Articles Tagués ‘police judiciaire’

Une opération conjointe de la douane, de l'Ocrtis (Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants) et de la Police judiciaire a permis la saisie de 82 kg de cocaïne dans le port du Havre.22 Juin 2015, 18h03 | MAJ : 22 Juin 2015, 18h30

Une opération conjointe de la douane, de l’Ocrtis (Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants) et de la Police judiciaire a permis la saisie de 82 kg de cocaïne dans le port du Havre.
Douanes françaises
Une opération conjointe de la douane, de l’Octris (Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants) et de la Police judiciaire a permis la saisie de 82 kg de cocaïne dans le port du Havre (Seine-Maritime). La marchandise est estimée à plus de 5,3 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants.

 Le contrôle d’un conteneur chargé de café en provenance du Pérou a permis de découvrir la drogue. Dès l’ouverture des portes, les agents des douanes ont constaté la présence de deux sacs de couleur en plastique contenant de la cocaïne et posés sur les sacs de café, selon la technique du « rip-off ».

Le « rip-off » est une technique de fraude de plus en plus utilisée qui consiste à placer des stupéfiants dans un envoi commercial entre deux sociétés connues et à leur insu. La marchandise illicite est généralement contenue dans des sacs, sans dissimulation particulière, prête à être rapidement récupérée au cours du transport par des complices. Ceux-ci posent ensuite un scellé neuf, identique à celui qu’ils viennent de rompre, afin de ne pas éveiller les soupçons des autorités.

source: http://www.leparisien.fr/faits-divers/port-du-havre-82-kg-de-cocaine-decouverts-dans-une-cargaison-de-cafe-22-06-2015-4883655.php

00000000000000000000000000000000000000

Un officier de police judiciaire.Trois piliers présumés de la N’Drangheta, l’une des principales mafias italiennes, basée en Calabre, ont été interpellés et incarcérés début juin, a annoncé, lundi 15 juin, la police judiciaire de Nice. Un coup de filet réussi dans le cadre d’une opération antidrogue baptisée « Trattino » (« trait d’union » en italien), en référence à la coopération judiciaire franco-italienne exceptionnelle qui l’a rendue possible.

Les trois hommes incarcérés dans différentes villes du sud de la France appartiennent à la famille Magnoli. Un clan composé de huit frères, installés depuis une vingtaine d’années à Vallauris (Alpes-Maritimes). Dans le viseur des services de police depuis longtemps, ils apparaissent principalement dans des affaires de trafic de stupéfiants et de blanchiment. La N’Drangheta est connue pour détenir le quasi-monopole de l’importation de cocaïne en Europe.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/06/17/trois-piliers-de-la-mafia-calabraise-interpelles-sur-la-cote-d-azur_4655933_1653578.html#7XhXbOJK3Zwj2yeU.99

Deux frères, ainsi que leur beau-frère, ont été interpellés à Vallauris (Alpes-Maritimes) où ils vivent, avant d'être écroués. © f3

L’opération « trait d’union » a permis une fructueuse coopération franco-italienne dans le cadre de deux enquêtes parallèles, a expliqué ce lundi le commissaire Maurice Allibert, numéro deux de la police judiciaire de Nice. En France, 12 personnes ont été écrouées la semaine dernière et 2 placées sous contrôle judiciaire. En Italie, 3 personnes ont été interpellées.

En ligne de mire des enquêteurs italiens et français: la famille Magnoli, originaire de Calabre, présumée très influente au sein de la ‘Ndrangheta (une organisation mafieuse calabraise). Deux frères Magnoli, ainsi que leur beau-frère, ont été interpellés à Vallauris dans les Alpes-Maritimes où ils vivent, avant d’être écroués.

Un ancien joueur de football professionnel

Cinq personnes ont en outre été interpellées en Martinique, trois en Italie, le reste sur la Côte d’Azur et Montpellier. Parmi elle, l’ancien joueur professionnel de Montpellier (2002-2010) Julio Colombo.

Une enquête de la direction du district anti-mafia de Gênes avait démarré en 2013 et portait notamment sur les agissements du clan Magnoli. Les Italiens avaient saisi en deux fois 220 kilos de cannabis, notamment à Vintimille, ville-frontière avec la France.

