Articles Tagués ‘l’opération « Janissaire »’

Faux et usage de faux

Ces « incertitudes » finiront par se confirmer lorsque Mohamed Bessame (photo à gauche) va tomber sur une pièce de procédure jamais versée au dossier. Il s’agit d’un CD dans lequel figurent les factures détaillées d’une ligne téléphonique appartenant au fameux infiltré. Conviction est faite lorsque « BB » s’aperçoit que ce téléphone déclenche une borne à l’adresse précise où son complice réside.

Pourtant, le juge d’instruction lyonnais, Bertrand Grain, avait rédigé un procès-verbal dans lequel il indiquait que l’opérateur était dans l’impossibilité de lui fournir les factures détaillées de la ligne de l’infiltré.

Une plainte avec constitution de partie civile pour “faux, usage de faux et altération de document public” a été déposée en septembre dernier par Bertrand Sayn, l’avocat de Bessame. Elle s’ajoute aux investigations du juge d’instruction Nicolas Josué, confiées à l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN), la police des polices, à l’encontre des services de l’antenne lyonnaise de la PJ de Grenoble, qui avaient mené l’enquête.

Depuis cette plainte, Bessame, qui est loin d’être un enfant de chœur, a été placé à l’isolement et transféré à la prison des Baumettes à Marseille. Mesure de rétorsion ? C’est ce que pensent ses avocats.
Dupond-Moretti, Dehapiot et Ripert en renfort

Ce mardi matin, Philippe Dehapiot et Eric Dupond-Moretti viendront épauler les avocats lyonnais, pour contester les méthodes de la juridiction lyonnaise spécialisée dans la grande délinquance. Ils demanderont le renvoi de l’audience d’appel en raison des plaintes en cours. « Quand on parle de loyauté de la preuve, rien n’est anecdotique.

Ce qui se passe à Lyon est très inquiétant », s’agace Me Dupond-Moretti.

Classement sans suite..par Marc Cimamonti

Déposée le 15 septembre 2014, une plainte pour « faux et usage de faux, altération et soustraction de documents de nature à faciliter la découverte d’un délit, la recherche de preuves ou la condamnation des coupables », a été classée sans suite par le procureur de la république, Marc Cimamonti, le 31 octobre dernier.

source et plus

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Faute

Le président du tribunal, Jean-Hugues Gay, qui a conduit les débats avec une extrême rigueur, n’a jamais caché son irritation devant une telle procédure qui sème le doute, nécessairement. Et l’a fait savoir au directeur d’enquête de la police judiciaire : Vous voyez, monsieur, les vérifications que vous ne faites pas, combien ça pèse. Parce que, aujourd’hui, on essaie de rendre la justice et vous voyez comme c’est difficile avec votre dossier. (…) Personne d’autre dans ce dossier n’est aussi présent que le gitan. Et il n’y a pas d’identification de faite. Ça se voit tellement que c’est gros ! Des conversations entières sont portées sur le gitan. Mohamed Bessame, qui vous préoccupe tant, sa seule préoccupation à lui, c’est le gitan. Et je le trouve nulle part dans votre boulot !

Réponse du directeur d’enquête de la police judiciaire : Ce sont des choix d’enquête.” Jean-Hugues Gay l’a repris de volée : Mauvais choix, monsieur. Ne pas chercher le rabouin ou le gitan (Habib Ketab), c’est une grosse faute.” L’échange était presque irréel et donnait à penser que la thèse de l’infiltré envoyé par l’antenne grenobloise de la PJ de Lyon était crédible aux yeux du président du tribunal.

lire


FRANCE (OCRTIS – DNRED): que sont devenus nos guerriers ?

Se souvenir

°°°°°°°°°

et AUSSI

000000000000000000000000000000000000000

et enfin!

Un soupçon de conflits d'intérêts qui aurait dû légitimement amener les trois magistrats à se déporter d'une affaire dans laquelle ils étaient partie prenante.Peut-on encore faire confiance aux magistrats français?


