Articles Tagués ‘le Messin Serge Atlaoui’

image

L’Indonésie a fait savoir que plusieurs exécutions de détenus sont imminentes. Le pays qui applique encore la peine de mort prévoit d’exécuter 16 condamnés à mort juste après la fin du ramadan, début juillet. L’information a été communiquée ce mardi matin par un porte-parole du parquet général à Jakarta.

Selon ce porte-parole, les condamnés seront exécutés immédiatement après l’Aïd el-Fitr, fête marquant la rupture du jeûne du mois du ramadan, qui a débuté le 6 juin en Indonésie. L’identité des condamnés sera révélée quelques jours seulement avant le peloton d’exécution, a-t-il ajouté.

LIRE:
http://loractu.fr/metz/13456-le-messin-serge-atlaoui-de-nouveau-menace-d-une-execution-imminente-en-indonesie.html

Par Antoine Sillières

Publié le 17/04/2015 à 16:04

Arrêté en 2005, Serge Atlaoui est déténu dans les couloirs de la mort indonésiens depuis 10 ans

Les relations entre la France et l’Indonésie pourraient être durement affectées si les autorités de Jakarta exécutent la sentence de mort prononcée contre un ressortissant français.

L’ambassadrice de France en Indonésie passe aux menaces dans l’affaire de Serge Atlaoui. «En cas d’exécution, cela ne sera pas sans conséquences sur notre relation bilatérale» a-t-elle prévenu. Les autorités indonésiennes s’apprêtent à exécuter la sentence de mort prononcée contre le Messin Serge Atlaoui, coupable, à leurs yeux, de trafic de drogue sur leur sol. Une nouvelle tentative de sauvetage dans le combat qui oppose, depuis 2005, le Français, condamné pour avoir installé des machines dans un laboratoire clandestin d’ecstasy, aux autorités indonésiennes, intransigeantes dans la lutte contre le narcotrafic. Simple exécutant -Serge Atlaoui est soudeur-, il a toujours nié être au courant des activités du laboratoire, qu’il prenait pour une usine d’acrylique.

Cette intervention diplomatique vise à faire pression sur le président indonésien Joko Widodo, alors que la Cour suprême examine actuellement l’ultime recours en grâce déposé par Serge Atlaoui. En février, François Hollande avait écrit à son homologue pour intercéder en faveur de son compatriote, qui avait alors vu plusieurs de ses codétenus conduits au peloton d’exécution.
«N’exécutez pas mon mari»

Présente à la conférence de presse ce vendredi, sa femme, Sabine, a insisté en ce sens. «Mon mari n’est pas un baron de la drogue. Il ne mérite pas la peine de mort», a-t-elle plaidé. Omniprésente dans le combat qui oppose son époux aux autorités indonésiennes et épuisée par dix années de lutte acharnée, Sabine Atlaoui, a confié vivre avec sa famille un «torture psychologique». Peu sensible à leur détresse, «un membre du bureau du procureur nous a demandé d’ores et déjà les mensurations de mon mari pour son futur cercueil», fulmine-t-elle. Et de lancer à l’auditoire, poignante, «n’exécutez pas mon mari!».
Une première depuis l’abolition de la peine de mort en France

Dans l’hypothèse d’une issue tragique, Serge Atlaoui serait le premier Français à être exécuté depuis l’abolition de la peine de mort en 1981. Une telle sentence n’a par ailleurs jamais été appliquée pour un citoyen de l’Hexagone en dehors du territoire national. Un dénouement «impensable», pour Raphaël Chenuil-Hazan, directeur de l’association «Ensemble contre la peine de mort», qui appelait en février «les Français et le gouvernement à se battre pour rendre cela impossible».

La stratégie diplomatique française ne semble pourtant pas impressionner Joko Widodo. Récemment arrivé au pouvoir, le président indonésien entend poursuivre la politique d’exemplarité en matière de lutte contre la drogue, qui ravage son pays. En contrepartie d’une issue favorable à son ressortissant, la France a proposé d’aider l’Indonésie à éradiquer le narcotrafic.

http://www.lefigaro.fr/international/2015/04/17/01003-20150417ARTFIG00232-la-france-menace-l-indonesie-si-serge-atlaoui-est-execute.php

00000000000000000000000000000