

Point de Vincent Lefebvre, hier après-midi, à la barre du tribunal correctionnel d’Angoulême. Domicilié en Seine-Maritime, il est excusé. Sa femme étant hospitalisée, le prévenu garde les enfants. À 33 ans, il n’en est pas moins présenté comme le trafiquant en chef d’un réseau de cocaïne, héroïne et cannabis à l’échelle de la campagne jarnacaise. Cinq autres hommes devaient comparaître à ses côtés : seuls trois ont fait le déplacement.

Tous avaient été interpellés au saut du lit, entre janvier et mai 2013, et ont passé de longs mois en détention provisoire. Conséquence de la mort par overdose d’un jeune homme le 9 mai 2012, à Jarnac.

Les enquêteurs de la gendarmerie découvrent alors sur place l’attirail du parfait dealer : des flacons de méthadone, un bloc d’héroïne de 750 grammes, 224 grammes de résine de cannabis et quelque 10 765 euros en liquide. Surpris en pleine transaction rue des Moulins, à Jarnac, début 2010, le défunt faisait de longue date l’objet d’une enquête préliminaire. Mais, très vite, les gendarmes s’aperçoivent que le trafic survit à la mort du malheureux. Confiée deux semaines plus tard à un juge d’instruction, l’enquête aboutira au coup de filet du premier semestre 2013.

« Il déposait, il repartait »

À la barre, ils n’en mènent pas large, traînant leur sobriquet dans le prétoire du tribunal correctionnel. « Facteur », c’est son métier, 26 ans, vit toujours chez ses parents. Consommateur depuis ses 14 ans, il s’approvisionnait chez le dealer mort par overdose. Il s’est tourné alors vers « Bolossien », 25 ans, chez qui avaient été saisis près de 200 grammes d’héroïne, entre autres. Désormais employé dans une pisciculture, le jeune homme se dit sevré. À l’époque, il consommait « énormément » : « Entre 5 et 10 grammes par jour ». Au total, il aurait écoulé 1,5 kg d’héroïne entre octobre 2011 et janvier 2013.

Selon l’enquête, Alexandre Ferreira, 22 ans, un pied à Châteauneuf, l’autre en Normandie, s’approvisionnait auprès de Vincent Lefebvre, qui n’était autre que le compagnon de sa sœur. Soit grosso modo 500 grammes d’héroïne vendue « 17-18 euros le gramme » et 50 grammes de cocaïne vendue « 50-60 euros le gramme », à raison d’un « voyage tous les deux ou trois mois ». Il fournissait notamment un autre Alexandre, maçon, 29 ans, qui résume le trafic sans s’attarder : « Il déposait, il repartait, ça durait cinq minutes, et puis voilà. On buvait pas de café. »

Problème, si tout le monde est passé à table en garde à vue, plus personne ou presque ne reconnaît la moindre responsabilité à Vincent Lefebvre. Le président fait mine de s’en étonner, énumérant les différentes confrontations avec l’intéressé qui ont donné lieu aux rétractations des autres prévenus. Et ne se prive pas de lire les messages sans équivoque adressés par la compagne de Vincent Lefebvre à une autre jeune femme jugée trop bavarde : « Je vais te faire un truc de ouf », « t’es une balance », « mon mec voulait ta peau depuis longtemps, il a le feu vert. »

Sans surprise, les condamnations prononcées dès hier soir vont de trois mois avec sursis pour les menaces de crime ou délit prononcées par la compagne à deux ans de prison ferme pour Alexandre Ferreira et surtout cinq ans ferme pour son « beau-frère », Vincent Lefebvre. Avec mandat d’arrêt et interdiction de paraître en Charente pendant cinq ans.

SOURCE: http://www.sudouest.fr/2014/09/17/la-connection-normande-1673986-813.php

00000000000000000000000000000000