En septembre dernier, la juridiction de Marseille spécialisée dans le grand banditisme avait été saisie.
Les investigations, notamment menées par l’antenne de police judiciaire de Nice et la brigade de recherche et d’intervention (BRI) de Nice, permettent notamment d’établir un lien entre les Magnoli et d’autres trafiquants dans la région de Montpellier, dont un ex-footballeur professionnel qui a été interpellé.
Un voilier avec un skipper français –repéré par les autorités– était parti du Maroc le 30 mars avec du cannabis et arrivé en Martinique le 20 avril. Le bateau a été intercepté le 8 juin au large de l’île de Saint-Martin avec 79 pains de cocaïne (soit 86 kilos), de la drogue destinée à l’Europe. Il venait de décharger 200 kg de résine de cannabis.
En outre, 35.000 euros en espèces ont été saisis.
(Avec AFP)

source: http://france3-regions.francetvinfo.fr/cote-d-azur/2015/06/15/reseau-international-de-drogue-lie-la-mafia-demantele-3-interpelles-vallauris-06-747729.html

00000000000000000000000000000000000000000000

Le directeur de la PJ parisienne Bernard Petit le 23 juin 2012 à Bobigny.

La PJ (police judiciaire) parisienne est au cœur d’un scandale.

 

Le patron de la police judiciaire parisienne, Bernard Petit, soupçonné d’avoir violé le secret d’une enquête, va être présenté jeudi à des juges d’instruction en vue d’une possible mise en examen, un séisme pour le «36 Quai des Orfèvres». Une mise en examen de ce grand flic, très influent, nommé par Manuel Valls, serait une première pour cette institution déjà ébranlée par plusieurs scandales ces derniers mois.

Le patron du 36 quai des Orfèvres, Bernard Petit, est en garde à vue ce mercredi 4 février. Il aurait donné des informations importantes à Christian Prouteau, son homologue du GIGN qui était visé par une affaire d’escroquerie. Il l’aurait prévenu notamment de son futur placement en garde à vue.

Christian Prouteau est aussi l’ami de Christophe Rocancourt, surnommé « l’escroc des stars ». La police des polices a perquisitionné les locaux de la police judiciaire parisienne ce matin. L’avocat de Christophe Rocancourt affirme que son client ignorait tout.
« Si au terme de ces gardes à vue, il devrait confirmé que des manquements graves ont été commis par des policiers ou d’anciens policiers, je serai d’une fermeté absolue », a prévenu le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

VIDEO: http://www.francetvinfo.fr/societe/justice/video-scandale-au-36-quai-des-orfevres_816403.html

PLUS: http://www.liberation.fr/societe/2015/02/05/le-patron-de-la-pj-de-paris-va-etre-presente-aux-juges-d-instruction_1196254

0000000000000000000000000000000000

Depuis le début l’année 2014, la police judiciaire de l’aéroport international Mohammed V de Casablanca a saisi 300 kg de cocaïne et arrêté 200 personnes. La dernière arrestation d’une « mule » date de ce samedi, une Guyanienne en provenance de São Paulo. 

L’aéroport international Mohammed V de Casablanca est devenu un point de transit de la cocaïne en provenance de São Paulo au Brésil et à destination de l’Afrique de l’Ouest. Il ne se passe presque pas une semaine, sans qu’une personne en possession de cette drogue et venant de cette métropole brésilienne ne soit arrêtée.

Pas plus tard que ce samedi, la police judiciaire de l’aéroport a écroué une Guyanienne qui débarquait d’un vol de São Paulo. Dans sa valise, étaient dissimulés 2,4 kg de cocaïne. Cette femme de 44 ans se rendait à Cotonou au Bénin. Elle est toujours en garde à vue à l’aéroport et devra répondre devant la justice notamment pour trafic de drogue.

En tout, depuis le début de l’année 2014, « 300 kg de cocaïne ont été saisis et 200 personnes arrêtées à l’aéroport Mohammed V », d’après le chef de la police judiciaire, Abdelhadi Sida.

Il souligne également que ses hommes ont mis la main sur 200 kg de haschich.

K. Alaoui

SOURCE: http://www.aufait.ma/2014/12/28/aeroport-mohammed-v-300-kg-de-cocaine-saisis-200-personnes-arretees_636055

00000000000000000000000000000000

Quelque deux kilos et demi du kif en tige et de tabacs en feuilles ont été saisis par les éléments de la police judiciaire du district de Ben Msik, à Casablanca, chez un trafiquant de drogue.