Vol de documents dans un commissariat

Sans oublier

00000000000000000000000000000000000000000000

 

7 février 2015 – Port espagnol d’Adra

Ce soir-là, peu avant minuit, un bateau de pêche enregistré au Maroc, le Zaidi 3, s’amarre dans la partie la plus isolée du port. En à peine une demi-heure, 110 ballots de résine de cannabis (plus de 3,3 tonnes) sont déchargés du bateau avant d’être empilés dans un camion.

Cinq policiers espagnols observent discrètement la scène sans intervenir, se rappelant peut-être l’époque du GAL.. Mais aujourd’hui, c’est à la demande expresse de l’OCRTIS (L’office des stups français) qu’ils vont surveiller le déchargement puis escorter le camion jusqu’à la frontière, où des policiers français doivent prendre le relais.  La marchandise va ainsi remonter jusqu’à un entrepôt situé au Grand-Quevilly, dans la région de Rouen, sous le contrôle étroit de l’Office des stups.

Opérations «Myrmidon»

Dans sa demande officielle de livraison surveillée adressée le 11 décembre 2014 à son homologue espagnol, le patron de l’OCRTIS François Thierry évoque l’action de «différents groupes de trafiquants résidant dans les régions de Montpellier et Bordeaux» et livre des détails sur le dispositif en cours : «Les clients français font l’objet d’enquêtes judiciaires en France, et cette phase cruciale permettra de procéder à des arrestations et au démantèlement de plusieurs organisations.»

En réalité, le bilan s’avérera bien plus maigre que prévu. Sur plus de 3 tonnes de cannabis importées à cette occasion sous l’égide de la police française, seuls 210 kg seront saisis quatre mois plus tard par les douanes. Même pas un dixième de la quantité totale.

Interrogé en août 2017 sur cette étrange disparition, François Thierry a juré avoir fait le nécessaire en informant les autorités locales. «Il a été annoncé de manière certaine à la PJ de Rouen et au parquet de Rouen l’arrivée d’une quantité importante de cannabis ainsi que l’adresse de l’entrepôt et il leur appartenait d’y donner les suites classiques», a-t-il affirmé face aux juges.

«On a passé la main à la PJ locale, je ne peux pas être comptable de ce qu’ont fait ou n’ont pas fait les services destinataires des informations qu’on leur donne.» a martelé François Thierry.

Pour le patron de la PJ de Rouen, Jérôme Martin: «Je ne sais absolument rien de cette opération, à cette date, nous n’avons aucune information, ni moi ni aucun de mes collaborateurs, sur une arrivée de produits stupéfiants dans la région rouennaise, il est évident que sur une quantité de stupéfiants aussi importante, le parquet aurait été immédiatement avisé et une grosse partie du service mobilisé pour des surveillances continues.»

Où sont passées les 3,3 tonnes importées sous la protection de l’Office des stups ? A qui cette drogue était-elle destinée ?

°°°°

Des juges «pas informés»

Selon les explications fournies à la justice par François Thierry, cette importation avait d’abord pour objectif de crédibiliser Sofiane Hambli (photo) en tant que logisticien afin de lui permettre d’infiltrer une organisation rivale. Baptisée «Janissaire», l’opération ultra-secrète, présentée comme «inédite en Europe», visait à mettre en œuvre «une logistique complète d’importation de stupéfiants pour éradiquer plusieurs réseaux d’acheminement».

Sauf qu’aucun réseau n’a été démantelé et que la mystérieuse opération continue d’intriguer les magistrats.

En clair, ni les magistrats ni les services de police concernés par l’importation n’en auraient été informés.

Lire la suite sur Libération

00000000000000000000000000000000000000000

Le dossier a été transmis dans une autre juridiction… à Bordeaux, pour un enterrement peut-être!

