Articles Tagués ‘PJ’

PAYS BAS (Narcotrafic): les Bataves ont réussi à  devenir la plaque tournante européenne du trafic de drogues

Publié: 29 avril 2017 par Marc Fievet dans Aeronarcotrafic, Albanie, Alcool, Allemagne, Amphétamines, Balkans, BAN, Belgique, Blanchiment, Cannabis - Hachis - Haschich, CELTIC, Champignons hallucinogènes, Cocaïne, Cyberdouane, DEA (USA), DG de la Douane française, DNRED, Douane française, Drogues, Ecstasy / MDMA, Espagne, EUROPE, France, FSKN (Russie), GIBRALTAR, GRC - RCMP (Canada), Guardia di Finanza (Italie), Héroïne, HM Customs Excise (UK), Irlande, Italie, Khat, NARCOTRAFIC, Narcotrafic INFOS, Narcotrafic maritime, NS 55, Opium, Pays de transit, Pays producteurs, Pays-Bas, Précurseurs, Sardaigne, SERVICES ANTI-DROGUES, SERVICES ESPAGNOLS, SERVICES FRANCAIS, Suisse, SVA, Tabac - Cigarettes, TRACFIN
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Europol, l’organisme européen en matière de police, pointe le rôle majeur des trafiquants néerlandais dans la production, l’importation et l’écoulement de drogues dans l’UE.

 Cannabis, cocaïne, ecstasy ou autres drogues synthétiques, les Pays-Bas confirment leur place de plaque tournante du trafic de drogues en Europe sur toute la ligne. 

Selon l’état des lieux dressé par Europol, l’organisme européen regroupant les polices des États membres, dans son dernier rapport intitulé « la menace du crime organisé et de la grande criminalité liée au trafic de drogues », le royaume batave détient plusieurs records dans le domaine.

LIRE plus:

https://www.lesechos.fr/monde/europe/0211982325193-les-pays-bas-plaque-tournante-du-trafic-de-drogues-2080390.php

°°°°°°°°°°°°°°

Marc Fievet reçu par Yves Calvi pour la sortie du film Gibraltar

Ras le bol des constats chaque année plus accablants pour les régaliennes censées protéger la population des méfaits de la drogue sur les consommateurs mais aussi sur la population par la délinquance criminelle engendrée. 

Bientôt 30 ans que Marc Fievet, l’agent NS 55 de la DNRED, dénonce ces trafics et blanchiment sans qu’ aucune réaction efficace ne soit décidée.

Certes de réunions en colloques et autres concertations diverses, nos hauts fonctionnaires sont présents.

Certes on organise régulièrement des ententes cordiales pour montrer le savoir faire des différentes institutions participantes à  ce type d’actions…toujours conclues pat des gargarismes de satisfaction destinées à satisfaire le public, car même si les conditions climatiques étaient défavorables au point de bloquer les flottes maritimes et aériennes au sol, des comptes rendus dithyrambiques  des opérations sont pondus par des menteurs institutionnels.

Les couts de toutes ces mascarades, pour des résultats improbables, grèvent considérablement les budgets alloués aux forces de l’ordre en charge de cette problématique.

Il serait temps de revoir les nominations des hauts fonctionnaires qui dirigent nos services où seule la compétence devrait être prise en compte à l’exception de tous les paramètres qui actuellement définissent les parcours et postes à  occuper pour qu’une « carrière » soit « juteuse » et réussie.

Lire aussi: DOUANE INFO: la Hollande, l’autre pays… de la drogue…et c’est pas nouveau,  je le dénonçais déjà , avec preuves à l’appui,  dans les années 1990

0000000000000000000000000000000

Photo: http://www.coffres-forts.com/media/com_hikashop/upload/wt430.png

Après l’affaire de la disparition de 52 kilos de cocaïne disparus à la police judiciaire parisienne au début de l’été, la direction du « 36 » est sur les dents. Tous les coffres-forts, toutes les chambres fortes des services de la PJ sont inspectés à la loupe à la recherche du moindre problème de sécurité.

Dès le début de l’affaire, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait exigé un audit immédiat de la Brigade des stupéfiants. L’audit est toujours en cours, mais la direction du quai des Orfèvres n’a pas attendu pour lancer une enquête de son propre côté

Tous les jours c’est le même rituel, aussi méthodique que pointilleux. Tous les locaux, tous les bureaux de la PJ parisienne y ont droit, au 36, mais aussi toutes ses antennes, dans la capitale comme en proche banlieue.

Les policiers reconnaissent avoir fait preuve de flemmardise

Des hauts responsables passent donc à la loupe chaque chambre forte, chaque coffre dans lesquels sont régulièrement stockés des scellés sensibles (drogue, armes, bijoux ou encore liasses de billets).

La PJ traque le moindre défaut de sécurité. Le « 36 » a notamment remarqué que les codes d’accès n’étaient pas assez souvent changés, que des clefs qui n’avaient rien à faire ensemble se trouvaient sur un même trousseau mais aussi que des boutons de verrouillage étaient en mauvais état.

Un constat qui – officiellement – n’effraie pas les autorités. Toujours est-il que beaucoup d’enquêteurs reconnaissent avoir souvent fait preuve de flemmardise avec les consignes de sécurité, et que l’affaire des 52 kilos de cocaïne leur a fait l’effet d’un électrochoc.

source: http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/cocaine-disparue-au-36-la-securite-des-coffres-forts-largement-negligee-7773958358

000000000000000000000000000000000000000000