Aujourdhui.ma | 25-12-2014 07:40:00
Par Abderrafii ALOUMLIKI

timthumb.phpPar ailleurs, deux kilos de chira ont également été saisis par les éléments de la police judiciaire du district de Moulay Rachid, à Casablanca, chez une fille qui a été épinglée alors qu’elle était à bord d’un petit taxi en compagnie de deux jeunes hommes dont l’un était en possession de 5 grammes de cocaïne. La fille et les deux jeunes hommes ont avoué être des trafiquants de drogue qui s’approvisionnaient chez quatre fournisseurs, actuellement en état de fuite.

Chez deux autres trafiquants de drogue, les éléments de la PJ du district de Sidi Bernoussi ont saisi trois plaques de haschich. Les deux prévenus ont été arrêtés au niveau du boulevard Abou Dar El Ghafari. Chez le deuxième prévenu, les enquêteurs qui ont perquisitionné son domicile ont mis la main sur 10 plaques de haschich. Les mis en cause ont été traduits devant la chambre correctionnelle près le tribunal de première instance de la capitale économique.

source: http://www.aujourdhui.ma/une/faits-divers/casablanca-saisie-de-haschich-kif-tabac-et-cocaine-115407#.VKA4EP88AFA

00000000000000000000000000000000000000

Les policiers ont mis la main sur quelques grammes de cocaïne

La police judiciaire de Kénitra a interpellé, samedi 25 octobre 2014, 5 membres d’un réseau criminel s’activant dans le trafic de cocaïne et saisi 14.875 kg de cocaïne

Aujourdhui.ma | 27-10-2014 11:02:08
Par Akram Guendouli

La police judiciaire de Kénitra a interpellé, samedi 25 octobre 2014, 5 membres d’un réseau criminel s’activant dans le trafic de cocaïne et saisi 14.875 kg de cocaïne ainsi qu’une importante somme d’argent, selon un communiqué de la Direction Générale de la Sûreté nationale (DGSN).

L’enquête avait permis l’interpellation de deux parmi les présumés dans la périphérie de la ville de Kénitra, l’un d’eux s’est avéré recherché au niveau national pour trafic de stupéfiants. Cette arrestation s’est soldée par la saisie d’une quantité de 3 Kg de cocaïne.

Les 3 autres membres de la même bande ont été interpellés à la ville de Tanger, dont la femme de l’un des présumés trafiquants arrêtés, ainsi que sa sœur. Ils étaient en possession d’une quantité supplémentaire de 11 Kg et 875 g de cocaïne, en plus d’une somme d’argent de 1.2 million de dhs et une somme importante en devises étrangères.

Les mis en causes, dont un fonctionnaire de police à Kénitra soupçonné d’avoir des liens avec ce réseau criminel, seront présentés à la justice dès clôture de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent.

http://www.aujourdhui.ma/une/faits-divers/demantelement-d-un-vaste-reseau-de-trafic-de-cocaine-113901#.VE64qxZkiM8

000000000000000000000000000000000000000

MAROCSAH

H24info le portail d’information Marocain

226 kg de cocaïne pure saisis à Marrakech

Médias 24  – ‎Il y a 1 heure ‎
La police judiciaire de la préfecture de police de Marrakech a réussi à saisir, dans la nuit de jeudi à vendredi, grâce à des renseignements précis de la Direction Générale de la Surveillance du Territoire, la quantité record de 226 kg de cocaïne pure
Yabiladi

Saisie record de cocaïne au Maroc : 226 kg découverts dans un

Yabiladi  – ‎Il y a 3 heures ‎
Les quantités de cocaïne interceptées par les services de sûreté au Maroc sont de plus en plus importantes. En mars, la douane de l’aéroport de Casablanca avait saisi 75 kg de cocaïne. Aujourd’hui, ce record a été battu par la police et la DST. Elles

00000000000000000000000000000000000000

Publié le 09/08/2014 à 08h04 , modifié le 09/08/2014 à 08h08 par

L’antenne bordelaise de l’office central de répression du trafic illégal de stupéfiants (Octris) a interpellé trois hommes en flagrant délit, dont un âgé de près de 70 ans

400 kg de cannabis saisis dans un "go-fast" vers Toulouse
© Photo DR 

Une enquête préliminaire avait été confiée il y a plusieurs semaines à l’Office central pour la répression du trafic illégal de stupéfiants (Octris)

 

Elle a connu un rebondissement vendredi avec l’interpellation, à 3h15 à Muret et Roques-sur-Garonne (Haute-Garonne) de trois hommes dont un âgé de près de 70 ans, qui revenaient d’Espagne par l’A 64.