°°°°°°°°°°°°°°

Côté OCRTIS François Thierry, parti d’abord à l’anti-terrorisme, a perdu au passage son habilitation d’OPJ (FRANCE (Affaire François Thierry): l’ex patron de l’OCRTIS n’est plus OPJ). Aujourd’hui il occupe un poste administratif dans une structure rattachée à la place Beauvau! Il rumine et reconnaît chaque jour que les guerres entre services* sont pénalisantes pour l’ atteinte des objectifs fixés à ces derniers.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Côté DNRED Après les exploits du Bd Exelmans et tout ce qui en a découlé. .. Suicide, cagnotte, magouilles etc, etc, le départ de Jean Paul Garcia, est arrivée aux manettes Corinne Cleostrate dont le silence actuel n’a d’égal que sa connaissance des turpitudes de la DNRED. Sa proximité avec le DG Rodolphe Gintz comme c’était déjà le cas avec François Mongin, Jérôme Fournel et Hélène Crocquevieille laisse à penser qu’au niveau de la DG, on savait!

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Côté Sofiane Hambli Ses informations connues par de nombreuses DIPJ (Versailles, Paris, Bordeaux, Rennes, Lille, Dijon, Lyon, Marseille, Strasbourg), par la DGSI, la DGSE, des services étrangers (Angleterre, Belgique, Espagne et Maroc) qui ont permis tant de résultats ont été passées par pertes et profits. Sa participation aux opérations « Myrmidon » initiées en 2010 par L’OCRTIS comme à l’opération « Janissaire » était bien réelle. Il bénéficie aujourd’hui des meilleurs services de l’administration pénitentiaire et son rôle auprès de François Thierry est oublié. Il est aujourd’hui dans un épouvantable merdier.

°°°°°°°°°°°°°°°

Tout ça pour quel résultat? La drogue arrive massivement sur nos territoires et nos grands services qu’étaient la DNRED et L’OCRTIS sont en roues libres attendant des jours meilleurs!

Les magistrats, quant à eux, ne reconnaîtront jamais la connaissance qu’ils avaient des opérations menées suite aux informations transmises par Sofiane Hambli. Vive la France!

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

* Guerre » des services

L’affaire avait éclaté en octobre 2015 après la saisie par les douanes de 7 tonnes de cannabis dans le 16ème arrondissement de Paris, issues en réalité de la livraison supervisée par l’Ocrtis. Une illustration de la « guerre » qui se joue entre les différents services des douanes, de la gendarmerie et de la police, chacun menant ses opérations de son côté.

Opération exceptionnelle. Plusieurs sources policières d’Europe 1 assurent qu’il n’y a jamais eu volonté de cacher quoi que ce soit aux magistrats. Si tout n’a pas été dit, c’est qu’elle ne savait pas tout : ni la quantité exacte, ni les destinataires. C’était justement le but de cette opération exceptionnelle, une première en Europe : « mettre en œuvre pour la première fois en ­Europe une logistique complète d’importation de stupéfiants pour éradiquer plusieurs réseaux d’acheminement en un seul dossier judiciaire », comme l’indique une note datée du printemps 2015, publiée par Libération. Cette opération exceptionnelle devait alimenter plusieurs réseaux en région parisienne mais aussi à Nantes, Mulhouse, dans le Nord…

Enquête en cours. L’Inspection générale de la police nationale a été saisie d’une enquête. Pour l’instant, le chiffre de 40 tonnes n’est pas confirmé de source judiciaire, c’est Libération qui l’avance. Les sources policières d’Europe 1 affirment que c’est matériellement impossible de mettre autant de drogue dans un seul camion. Pour finir, un détail révélateur du fossé qui se creuse entre police et justice : le numéro 2 de l’Ocrtis est un ancien magistrat antiterroriste devenu commissaire. Réflexion d’un de ses anciens collègues : « il n’y a rien de pire qu’un magistrat qui devient commissaire, il sait présenter les choses. »


https://youtu.be/neDnpgZPPvY

0000000000000000000000000000