Articles Tagués ‘trafic de drogues’

le-narcotrafiquant-joaquin-el-chapo-guzman-Par Anne-Sophie Faivre Le Cadre, publié le 22/02/2016 à 11:35 , mis à jour à 20:37

Le narcotrafiquant Joaquin « El Chapo » Guzman emmené à l’aéroport de Mexico le 8 janvier 2016 après son arrestation à Los Mochis

afp.com/OMAR TORRES

Dans un entretien exclusif à la chaîne de télévision américaine Telemundo le 21 février, Emma Coronel Aispuro, troisième femme du baron de la drogue El Chapo, s’inquiète sérieusement de ses conditions de détention.« Tout être humain a droit au respect le plus élémentaire de sa dignité. Or, ils l’en ont privé », se lamente Emma Coronel Aispuro dans une interview fleuve accordée à la chaîne de télévision en langue espagnole Telemundo et rapportée par le Guardian. Elle y décrit son mari comme un homme « aimant et paternel ».

El Chapo, baron de la drogue connu pour avoir dirigé le cartel de Sinaloa, s’était échappé d’une prison de haute sécurité mexicaine après avoir versé un salaire mensuel de 3000 euros, pendant deux ans, à chaque membre du personnel de la prison. Ces derniers ont ainsi fermé les yeux lorsqu’il s’est échappé le 11 juillet dernier, par le biais d’un tunnel de 1,5 kilomètre, circulant sur une moto fixée sur des rails et débouchant sous une maison en construction au milieu des champs.

Arrêté en janvier alors qu’il coulait des jours tranquilles entouré de sa famille à l’hôtel Miramar de la charmante station balnéaire de Mazaltan, il a depuis été placé en cellule d’isolement à la prison d’El Altiplano et se trouve sous la surveillance constante de policiers armés jusqu’aux dents et de chiens de garde.

« Il n’est pas violent, il est très bien élevé »

« Ils veulent lui faire payer pour son évasion, ils ne lui laissent plus aucune intimité, ils compromettent son sommeil, ils le surveillent sans cesse, même lorsqu’il va aux toilettes », alertait la troisième femme du baron de la drogue. El Chapo est inculpé de plusieurs chefs d’accusation, aux Etats-Unis comme au Mexique: blanchiment d’argent, trafic de drogues, entente en vue de commettre des meurtres, kidnapping, entre autres.

Emma Coronel a affirmé ne pas avoir conscience des agissements de son mari, et a déclaré que sa fortune était largement sur-évaluée. « Il n’est pas violent, il est très bien élevé, je ne l’ai jamais vu être grossier avec qui que ce soit », a assuré l’ancienne reine de beauté.

La jeune femme, née aux Etats-Unis et possédant la double nationalité mexicaine et américaine, a rencontré Guzman en 2006. Alors prétendante au titre de « Miss Sinaloa », un bal public est donné dans son village pour soutenir sa candidature. El Chapo, accompagné de 300 hommes et trois hélicoptères, s’est joint à la fête en déclamant un poème écrit pour l’occasion: « En traversant les montagnes, les rivières et les ruisseaux, je suis venu te voir, rose parfumée qui est née pour moi… »

Ils se marieront, dans l’intimité, six mois plus tard, Emma Coronel ayant atteint l’âge de 18 ans. Ils auront ensemble des jumelles, cadettes d’une nombreuse fratrie- El Chapo étant le père présumé de 19 enfants. « On le torture à petit feu », s’est plaint « la reina », ainsi nommée par les membres du cartel. « Mon mari est d’une santé délicate, il a une tension très élevée. Je crains pour sa vie ».

http://www.lexpress.fr/actualite/le-baron-de-la-drogue-el-chapo-est-torture-a-petit-feu-assure-sa-femme_1766418.html

00000000000000000000000000000000000

La Colombie est l’un des principaux pays producteurs de cocaïne au monde. Pour lutter contre sa production et affaiblir la guérilla desFARC, qui tire une grande partie de son financement dunarcotrafic,Bogota a opté pour une méthode d’éradication contestée : les fumigations.Enquête de nos reporters.En Colombie, depuis plus de vingt ans, et avec le soutien des États-Unis, les autorités répandent de puissants herbicides par avion sur les cultures de coca illégales : du Roundup. Mais cet herbicide puissant, produit par Monsanto, serait dangereux pour la santé et l’environnement.

La population qui habite à proximité des zones aspergées, dans le sud du pays, et jusqu’à la frontière équatorienne, où nous nous sommes rendus, dénonce les conséquences des épandages massifs. Nous avons rencontré des hommes et des femmes qui affirment être tombés malades après le passage des avions. Certains d’entre eux affirment même avoir perdu un ou plusieurs enfants. Leur bétail est mort, la terre n’est plus fertile et leurs cultures, comme celles de cacao ou de café, ont été détruites.

En mars dernier, une alerte été lancée. Le Centre international de recherche sur le cancer (le CIRC), une agence de l’Organisation mondiale de la Santé basée en France, a classé le glyphosate, l’ingrédient de base du Roundup, « cancérogène probable chez l’homme », dernier échelon avant une classification comme « cancérogène certain ».

L’étude a aussitôt été contestée par la firme Monsanto qui commercialise ce désherbant et affirme qu’il est sans danger.

En Colombie, le débat est désormais ouvert sur les fumigations. Des divisions ont éclaté au sein même du gouvernement. Le ministre de la Santé s’est prononcé en faveur d’une suspension « immédiate » des fumigations, au nom du principe de précaution. Tandis que le ministre de la Défense souhaite, lui, qu’elles se poursuivent, au nom de la lutte contre « la criminalité ».

Le dossier devrait être tranché le 15 mai, date à laquelle le président colombien Juan Manuel Santos, qui doit aussi tenir compte de ses relations diplomatiques avec Washington, a convoqué une réunion du Conseil national des stupéfiants.

VIDEO: http://www.france24.com/fr/20150508-video-reporters-colombie-trafic-drogue-coca-cocaine-farc-glyphosate-monsanto-desherbant-cancerogene

Par Marc BOUCHAGE , Maud RIEU

SOURCE: http://www.france24.com/fr/20150508-video-reporters-colombie-trafic-drogue-coca-cocaine-farc-glyphosate-monsanto-desherbant-cancerogene

>> À voir sur France 24 : Vingt ans après l’assassinat d’Escobar, la Colombie n’a pas oublié

0000000000000000000000000000000

Charentes : un trafic d'héroïne, cocaïne et cannabis démanteléHéroïne, cocaïne et cannabis : sept personnes impliquées dans un vaste trafic de drogues en Charente et Charente-Maritime ont été interpellées, mardi 25 novembre. Cinq d’entre elles ont été mises en examen, dont trois incarcérées, et deux remises en liberté.

LIRE sur http://www.sudouest.fr/2014/12/03/charentes-sept-personnes-interpellees-dans-un-vaste-trafic-de-drogues-1756499-1391.php

000000000000000000000