L’un conduisait une voiture ouvreuse tandis que les deux autres pilotaient des « go-fast » repérés , suivis et interceptés sur la Pyrénéenne. Les deux derniers véhicules contenaient plusieurs centaines de kilos de résine de cannabis, 400 au total, conditionnés en savonnette et stockés dans des caches aménagées dans le plancher des véhicules.

Ce sont les policiers de l’antenne bordelaise de l’Octris de la division interrégionale de la police judiciaire de Bordeaux qui sont chargés des auditions qui permettront peut-être d’en savoir plus sur cette organisation qui sévissait en région parisienne.

SOURCE: http://www.sudouest.fr/2014/08/09/400-kg-de-cannabis-saisis-dans-un-go-fast-vers-toulouse-1638121-2780.php

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 Publié le 09/08/2014 à 06:36

Les enquêteurs de la police judiciaire ont réalisé un vrai gros coup hier matin, au sud de Toulouse en interceptant trois véhicules à Muret et Roques. Le convoi, surveillé de près, transportait une grosse quantité de drogue. «Plusieurs quintaux de cannabis», lâche un policier. La cargaison, qui devait encore être officiellement pesée hier après-midi, devrait approcher, ou dépasser, les 400 kg de résine.

Une grosse prise pour les policiers qui ont travaillé entre spécialistes. L’enquête a en effet été menée par les hommes de l’OCTRIS, l’office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants basé au siège de la police judiciaire, à Nanterre, leurs collègues de l’antenne régional de l’OCTRIS basée à Bordeaux et qui dépendent de la direction interrégionale (DIPJ) et enfin les enquêteurs du groupe stup, et les hommes de la BRI de la police judiciaire toulousaine (SRPJ).

Lors de l’interception du convoi, trois individus ont également été arrêtés. Des armes, des téléphones ont été saisis. Hier soir, les enquêteurs sont restés très discrets. Cette prise qui ne doit rien au hasard devrait logiquement déboucher sur d’autres arrestations, a priori loin de Toulouse. En effet, la drogue n’était pas destinée à la capitale régionale. Là encore, les policiers sont restés discrets sur la destination officielle de la cargaison. «Plus haut», a lâché un responsable. Paris et sa région ? Probable.

Cette saisie intervient treize jours après une autre opération menée par l’antenne OCTRIS de Bordeaux, avec les policiers de la direction interrégionale. Elle avait permis de saisir 468 kg de résine de cannabis à un péage landais de l’A 63, l’axe Espagne-Bordeaux. Cette nuit-là, un homme qui circulait tranquillement dans une Renault Kangoo avait été surpris par les policiers. Le «go slow» n’est jamais arrivé en banlieue bordelaise. Cette réussite montre, comme l’interception d’hier matin, l’intérêt d’une collaboration étroite entre services de la police judiciaire et le poids apportés dans les investigations par les spécialistes de l’OCTRIS, qu’ils soient basés à Nanterre ou à Bordeaux.

Les trois suspects arrêtés hier matin sont partis pour 96 heures de garde à vue. Il est probable que la juridiction régionale spécialisée de Bordeaux ouvre en début de semaine prochaine une information judiciaire pour «importation, transport, achat de marchandise prohibée».

Cocaïne volée au 36, quai des Orfèvres : 20 000 euros en liquide saisis

Le Monde.fr avec AFP | 04.08.2014 à 12h50 • Mis à jour le 04.08.2014 à 18h55

quai_des_Orfèvres_ParisLe siège de la police judiciaire de Paris voit son image gravement écornée depuis qu’un policier a découvert, jeudi 31 juillet, la disparition de 52,6 kg de cocaïne saisis par la brigade. La drogue était entreposée dans une pièce sécurisée installée dans le service et réservée aux scellés, derrière une porte blindée que seule une poignée de fonctionnaires de police est autorisée à ouvrir.

Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur, a annoncé, lundi 4 août, l’ouverture d’un audit de la brigade des stupéfiants du 36, quai des Orfèvres par l’inspection générale de la police nationale (IGPN).

 

LIRE:http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/08/04/cocaine-volee-au-36-quai-des-orfevres-le-point-sur-l-affaire_4466519_3224.html

0000000000000000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :