Articles Tagués ‘pénitenciers fédéraux’

penitenciersDans les pénitenciers surpeuplés, le sevrage provoque souvent des conflits et des batailles entre détenus, ou des agressions contre les agents correctionnels.

Plus de la moitié des détenus actuellement derrière les barreaux des pénitenciers fédéraux du Québec sont toxicomanes, révèlent des chiffres obtenus par La Presse. Un véritable cauchemar pour les agents correctionnels, qui doivent prendre en charge des criminels en sevrage forcé tentant par tous les moyens de faire entrer de la drogue ou d’en avoir sous la main.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Gabrielle Duchaine

Plus de la moitié des détenus actuellement derrière les barreaux des pénitenciers fédéraux du Québec sont toxicomanes, révèlent des chiffres obtenus par La Presse. Un véritable cauchemar pour les agents correctionnels, qui doivent prendre en charge des criminels en sevrage forcé tentant par tous les moyens de faire entrer de la drogue ou d’en avoir sous la main.

«C’est un problème complexe à gérer qui entraîne plus d’incidents et d’agressivité, et qui alimente toute une économie souterraine», explique le président pour la région du Québec du syndicat des agents correctionnels du Canada, Éric Thibault.

En tout, plus de 2300 criminels incarcérés et près de 1000 condamnés à des peines dans la collectivité ont une dépendance à la drogue, soit 58%. C’est ce que révèlent de récentes statistiques du Service correctionnel du Canada sur lesquelles nous avons mis la main en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Dans des bâtiments surpeuplés, le sevrage provoque souvent des conflits et des batailles entre détenus, ou des agressions contre les agents.

«Imagine un gars en manque [de drogue] qui se retrouve dans un pavillon où il y a de la place pour 140 personnes, mais où il y en a 200… Les gens finissent par se tomber sur les nerfs», souligne M. Thibault.

Menaces, violence et drones

Dans les pénitenciers, la drogue est une denrée prisée et lucrative. Les détenus tentent par tous les moyens d’en faire entrer, certains par la force ou les menaces, d’autres grâce à la technologie.

 

000000000000000000000000000000000000000000